Changer d'édition

Le bracelet électronique guette les récidivistes
Luxembourg 2 min. 15.11.2021 Cet article est archivé
Violences domestiques

Le bracelet électronique guette les récidivistes

En 2020, la police a dû intervenir 943 fois pour cause de violences domestiques.
Violences domestiques

Le bracelet électronique guette les récidivistes

En 2020, la police a dû intervenir 943 fois pour cause de violences domestiques.
Photo : DPA
Luxembourg 2 min. 15.11.2021 Cet article est archivé
Violences domestiques

Le bracelet électronique guette les récidivistes

D'ici 2023, l'appareil devrait faire son entrée dans l'arsenal préventif mis en place au Luxembourg. Chaque jour dans le pays, la police intervient à deux ou trois reprises pour cause de violences domestiques.

Une «mesure préventive et dissuasive» pour éviter de nouveaux drames. En ces mots, la ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng) a présenté l'introduction progressive du bracelet électronique dans la lutte contre les violences domestiques. L'idée d'instaurer ce dispositif de géolocalisation fera donc bien son chemin au Luxembourg, comme l'avaient laissé entrevoir les propos de la ministre de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Taina Bofferding (LSAP), en août dernier.


Les auteurs de violences domestiques dans le viseur
Inter-Actions et le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes ont présenté, mercredi, un nouveau programme de lutte contre les violences au sein des foyers. Avec la particularité de se focaliser sur la source du problème.

Cette mesure anti-rapprochement, qui existe déjà en France depuis 2019, sera utilisée principalement pour les récidivistes, a expliqué Sam Tanson. Mais le temps de lancer le dispositif et les appels d'offres, rien ne devrait être fait avant 2023. Le bracelet électronique étant toutefois déjà en usage pour d'autres délits

A l'avenir, le gouvernement entend aussi que les victimes de violences domestiques soient systématiquement prévenues de la sortie de prison de l'auteur des maltraitances ou avisées de sa proximité (grâce à la géolocalisation permise par le bracelet). Ce service sera assuré par le Service central d’assistance sociale – Service d’aide aux victimes du parquet général. 

Dans les nouveaux dispositifs que vient de présenter le trio de ministères Justice-Egalité-Sécurité intérieure, il est aussi question que les auteurs de violences au sein de leur ménage ou famille doivent impérativement se soumettre à un suivi psychologique (via la structure de la Croix-Rouge Riicht Eraus).  

Mais pour éviter que ces violences ne se produisent, le ministère de l'Egalité entend renforcer son dispositif de prévention. Taina Bofferding a donné des consignes afin que soit amélioré le site violence.lu, pour mieux cibler «les besoins en aide et assistance tant des victimes et des auteurs que des témoins de violence domestique». 

Et c'est déjà à titre préventif que la structure Riicht Eraus a été missionnée pour accueillir celles et ceux qui se considèrent comme auteurs d'agissements incorrects.


ARCHIV - 24.04.2017, Bayern, Ebenhofen: Ein Mann greift nach einer Frau, von beiden sind nur die Schatten zu sehen. (zu dpa «Landtagsdebatte zu Gewalt gegen Frauen" vom 29.11.2018) Foto: Karl-Josef Hildenbrand/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Parler plutôt que subir les violences conjugales
Alors que l'«Orange Week» touche à sa fin ce jeudi, les agressions au sein du couple restent une réalité au Grand-Duché. Si peu de victimes acceptent de parler de ce qu'elles ont vécu, Anne Kirsch-Wagner, 29 ans, a elle décidé de partager son histoire.

En 2020, la police grand-ducale a dû intervenir 943 fois pour cause de violence domestique. L'an passé, 278 différends ont abouti à une expulsion du domicile familial du partenaire ou parent violent, dont 18% étaient dus à des récidivistes. 



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de l'Egalité entre les hommes et les femmes reconnaît qu'elle accueillerait «positivement»l'introduction de cette sanction pour les auteurs de violences domestiques. L'idée fait son chemin.
Security electronic tag on a tagged criminal
Inter-Actions et le ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes ont présenté, mercredi, un nouveau programme de lutte contre les violences au sein des foyers. Avec la particularité de se focaliser sur la source du problème.
Alors que démarre la campagne mondiale des Nations Unies «Orange the World», le monde se pare de teintes orangées. Avec cette année, un accent tout particulier sur les violences domestiques exacerbées par la crise du covid-19.
22.11.2020, Spanien, Malaga: Demonstranten nehmen mit orangenen Luftballons und einem mit orangenen Bändern geschmücktem Fahrzeug an einem Autokorso teil. In mehr als 50 Städten Spaniens haben Tausende Menschen mit Autokorsos gegen eine umstrittene Bildungsreform der linken Regierung protestiert. Foto: Jesus Merida/SOPA Images via ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Outre les conséquences psychologiques, la crainte d'une augmentation des violences au sein des foyers reste au cœur des préoccupations. Et notamment de celles de la ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Mardi, Tania Boefferding a ainsi annoncé renforcer les mesures mises en place durant le confinement.
Le port d'un bracelet électronique pour l'auteur, la poursuite de la hotline ou la réforme de la loi, la ministre de l'Egalité entre les femmes et les hommes planche sur différentes mesures pour tenter d'éradiquer ce phénomène en hausse, selon les chiffres 2019 dévoilés mercredi.