Changer d'édition

«La ville de Differdange a échoué»
Luxembourg 10 min. 28.01.2022
Sécurité

«La ville de Differdange a échoué»

Drogue, saleté et bruit permanent: de nombreux riverains du parc Gerlache n'ont qu'une envie : partir.
Sécurité

«La ville de Differdange a échoué»

Drogue, saleté et bruit permanent: de nombreux riverains du parc Gerlache n'ont qu'une envie : partir.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 10 min. 28.01.2022
Sécurité

«La ville de Differdange a échoué»

Drogue, saleté et bruit permanent : les riverains du parc Gerlache n'en peuvent plus. Beaucoup veulent s'en aller au plus vite.

(S.MN. avec Franziska JÄGER) Avec ses ongles XXL multicolores, presque aussi longs que chacun de ses doigts, David Frazão colle un flyer à côté de la porte de son bar. «Showtime», dit-il samedi, lorsque des drag-queens en gaines, porte-jarretelles et beaucoup de maquillage se déhancheront dans son établissement. Ce Portugais de 25 ans, qui vit depuis 20 ans à Differdange, organise des spectacles de travestis dans son bar. Depuis octobre 2020, il accueille ici, directement au parc Gerlache, des personnes issues de la communauté LGBTQ.


Die Abbauwände sind am Giele Botter deutlich sichtbar. Heute sind sie Teil der prächtigen Naturkulisse des Gebietes.
Des bénévoles pour lutter contre le vandalisme
Suite à la multiplication des actes de vandalisme sur le Minett Trail, des bénévoles doivent aider à signaler les dégâts et les destructions.

Elles viennent du Luxembourg, de Trèves, de Bruxelles et de France. David Frazão se produira samedi en tant que «Donna de la Strada», avec ses longs cheveux blonds, ses faux cils et son visage de porcelaine. C'est le dernier mercredi soir de ce mois de janvier, et David Frazão est aujourd'hui un serveur lambda, casquette de baseball noire, jeans noirs, chaussures de sport, tatouages sur ses bras bien musclés, prêts à remettre ses clients ivres à leur place. «Vous vous trompez de jour», lâche Frazão à notre journaliste en souriant. «Aujourd'hui, la clientèle est différente, car le Café Sportif d'à côté est fermé le mercredi. Ses clients viennent alors chez moi.»

Un environnement proche de la déchéance sociale

Personne ne peut vivre dans un environnement aussi sale et proche de la déchéance sociale. La plupart des clients sont dehors, confortablement installés autour de la table haute devant le bar, avec des bières et du tabac. Ils sont une dizaine vers 18 heures, et leur nombre devrait augmenter à chaque heure qui passe. Erik Wilhelm le sait bien, son agence immobilière est située juste à côté du café Dama (du nom de ses propriétaires, David et Marc), rue Adolphe Krieps. C'est d'ici qu'il a la meilleure vue sur le parc Gerlache. Mais pour savoir que devant son bureau, il se passe souvent plus qu'une simple rencontre entre amis, il n'a même pas besoin de se rendre aux larges baies vitrées, qui sont de toute façon en verre dépoli. «On ne peut pas les ignorer, et cela commence souvent à midi, puis ils se laissent aller ici, à partir de 19 heures, il y a jusqu'à 50 personnes ici», indique Erik Wilhelm lorsqu'il se trouve dans ses locaux. 


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les patrouilles privées continuent de diviser
Réunies une nouvelle fois mercredi pour discuter de l'insécurité au sein du quartier Gare, opposition et majorité s'accordent sur la nécessité de renforcer les effectifs policiers dans cette zone sensible. Mais les solutions envisagées divergent.

Cet Allemand a travaillé en dernier lieu en Amérique, et depuis six ans, son activité professionnelle se déroule au sein de «Parc-Immo Gestion» dans la commune du sud. Depuis 2018, le parc Gerlache est au cœur d'un débat sur la sécurité, régulièrement alimenté par des incidents qui se soldent par des interventions de la police («si tant est que la police vienne», doit concéder Erik Wilhelm) et qui dissuadent de plus en plus les riverains âgés à passer par le parc. On ne voit guère d'enfants ici. En fait, cela ne devrait pas beaucoup intéresser Erik Wilhelm, qui habite la paisible ville de Remich. Mais ces dernières années, une tâche supplémentaire, qui n'était pas prévue, s'est ajoutée à son travail de gestion immobilière. «Nous recevons de plus en plus de plaintes de locataires et de propriétaires d'appartements qui se sentent visiblement mal à l'aise.»

