Changer d'édition

Le besoin en enseignants persiste
Luxembourg 4 min. 17.09.2019

Le besoin en enseignants persiste

Claude Meisch, ministre de l'Éducation, met en place cette année l'Observatoire de la qualité scolaire.

Le besoin en enseignants persiste

Claude Meisch, ministre de l'Éducation, met en place cette année l'Observatoire de la qualité scolaire.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 4 min. 17.09.2019

Le besoin en enseignants persiste

Des petits écoliers aux étudiants de l'Uni, la responsabilité du ministre de l'Éducation nationale porte sur 150.000 élèves. Mais une des préoccupations de Claude Meisch (DP) reste le recrutement de nouveaux instituteurs et professeurs.

(pj avec Michèle Gantenbein) 

Claude Meisch (DP) a sans doute vécu, ce 16 septembre, la rentrée la plus tranquille depuis qu'il a pris les fonctions de ministre de l'Éducation nationale en 2013. Certes, jamais le système scolaire luxembourgeois n'a accueilli autant d'élèves -près de 150.000- mais ce mois de septembre n'aura pas été marqué par l'introduction de grandes réformes.

N'empêche, quelques dossiers chauds figurent encore sur son bureau. Comme cette récente enquête du syndicat SEW qui a pointé un mal-être des enseignants. «J'aimerais savoir plus en détail à quoi s'attendent les enseignants dans leur vie quotidienne. C'est pourquoi nous voulons mettre en place des forums d'enseignants», indique Claude Meisch.


Schoul Rentrée 2016-2017 - illustration - Photo : Pierre Matgé
Cinq choses à retenir sur la rentrée
Plus d'élèves, d'enseignants, des nouvelles mesures pour les jeunes et les parents d'élèves, un accent mis sur l'environnement: à trois jours de la reprise des cours, le ministre de l'Éducation nationale a passé son grand oral ce vendredi.

Aux yeux du ministre, ces rencontres permettraient de connaître l'opinion des professeurs, de tous niveaux : leurs attentes sur le cadre même de leur activité professionnelle mais aussi sur les réformes à lancer.

Mais s'il est un caillou dans la chaussure du ministre de l'Éducation nationale, cela reste la question du recrutement des enseignants. Un problème comme l'Administration luxembourgeoise en connaît aussi bien dans la recherche de nouveaux fonctionnaires de police, pour l'administration fiscale ou le personnel hospitalier. 

Fâché contre l'Université

«Cette année, 320 postes ont dû être pourvus mais seuls 63 enseignants ont été recrutés par l'Université du Luxembourg. Elle doit donc accepter plus de candidats», note Claude Meisch. 

Et le ton de monter clairement: «Je ne suis pas satisfait du résultat du recrutement de cette année. En tant que Ministre de l'enseignement supérieur, je rappellerai à l'Université qu'elle a le devoir de rendre service au pays, c'est-à-dire de former des enseignants pour notre système éducatif.»

A partir de 2020/21, les enfants du primaire seront initiés à la programmation de manière ludique. D'ici là, les enseignants seront formés au coding.
A partir de 2020/21, les enfants du primaire seront initiés à la programmation de manière ludique. D'ici là, les enseignants seront formés au coding.
Photo: Pierre Matgé

Mais le ministre a aussi conscience que même si l'Uni accepte 150 candidats de plus, cela ne se traduira pas par une augmentation systématique de 150 enseignants sur le terrain. Aussi, estime-t-il qu'il conviendrait de rendre la profession «attrayante pour les jeunes». «Elle offre de nombreuses perspectives et des carrières variées dans les écoles, au ministère, dans les directions régionales.»

Au passage, les regards se tournent vers la Belgique. De nombreux recrutements d'enseignants se font en effet à la sortie des facultés voisines, et Bruxelles envisage de réformer son système de formation. «Nous devons nous demander si le modèle belge avec un Master I, un Master II et d'autres spécialisations ne pourrait pas également être une piste pour nous.» 

Claude Meisch envisage de revoir le dispositif des Chèques-Service Accueil.
Claude Meisch envisage de revoir le dispositif des Chèques-Service Accueil.
Photo: Pierre Matgé

Claude Meisch a également demandé à l'Université d'offrir à l'avenir une formation en éducation spécialisée «parce que nous avons un grand besoin dans ce domaine».

A noter d'ailleurs, concernant la prise en charge des élèves à besoins spécifiques, que 193 postes équivalent temps plein ont été créés pour cette rentrée 2019-2020.

Les Chèques-Services Accueil bénéficient actuellement à près de 51.000 enfants, résidents comme frontaliers. Mais le gouvernement réfléchit à réformer ce dispositif en place depuis 2011. La possibilité de mettre en place un mode de garderie gratuite, les semaines de classe (voir ci-dessus), rendrait ces chèques inutiles pour aider les familles à financer ce service. 

Au passage, le ministre de l'Éducation, qui est aussi celui de l'Enfance et de la Jeunesse d'émettre des doutes : «Personne ne sait comment les coûts sont calculés». L'État qui participe tout de même à hauteur de six euros par heure et par enfant pris en charge dans les structures publiques comme privées, aimerait y voir plus clair.

«C'est légitime, mais nous devons veiller à ce que les services payés par l'État atteignent effectivement l'enfant, et nous devons préciser quels services supplémentaires les structures privées facturent aux parents». 


Sur le même sujet

Tous les élèves à la bonne heure
Les écoles luxembourgeoises commencent leurs cours relativement tôt le matin. Mais pas question de revenir sur cet horaire ou le rythme des cours, assure le ministère de l'Éducation.
Dans la plupart des écoles primaires luxembourgeoises, les cours commencent à 7h50 ou 8h du matin.
La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée
C'est surtout du côté des instituteurs que le pays peine à recruter. Mais il manque également nombre de professeurs de langues, français et sciences pour assurer les cours. Au Grand-Duché, le recrutement des enseignants a été élargi pour éviter ce genre de situation.
Le Luxembourg a fait le choix d'élargir les modalités de recrutement pour étoffer ses effectifs d'enseignants.