Changer d'édition

Le budget de l'Etat reprend des couleurs
Luxembourg 4 min. 02.10.2021
Finances publiques

Le budget de l'Etat reprend des couleurs

Pierre Gramegna et Xavier Bettel pourront s'appuyer pour le budget 2022 sur des finances publiques "permettant d’aborder le prochain exercice budgétaire avec davantage de sérénité".
Finances publiques

Le budget de l'Etat reprend des couleurs

Pierre Gramegna et Xavier Bettel pourront s'appuyer pour le budget 2022 sur des finances publiques "permettant d’aborder le prochain exercice budgétaire avec davantage de sérénité".
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 02.10.2021
Finances publiques

Le budget de l'Etat reprend des couleurs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A deux semaines d'annoncer ses propositions de budget 2022, le ministre des Finances dresse un tableau plutôt rassurant de la situation des comptes publics. Avec toutefois une dette publique annoncée à 17,9 milliards d'euros pour les neuf premiers mois de l'année.

«La situation financière de l’État retrouve des eaux plus calmes.» Et c'est peu dire qu'à la barre du ministère des Finances, Pierre Gramegna (DP) a connu une mer agitée ces derniers mois. Devant faire face à une situation sanitaire inédite par son ampleur et sa durée d'abord. Parer à toute crise sociale en ouvrant grand les robinets d'aides en tous genres ensuite. Avant d'éponger les dégâts engendrés par les pluies diluviennes de la mi-juillet... 


«L'impôt covid ne figure pas à l'ordre du jour»
N'en déplaise à Dan Kersch et aux socialistes qui défendent l'idée, mais le Premier ministre ne veut pas entendre parler d'une taxe sur les entreprises ayant tiré leur épingle du jeu durant la crise sanitaire.

Pourtant, constat a été fait par le ministre que les finances publiques «se situent à un niveau nettement meilleur». Nettement meilleur forcément par rapport à cette annus horribilis qu'a été 2020, mais parfois même par rapport à 2019. Et c'est là une des éclaircies apportées dans un récent état des comptes de l'Etat présenté à la Chambre, aux commissions concernées. «L’évolution positive des derniers mois s’est confirmée pendant l’été et permet d’aborder le prochain exercice budgétaire avec davantage de sérénité et de confiance», a ainsi témoigné Pierre Gramegna.

Et le ministre, bien entendu, de mettre des chiffres en parallèle de ses affirmations. Ainsi, les recettes de l'administration centrale n'ont pas manqué d'affluer à nouveau : 14,4 milliards d'euros encaissés entre janvier et fin août. Soit +20,2% par rapport à fin août 2020. A elle seule, l'administration des contributions directes a perçu de l'ordre de 6,5 milliards d'euros, de janvier à fin août. Ce qui, pour la même période de référence, représente une hausse de 917 millions d'euros d'impôts perçus (+16,3%) par rapport au mois d’août 2020. Mieux même : +6,2% à considérer les comptes établis en 2019 avant que le covid ne vienne chahuter l'économie nationale et au-delà.

Un bonus freiné

Douanes et accises ont aussi recueilli plus de taxes qu'en 2019, présentant une recette globale de 1,2 milliard d'euros (+149 millions d'euros que l'an passé à la même date). La variation est même positive en comparaison avec les totaux 2019. 

Ce bonus de 19,3 millions d’euros aurait même pu être plus significatif si les ventes de carburants n'avaient pas autant chuté ces derniers mois (-23% pour le gasoil et -16% pour l'essence). Le recours massif au télétravail durant de longs mois, les différents confinements ou la hausse du prix des carburants influant à la baisse sur cette entrée d'argent dans les caisses de l'Etat.

Même satisfecit du côté de l'administration de l'enregistrement, des domaines et de la TVA (AED) qui apporte 4,6 milliards d'euros à l'Etat. Soit plus qu'en 2020 (+28%) et plus aussi que l'an passé (+17,5%). Signe que l'activité économique et la consommation ont bel et bien repris.

 Dans le même temps, ces huit premiers mois de l'année, Pierre Gramegna note que les dépenses de l’administration centrale se sont chiffrées à près de 14,5 milliards d’euros. Soit un peu moins qu'en 2020 (-2,3%), ce qui s'explique par «le recours désormais moins important aux aides mises en place dans le contexte de la relance économique», rappelle le ministre. Sans compter que certains dispositifs arrivent petit à petit à terme, entraînant moins de frais aux caisses publiques.

Reste qu'en comparaison avec 2019, les dépenses publiques ont toutefois augmenté. Une hausse de 15% que Pierre Gramegna justifie en invoquant la «politique d'investissement ambitieuse menée par le gouvernement pour préparer le pays pour les défis de l’avenir».   

Résultat, au 31 août, la dette publique du pays restait «stable» à 17,9 milliards d'euros. Soit 25,9% du PIB attendu. Même si elle a augmenté, depuis janvier, cette dette publique reste encore «bien en dessous de la barre des 30% du PIB fixée au programme gouvernemental». Et même parmi les moins élevées de la zone euro. 


Politik, Treffen, CGFP, LCGB, OGBL, rot-grün-blau  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Annonces à venir sur le logement et la fiscalité
Si la rencontre entre gouvernement et syndicats, organisée ce mardi, n'avait vocation qu'à réaliser un tour de table en amont du discours sur l'état de la Nation, les syndicats ne cachent pas l'intention de l'exécutif de frapper un grand coup dans les prochaines semaines.

Autant de satisfecits qui se traduiront donc par des marges de manœuvre possibles dans l'action gouvernementale à venir. Xavier Bettel précisera lesquelles dans son prochain discours sur l'état de la Nation prévu pour mi-octobre. Pierre Gramegna mettant tout cela dans les bonnes colonnes comptables à l'occasion de sa présentation du budget 2022 les jours suivants.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Sur les quelque 6.550 articles contrefaits saisis par les douanes luxembourgeoises, la plupart sont arrivés au Grand-Duché par vol aérien.
Contrefaçon
Pour freiner la spéculation sur les terrains à bâtir, le gouvernement pourrait finalement lancer une nouvelle mesure fiscale. Le Premier ministre devrait en faire l'annonce dans son prochain discours sur l'état de la Nation.
Wachstum,Logement,Habitation,Wohnungsbau.Foto:Gerry Huberty
Neuf mois que Michel Reckinger est à la tête de l'Union des entreprises. Mais en ce mois de septembre, le représentant des entrepreneurs entend recentrer le débat sur la reprise plutôt que d'évoquer la crise encore et encore.
Le bourgmestre de Dudelange chapeautera à partir du mois d'octobre les travaux liés aux dépenses et aux recettes de l'Etat pour l'avant-dernier exercice de cette législature. Un budget d'après-crise qui pourrait adopter une tonalité plus sociale.
Interview mit Dan Biancalana, Bürgermeister von Düdelingen, zu Becca-Aussagen, Foto Lex Kleren
Le ministre des Finances a fait le point, lundi, sur la situation financière de l'Etat. Si la prudence reste de mise, le bilan permet d'entrevoir une lueur d'optimisme.
Malgré une légère reprise de la croissance aux troisième et quatrième trimestres, les recettes de l'Etat sur l'année 2020 sont en baisse (-4,9%) par rapport à l'an dernier, tandis que les dépenses ont bondi de 14,5%, selon les données publiées ce vendredi par le ministère des Finances.
Das Finanzministerium verlängert die Abgabefristen für Steuererklärungen.