Erik Wilhelm se saisit d'une pile de copies de lettres et d'impressions de mails, il a tout documenté. Le 18 décembre, une riveraine de la rue Michel Rodange écrit au bourgmestre de la ville de Differdange pour lui faire part de sa colère. Objet : parc Gerlache. Des jeunes s'installeraient confortablement sur les marches de l'immeuble où elle habite et les utiliseraient «comme terrasse pour le café Eclat Sportif voisin». Ils chahutent, boivent, harcèlent, laissent des saletés derrière eux et régulièrement, elle interpelle les jeunes qui s'éloignent momentanément, mais reviennent dès que la riveraine a disparu de l'immeuble. 

Des personnes dangereuses

L'introduction de la 2G n'a pas apaisé la situation, poursuit-elle dans son courrier. «Comme les gens ne sont apparemment pas vaccinés, comme ils nous l'ont dit eux-mêmes, ils n'ont pas de contrôle Covid, mais après tout, ils ont trouvé dans l'entrée de notre immeuble et à l'extérieur dans le parc l'endroit parfait pour pouvoir consommer en toute tranquillité. Ils ne se soucient pas de nous contaminer. Je vous rappelle qu'il y a des personnes vulnérables dans notre maison.» Lorsqu'elle appelle la police, on lui dit que le problème autour du café en question est connu et que les autorités de la ville sont en train de le régler. «La police et aussi les politiciens sont au courant de ce problème depuis des années, mais rien n'a été fait jusqu'à présent.»


Lokales, Bettembourg, Lamesch, Müllmänner arbeiten teilweise gefährlich, kein Respekt, Überholmanöver und verletzte , Sicherheit am Arbeitsplatz Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Les éboueurs face aux incivilités
Applaudis pendant les confinements, les éboueurs luxembourgeois constatent le retour de comportements irrespectueux de la part des automobilistes.

Pourquoi personne ne fait rien? Erik Wilhelm a dans son classeur des dizaines de plaintes de ce type, déposées par des riverains autour du parc Gerlache. Sur son ordinateur portable, il ouvre une vidéo, une femme commente en italien ce qu'elle filme. Une entrée d'immeuble jonchée de gobelets de bière, une flaque de liquides indéfinissables se frayant un chemin jusqu'au couloir de l'immeuble. La vidéo est accompagnée d'un e-mail daté du 29 novembre, dont l'objet est «une après-midi comme les autres». «Ci-joint une vidéo que ma sœur vient de m'envoyer. Aujourd'hui, nos gentils squatteurs/dealers se sont une nouvelle fois installés dans notre entrée, comme tous les jours, du début de l'après-midi jusqu'à tard dans la nuit. J'ai maintenant décidé de jeter l'éponge et de mettre mon appartement en vente. J'ai pris cette décision avec beaucoup de tristesse et de colère, mais je n'ai pas d'autre choix. Personne ne peut vivre dans un environnement aussi sale et proche de la déchéance sociale (...) Je voudrais profiter de l'occasion pour vous remercier d'avoir essayé de demander de l'aide pour nous auprès des autorités  ''compétentes'', qui ne le sont pas en réalité.»

La même rengaine des autorités politiques

Erik Wilhelm se penche en arrière sur sa chaise et souffle. Il a effectivement essayé. Il nous montre sa correspondance avec la bourgmestre datant de novembre. Philippe Hillenbrand, président de l'Association des commerçants de Differdange (Acomm) et gérant de la pharmacie du Parc, s'était lui aussi adressé à la commune en octobre pour savoir ce qu'il en était de la sécurité future dans le centre-ville après la fin du contrat avec les agents de sécurité privés fin décembre. Erik Wilhelm se montre résigné lorsqu'il évoque les deux lettres de réponse de la ville. «Exactement la même réponse», et de citer : «Nous avons reçu votre demande et votre inquiétude ne nous est pas indifférente. Actuellement, la ville est en train d'élaborer un plan de sécurité afin de garantir un développement positif du centre-ville (...)». 


Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort
La visibilité policière accrue, cette recette déjà testée
Afin de lutter contre le sentiment d'insécurité dans certaines parties de la capitale, le ministre de la Sécurité intérieure a présenté lundi une nouvelle stratégie destinée à rassurer. Sauf que cette approche était déjà appliquée, il y a 30 ans...

