Changer d'édition

Le budget européen discuté par le Luxembourg
Luxembourg 12.03.2020 Cet article est archivé

Le budget européen discuté par le Luxembourg

Johannes Hahn a entendu la position luxembourgeoise sur sa contribution au budget de l'UE.

Le budget européen discuté par le Luxembourg

Johannes Hahn a entendu la position luxembourgeoise sur sa contribution au budget de l'UE.
Photo : SIP
Luxembourg 12.03.2020 Cet article est archivé

Le budget européen discuté par le Luxembourg

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Les 27 ayant du mal à se retrouver sur une position commune sur les finances de l'UE pour les années 2021-2027, le commissaire européen au Budget est venu sonder la position de Xavier Bettel.

(DH) Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) et Jean Asselborn (LSAP), ministre des Affaires étrangères et européennes, ont reçu Johannes Hahn, commissaire européen au Budget et à l'Administration. L’entrevue avec le politique autrichien avait pour objectif d'aborder la politique des sièges des institutions européennes dans un contexte pour le moins tendu. En effet, à la suite de l’échec des discussions sur le budget pluriannuel, en février, l’UE apparaît scindée en deux blocs.

Pour rappel, en raison du Brexit, le budget 2021-2027 devra se passer de la contribution du Royaume-Uni (entre 60 et 75 milliards d'euros sur sept ans). Dans ce contexte, les 27 doivent trouver un compromis sur le niveau global du budget (2021-2027), un peu plus de 1.000 milliards d'euros, et sur sa répartition entre les différentes politiques de l'UE. Il en va de la réalisation des choix annoncés en matière de lutte contre le changement climatique, développement du numérique, agriculture, ou encore mise en place du Parquet européen à Luxembourg.

Deux camps s’opposent: les pays qui se sont surnommés «les amis de la cohésion» et les «frugaux» parmi lesquels se retrouvent Autriche, Danemark, Suède mais aussi Pays-Bas. Ce dernier faisant pour une fois exception à l'unanimité du Benelux sur les questions de l'UE. Ces «frugaux» plaident pour limiter le budget à 1% du revenu brut de chaque Etat pour la période 2021-2027 en vue de limiter les contributions nationales. Une position qui reçoit pour l'heure le soutien de poids de l'Allemagne, principal contributeur net au budget européen.


Sur le même sujet

Les 100 premiers jours de von der Leyen
La présidente de la Commission européenne tire, ce lundi, le bilan de ses trois premiers mois à la tête de l’exécutif. Une période qui «suffit à peine à fixer un cap», selon la conservatrice allemande.
European Commission President Ursula von der Leyen delivers a speech at the EU headquarters in Brussels on March 9, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.
(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)