Changer d'édition

Le budget 2020 provoque des réactions contrastées
Luxembourg 3 min. 14.10.2019 Cet article est archivé

Le budget 2020 provoque des réactions contrastées

Le budget 2020 provoque des réactions contrastées

Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 14.10.2019 Cet article est archivé

Le budget 2020 provoque des réactions contrastées

Tandis que les partis majoritaires soulignent positivement les investissements élevés du budget de l'Etat présenté ce lundi, l'opposition le critique sévèrement. Le CSV veut des annonces plus concrètes. L'ADR souligne qu'«il n'y a aucun signe de croissance qualitative».

(jt/GlS/ctof/mf/sw) - Jamais le budget de l'Etat luxembourgeois n'a été aussi élevé. Décortiqué ce lundi matin devant la Chambre des députés par le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), le document a suscité - comme pour le discours sur l'état de la Nation la semaine passée - de vives réactions dans la foulée. Pour le CSV, il manque une «stratégie claire» du gouvernement et l'ADR craint que ce budget de la croissance record n'aggrave encore un peu plus les problèmes liés au logement et la mobilité.


Le ministre des Finances Pierre Gramegna a présenté les orientations budgétaires ce lundi.
Le budget 2020 dépassera les 20 milliards d'euros
Jamais le Grand-Duché n'aura pu s'appuyer sur une pareille somme. Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a même annoncé ce lundi matin des investissements records pour le pays, à hauteur de 2,8 milliards d'euros.

Pour les trois partis de la majorité

Alex Bodry (président de la fraction LSAP) 

«C'était un discours calme et réfléchi, qui prouve que le gouvernement n'est pas détourné de son chemin». Alex Bodry a notamment loué les dépenses sociales élevées, qui représentent près de la moitié du budget total, ainsi que les dépenses record en matière de protection de l'environnement et d'expansion des transports publics. «Même si le budget n'est pas spectaculaire, il donne le ton», poursuit le politicien LSAP.

Alex Bodry
Alex Bodry
Photo: Guy Jallay

Eugène Berger (président de la fraction DP): 

«Aujourd'hui, nous pouvons voir clairement où nous allons : près de la moitié du budget est consacrée aux services sociaux. Près d'un demi-milliard d'euros est consacré à la protection du climat».

Eugene Berger
Eugene Berger
Photo: Guy Jallay

Josée Lorsché (présidente de la fraction Déi Gréng)

«Les investissements prévus, en particulier dans le domaine de la protection du climat, sont importants». La députée verte a particulièrement mis l'accent sur les dépenses élevées dans le domaine de la mobilité: «Mettre l'accent sur la mobilité, c'est en même temps investir pour une meilleure protection du climat», a-t-elle souligné.

Josée Lorsché
Josée Lorsché
Photo: Guy Jallay

Ce qu'en pensent les partis de l'opposition

Martine Hansen (présidente du groupe parlementaire du CSV):


Politik, chambre des députés, Lage der Nation, Vereidigung, déi Gréng, Semiray Ahmedova  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Déçue par Bettel, l'opposition réagit impitoyablement
«Zéro contenu», «absolument décevant», voire «vraiment lamentable!». Le discours de l'état de la Nation axé sur le climat et sans propositions concrètes a fortement déçu les opposants à la coalition gouvernementale.

La cheffe de fraction du plus grand parti d'opposition était insatisfaite des déclarations du ministre des Finances. «Encore rien de nouveau et rien de concret. Il manque de nouvelles idées et visions». C'est surtout en matière de  climat et de politique du logement qu'il manque un concept clair et des mesures concrètes, selon la parlementaire. «La stratégie du gouvernement reste dans le brouillard», a critiqué Hansen à propos du budget prévu. 

Martine Hansen
Martine Hansen
Photo: Guy Jallay

Gast Gibéryen (député, ADR) : 

«Un ministre des Finances présente toujours son discours sous un jour positif, c'est normal. C'est un budget qui continue de s'appuyer sur une croissance record. Les problèmes dans la construction de logements et la mobilité s'en trouveront aggravés. Il n'y a aucun signe de croissance qualitative», a déclaré le politicien de l'opposition. Il se montre également critique à l'égard d'un nouveau prêt d'un milliard d'euros. Le pays  de plus s'en retrouve de plus en plus dépendant de la croissance.

Gast Gibéryen
Gast Gibéryen
Photo: Guy Jallay

David Wagner (député, Déi Lénk) :

«Le discours de Pierre Gramegna était presque aussi vide de sens que celui du Premier ministre la semaine dernière. Je ne sais pas quels accents le gouvernement veut mettre. En tout cas, tout n'est pas aussi vert qu'il n'y paraît». Du point de vue de la gauche, le discours du ministre des Finances manquait d'accents posés sur le climat et la politique de logement. La pénurie de logements qui a atteint des proportions catastrophiques dans le pays, n'est pas suffisamment mentionnée dans le nouveau budget, estime David Wagner.

David Wagner
David Wagner
Photo: Guy Jallay

Marc Goergen (député, pirates) :

«Un beau spectacle. Au début, ça sonne bien, il faut d'abord analyser les détails.» Le ministre des Finances a présenté de beaux chiffres ce lundi matin mais des mesures concrètes, par exemple pour faire face à la crise climatique, font défaut dans son discours».

Marc Goergen
Marc Goergen
Photo: Guy Jallay