Changer d'édition

La vie professionnelle prend le pas sur le privé
Luxembourg 3 min. 02.12.2019

La vie professionnelle prend le pas sur le privé

Les heures supplémentaires sont le premier facteur de déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle.

La vie professionnelle prend le pas sur le privé

Les heures supplémentaires sont le premier facteur de déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 02.12.2019

La vie professionnelle prend le pas sur le privé

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
43% des salariés reconnaissent avoir des difficultés pour concilier leur job et la vie en dehors de l'entreprise. Un chiffre record mis en avant par une récente étude de la Chambre des salariés. Et une femme sur deux souffre de cette situation.

Concilier vie professionnelle et vie privée relèverait-il désormais de l'impossible? Pas loin, à en croire l'index de la Qualité du travail 2019 publié par la Chambre des salariés du Luxembourg (CSL). Au terme d'une étude portant sur 1.495 salariés, 43% affirment ne plus pouvoir équilibrer ces deux parts de leur existence. Et le chiffre ne fait que croître d'année en année. En 2014, seulement 30% des employés pointaient cette difficulté.

L'information n'a rien de si étonnant si elle est mise en perspective avec différents aspects. A commencer par l'allongement du temps de travail, au-delà des heures convenues par contrat. Ainsi, cette même étude a mis en lumière que 46% des salariés du pays dépassaient le quota d'heures hebdomadaires initialement fixé. Avec les conséquences que l'on imagine sur les questions de garde d'enfants, vie associative par exemple.

Et plus le nombre d'heures supplémentaires -le plus souvent non désirées- est grand, plus l'insatisfaction est forte. Ainsi, au-delà de dix heures travaillées en plus par semaine, 64% des personnes interrogées reconnaissent avoir parfois ou souvent des problèmes pour combiner les différentes sphères de leur existence. Sans oublier qu'à ces horaires extensibles, s'ajoute la pression digitale (SMS, mails). Celle-ci prolongeant la disponibilité du salarié même éloigné de son entreprise.


46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.

La difficile conciliation entre vie privée et professionnelle trouve aussi sa cause dans les temps de parcours de plus en plus longs. Résidents comme frontaliers passent ainsi plus de temps pour aller ou venir au travail. Soit de moins en moins de temps à consacrer à leurs proches. 

L'étude de la CSL met en avant que cette délicate conciliation entre entreprise et maison impacte le plus souvent les femmes. Ainsi 50% des sondées ne cachent pas cette difficulté quand seulement 37% des hommes estiment que l'équilibre est dur à trouver. 


Dans les coulisses du monde du travail
En pleine mutation, les organisations en place au sein des entreprises peinent à s'adapter aux attentes nouvelles de leurs salariés qui sont de plus en plus nombreux à ressentir une perte de sens qui peut mener au burn-out. Une thématique analysée par plusieurs spécialistes du monde du travail.

Dans l'étude, il apparaît que la catégorie socioprofessionnelle rencontrant le plus de mal à trouver le juste partage entre ces deux temps de l'existence reste celle incluant dirigeants, cadres et gérants (60%). Suivent les professions intellectuelles et scientifiques (52%) puis les conducteurs d'installation et de machines, ouvriers de l'assemblage (46%).

Travailler moins

«Pour les deux premiers cas, cela n'a rien d'étonnant compte tenu de l'évolution des modalités de travail, note David Buechel, psychologue du travail à la Chambre des salariés. Soit parce qu'il s'agit d'indépendants dont la réussite dépend de l'implication dans leur job (et qui ont tendance à ne pas se ménager). Soit parce que ce sont des responsables d'équipe à qui leur employeur a fixé la responsabilité d'objectifs à atteindre selon une deadline (et non en fonction de moyens). Pour y arriver donc, ils doivent sacrifier une partie de leur temps libre.»

Aussi, même si 55,4% des salariés se disent satisfaits de leur travail, rien d'étonnant à ce que dans le même temps de plus en plus de personnes expriment la volonté de faire moins d'heures à leur poste. Si 35% de la totalité des sondés ont exprimé ce souhait, la proportion dépasse les 40% quand il s'agit de femmes. Une façon de renforcer le temps disponible pour d'autres activités.


Sur le même sujet

46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.
Les mauvais élèves des élections sociales
Si le scrutin officiel a eu lieu en mars, 172 entreprises n'ont toujours pas organisé le vote de leurs salariés pour désigner leurs délégués du personnel. Une infraction pour laquelle ces sociétés risquent une amende
Congé Collectif - Chantier - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«L'économie doit pouvoir respirer»
Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.
«Il manque un volet social à ce budget»
Les indicateurs du pays étant au vert, la Chambre des salariés regrette que l'Etat n'affecte pas plus de moyens en 2020 à la lutte contre la pauvreté et soit frileux sur les investissements.
Jamais le risque de pauvreté des salariés n'a été aussi pesant dans le pays. Le budget 2020 n'en tient pas suffisamment compte pour la Chambre des salariés.
Le droit à la déconnexion attend sa loi
Nombre d'employés ont un fil à la patte digital avec leur fonction en dehors de leur temps de travail. Pour la Chambre des Salariés, le droit à la déconnexion mérite une loi contraignante. Le ministre du Travail pense autrement.
Se déconnecter de son travail, durant ses congés ou ses loisirs devrait être un droit.