Changer d'édition

Le blues des infirmières devient sujet d'étude
Luxembourg 3 min. 15.04.2021

Le blues des infirmières devient sujet d'étude

Déjà difficile au départ, la profession d'infirmier a été particulièrement exposée dans la gestion de la crise covid qui a déjà fait 784 victimes au Luxembourg.

Le blues des infirmières devient sujet d'étude

Déjà difficile au départ, la profession d'infirmier a été particulièrement exposée dans la gestion de la crise covid qui a déjà fait 784 victimes au Luxembourg.
Photo :AFP
Luxembourg 3 min. 15.04.2021

Le blues des infirmières devient sujet d'étude

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Elles seraient de plus en plus nombreuses à vouloir quitter le métier, y compris au Luxembourg. Pour en avoir le cœur net, l'Uni et l'Association nationale des Infirmières et Infirmiers (ANIL) vont questionner un maximum des 7.000 professionnels en service.

Elles ont eu droit au bravo des politiciens, aux applaudissements des citoyens et une part de l'hommage national donné le 23 juin prochain leur reviendra aussi. Bien des honneurs symboliques pour une profession en première ligne : les infirmières. Mais, au fait, comment vont-elles? «Je crois que l'on peut dire que nous sommes doublement épuisées», commente Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL (Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg).


«Le pays a vécu sur une fausse sécurité sanitaire»
Si le Luxembourg vit depuis près d'un an en pleine crise sanitaire, la situation des personnels soignant était critique bien avant l'arrivée du covid-19. Explication et perspective avec Marie-Lise Lair, à l'origine du dernier état des lieux sur le système de santé.

En effet, la crise covid qui sévit depuis plus d'un an maintenant a usé les corps. Beaucoup d'heures effectuées, beaucoup de nouvelles contraintes fatigantes à force de répétition. Mais la profession se retrouve aussi fatiguée psychiquement. «Se retrouver 24 heures sur 24 exposée à un ennemi invisible comme ce virus; se retrouver confrontée au coma, à la mort plus que de coutume, a de quoi aussi sérieusement vous ébranler», témoigne celle qui a déjà pu recevoir le témoignage de certaines collègues atteintes au plus profond d'elles-mêmes. «Ce qui peut leur faire peur aujourd'hui, c'est la perte de l'empathie. Un défunt chasse l'autre, la situation de souffrance se banalise.»

Certes des cellules de soutien ont été mises en place dans les hôpitaux, mais le mal-être est plus profond. Au point que «beaucoup d'infirmières seraient maintenant prêtes à quitter la profession. On l'entend de plus en plus dans les couloirs de nos services.» Une impression pour le moment que viendra, peut-être, corroborer  l'étude Lëtzcare. Une initiative prise par l'ANIL avec comme appui de l'Université de Luxembourg et du Pr Georges Steffgen.

Lui et son équipe spécialisée en sciences sociales vont ainsi prendre contact avec un maximum de personnels infirmiers. Hommes, femmes, résidents et frontaliers (deux tiers des effectifs) pour radiographier non seulement l'environnement de travail mais voir les causes qui pourraient pousser certains personnels à rendre leur blouse blanche pour changer de métier. «On connait déjà une pénurie forte de main-d'oeuvre, il ne faudrait pas en plus que la situation actuelle accentue encore le besoin en soignants», souffle Anne-Marie Hanff.

Le diagnostic sera posé

L'enquête, basée sur le volontariat, se déroulera en deux temps. Du 21 avril au 21 mai prochains d'abord, puis à l'automne. Deux sessions de sondage pour voir l'évolution de l'état d'esprit et des conditions d'exercice. «C'est une profession qui impose des connaissances, des gestes précis mais aussi un engagement individuel fort, et si celui-ci vient à manquer il est temps de lâcher», note la présidente dont l'association regroupe 800 infirmières. 


Nurses and doctor tend to a  patient inside the negative pressure room  during the night shift of April 10 to 11, 2020, in the intensive care unit exclusively for COVID-19 patients at the Ixelles Hospital in Brussels, amid the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
Bettel veut plus d'infirmières made in Luxembourg
La crise covid a mis en évidence une faiblesse du système de soins du pays : son extrême dépendance à l'égard des personnels de santé formés dans les pays voisins.

Mais si l'examen de santé de la profession de santé s'impose, que faire de cette évaluation? «Nous avions déjà évoqué cette situation lors d'une précédente rencontre avec Xavier Bettel. Mais comme le Premier ministre et la ministre de la Santé n'ont rien fait, on a pris les devants. Mais il est évident que Lëtzcare devra les alerter sur ce métier précieux pour la santé de chacun et donc de tous».

S'il faut de nouveaux moyens, de nouvelles formations, des renforts dans les rangs : il appartiendra aux politiques de le décider. Mais au moins le diagnostic sera posé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat mobilise toutes les blouses blanches
Des étudiants pouvant devenir laborantins, des masseurs-kinésithérapeutes autorisés à aider en centre de vaccination : la lutte contre l'épidémie de covid pousse le gouvernement à valider ces nouveaux rôles.
08.04.2021, Berlin: Der Berliner Hausarzt Karl Schorn impft seine Patientin Nicole Brusselaers mit dem Biontech-Impfstoff gegen das Coronavirus. Foto: Paul Zinken/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Des tests rapides par millions au Luxembourg
7,9 millions de tests rapides ont été commandés par le ministère de la Santé. De quoi faciliter et accélérer la détection des infections covid dans les écoles aussi bien que dans les hôpitaux, maisons de retraite ou salles de sport.
04.03.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Arzthelferin tropft die Abstrichlösung in einer Grundschule auf einen Corona-Schnelltest. An der Schule werden die Lehrerinnen und Lehrer zweimal pro Woche getestet. Nach dem Beschluss von Bund und Ländern sollen bis Anfang April Corona-Testmöglichkeiten deutlich ausgeweitet werden. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Au chevet du système de santé
Connues avant la pandémie, les lacunes du système de soins au Luxembourg ont été exacerbées par l'arrivée massive de patients infectés par le covid-19. Le chantier à venir destiné à combler les manquements s'annonce pour le moins complexe. Exemple avec les infirmières.
Lokales,Die Arbeit des Pflegepersonals in Corona-Zeiten,CHL,Klinik,Hospital,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les infirmières se lassent du silence de Bettel
En première ligne, elles le sont depuis mars. En sous-effectif et en manque de formation depuis des années. Pourtant, les infirmières du Luxembourg (représentées par l'ANIIL) ne voient toujours pas d'améliorations à l'horizon.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - Notaufnahme Urgences  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Une licence innovante en sciences infirmières»
La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.