En 2018 déjà, plusieurs appels à l'aide sous forme de lettres et de mails ont été envoyés à la mairie, «il n'y a pas de plans concrets ni de changements à ce jour», estime Wilhelm. Selon ce dernier, la situation autour du parc, où les riverains n'osent même plus se rendre, ne cesse d'empirer. «La ville est devenue trop grande trop rapidement, il n'y a pas assez de forces de sécurité», dit le gérant de l'immeuble. Il faut en moyenne 50 minutes à la police pour intervenir. David Frazão, du bar, parle d'autres expériences, lorsqu'il a dû appeler la centrale parce que quelqu'un avait encore pété les plombs devant sa porte. «Parfois, la police ne vient même pas». 

Il est de mauvais augure de mentionner le parc Gerlache au téléphone. «Les trafiquants de drogue le savent», dit Wilhelm. «Avec Differdange, ils sont à l'endroit où il y a le moins de résistance, car ils peuvent y mener leurs affaires de drogue sans être dérangés». La police est vue de très loin par les dealers, «d'en haut, en direction du Delhaize, les dealers ont une bonne vue lorsque la police arrive d'en bas. En haut, les dealers informent leurs collègues du parc par téléphone portable de l'arrivée de la police», explique Wilhelm. Ainsi, il n'y a rien à faire contre le trafic de drogue. 

La gratuité des transports en cause?

Le gérant de l'immeuble reconnaît une augmentation du niveau de criminalité depuis le printemps de l'année dernière. Selon lui, l'introduction de la gratuité des transports publics y est pour quelque chose. «Ils viennent de tout le pays, prennent le train au nord et viennent à Differdange», lui auraient-ils dit. Les riverains sont fatigués et épuisés. Lui-même engage parfois la conversation avec ces «jeunes adultes», comme il les appelle poliment, ne serait-ce qu'au détour d'une cigarette que le gérant leur refile de temps en temps. Parfois, la proximité humaine est plus utile que trop de tonalités rugueuses. 

Erik Wilhelm décrit la rue Michel Rodange comme un «Red Mile», où trop souvent trop de gens se retrouvent dans et devant les cafés. «La plupart vivent dans des salles de café exiguës, sans balcon, et c'est justement pendant la période de lockdown qu'ils se réfugiaient», dit-il. «Les gens viennent au Luxembourg avec l'espoir de trouver du travail, ils échouent parfois dans des milieux douteux. Il faudrait les prendre en charge socialement, nous devons faire entrer les gens dans le système.»

Erik Wilhelm s'occupe de la comptabilité de ses biens immobiliers, c'est ainsi qu'est né l'échange avec les riverains. Il raconte que des sexagénaires et des septuagénaires «ne veulent plus quitter leur domicile parce qu'ils urinent dans l'entrée de leur maison». Les frais que les riverains de Wilhelm doivent payer chaque année pour cause de vandalisme s'élèvent de 3.000 à 4.000 euros. Depuis quelque temps, Wilhelm organise régulièrement des assemblées générales avec les habitants afin que les personnes concernées puissent s'exprimer entre elles. Ils ne veulent pas voir leurs noms apparaître dans le journal, de peur que les fauteurs de troubles n'en rajoutent. Comme il n'obtient pas de réponse à la question de savoir pourquoi, selon lui, la commune ne fait rien, il prend désormais lui-même les choses en main et veut fonder une ASBL. L'acte de fondation de «Protégeons le parc Gerlache» est actuellement chez l'avocat.

Des initiatives similaires ailleurs

Wilhelm a 134 partenaires à ses côtés. L'ASBL est une déclaration d'intention des participants de faire attention à ce qui se passe dans le voisinage, sans détourner le regard, d'en discuter le cas échéant et de proposer ensuite à la commune des solutions qui vont dans le sens de la communauté. Des initiatives comme celle-ci existent dans de nombreux quartiers français, elles sont intitulées «Voisins vigilants et solidaires». 

Les riverains sont fatigués et épuisés. Marc Sossong l'est aussi. Ce professeur de musique retraité du Conservatoire de la Ville de Luxembourg se qualifie lui-même d'observateur, il fait la navette entre Bruxelles et Differdange, où il a grandi et où il possède une maison d'habitation près du parc. Lui aussi est confronté aux plaintes de ses locataires. Selon lui, il manque des caméras dans le parc, «qui arriveront peut-être dans le cadre du nouveau poste de police», espère-t-il. «Differdange a une certaine aversion pour les caméras, alors qu'elles font partie du quotidien de nombreuses villes. Avec le retour du printemps et de l'été, le bruit à l'extérieur sera encore plus fort. Mais la ville entretient une culture de la non-communication.» 

«Differdange n'est plus agréable à vivre», estime Erik Wilhelm en devenant plus explicite: «La commune a perdu le contrôle». Le Luxemburger Wort n'a pas reçu de prise de position de la ville de Differdange avant publication.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet