Changer d'édition

La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP
Luxembourg 4 min. 12.03.2021

La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP

Luxembourg-ville compte près de 98 spots de prises de vue pour aider la police dans son travail quotidien. Mais l'emploi du service est largement perfectible.

La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP

Luxembourg-ville compte près de 98 spots de prises de vue pour aider la police dans son travail quotidien. Mais l'emploi du service est largement perfectible.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 12.03.2021

La vidéosurveillance sous l’œil de l'IGP

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'inspection générale de la police vient de rendre son rapport sur l'efficacité des caméras dans la lutte contre la délinquance. Pas de doute : des progrès peuvent être faits.

98 caméras veillent sur la capitale, ses habitants, ses salariés, ses touristes, ses visiteurs et... ses dealeurs, ses voleurs aussi. Mais tous ces yeux électroniques ont-ils une réelle influence sur le climat de Luxembourg en matière de délinquance. Pas vraiment, à en croire le rapport que vient d'établir l'Inspection générale de la police. Aussi, l'IGP ne s'est-elle pas privée de faire de nombreuses recommandations pour l'exploitation de ce service mis en fonction voilà plus d'une dizaine d'années maintenant.


Les derniers modèles reçus ont été directement équipés en vidéo chez le constructeur.
Des caméras dans tous les bus de la capitale
L'ensemble de la flotte sera équipé de vidéo-protection à l'avenir. Mais l'échevin aux transports en commun, Patrick Goldschmidt, n'a pas encore fixé le calendrier général de cette mise en place.

Car Visupol devrait, pourrait, avoir une utilité. A sa mise en place, ce réseau de caméras (fixes ou dômes) était porteur de nombreux espoirs : augmenter le nombre d'arrestations en flagrant délit, accroître les condamnations pénales y compris pour des infractions mineures, dissuader petits et gros délinquants. Il faut croire qu'avec le temps, et la réduction des moyens octroyés, le service a perdu de sa pertinence. Certes le nombre de spots a augmenté, la couverture géographique s'est étendue mais le nombre de personnels surveillant les écrans, lui, a plongé. 

Ce point a été, bien entendu, relevé par l'Inspection générale. L'IGP s'étonnant -légitimement- qu'en dehors d'événements particuliers (type Schuberfouer ou match de foot au Josy-Barthel), Visupol n'est plus sous contrôle de professionnels dès 19h. Pas sûr qu'à cette heure-là, les dealeurs soient sagement au lit. Dix effectifs, dont nombre de personnels civils, ne sauraient suffire pour assurer le contrôle efficace des rues filmées, de jour comme en soirée.

Résultat, l'efficacité mesurée par le rapport de l'IGP est sans doute moindre qu'espérée. De 2014 à juillet 2020, le réseau de vidéosurveillance n'aurait ainsi permis que 38 interpellations en flagrant délit. A peine 7 par an donc... L'introduction du dispositif n'a pas permis, non plus, de voir le nombre d'affaires de petite ou grande criminalité régresser. Au mieux, y a-t-il eu ici ou là un «effet stabilisateur» notamment en matière de vols ou de violences. Mais concernant le trafic de stupéfiants, revendeurs et clients ont appris à jongler avec les angles morts et les coins hors de vue. 


Lokales, Jugendkriminalität im Bahnhofsviertel, Gare de Luxembourg, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le quartier de la gare attend toujours ses caméras
Promise voilà deux ans, la vidéosurveillance n'a toujours pas été installée dans ce secteur de la capitale. De quoi alimenter les débats en conseil communal autour d'un quartier toujours en attente de plus de sécurité.

Mais si l'Inspection n'hésite pas à qualifier le système de «guère intimidant», pas question d'en nier l'utilité. D'ailleurs, chaque année dans une trentaine de cas, les images collectées par Visupol s'avèrent «cruciales» dans la résolution d'enquêtes. Tout comme le guidage qui peut-être donné aux agents sur le terrain depuis la salle de contrôle conserve tout son intérêt aux yeux des policiers en patrouille ou en intervention dans les rues vidéosurveillées.

Reste qu'après avoir sondé des dizaines d'agents, l'IGP encourage le ministère de la Sécurité intérieure et la hiérarchie de la police grand-ducale à plus s'appuyer sur ce réseau, en renforcer l'organisation. Une question dont débattront également les députés, le 25 mars prochain. En possession du rapport, ils auront tout loisir de peaufiner le projet de loi en cours devant offrir un nouveau cadre légal à l'emploi de ces caméras.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si un tiers des habitants de Bonnevoie, du Limpertsberg et du quartier Gare souhaiteraient voir le réseau de caméras s'étendre, d'autres solutions plus efficaces existeraient afin de renforcer leur sentiment de sécurité, révèle la dernière enquête de TNS-Ilres commandée par le ministère de l'Intérieur.
Dunkle und versteckte Ecken zu entfernen, ist für 93 Prozent der Anwohner eine Priorität.
Le ministre de la Mobilité indique un risque d'erreur de 0,00003% dans le calcul de vitesse par les 63 appareils en service sur les routes du Grand-Duché. Difficile donc de contester le résultat.
Controle de la Vitesse par la Police Grand Ducale, pour la campagne (we) Control your speed, a Alzingen, Luxembourg, 16 Avril 2015. Photo: Chris Karaba
Si plusieurs pays implantent peu à peu de nouveaux appareils capables de détecter l'utilisation d'un smartphone par le conducteur, il n'en sera pas de même dans l'immédiat au Luxembourg. La faute, pour l'heure, à «l'absence de base légale».
Driving a car at night -man driving his modern car at night in a city (shallow DOF; color toned image)
Le ministre Henri Kox reconnait que peu de toxicomanes de la Grande Région viennent s'approvisionner au Luxembourg. Henri Kox estime toutefois que nombre de dealers, eux, résident dans les pays voisins. En France particulièrement.
Lokales,Hundestaffel der Douane, Drogensuchhunde. Gepäck-Personendurchsuche nach Drogen.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort