Changer d'édition

La vaccination grimpe, les doutes aussi
Luxembourg 4 min. 25.02.2021

La vaccination grimpe, les doutes aussi

Luxembourg 4 min. 25.02.2021

La vaccination grimpe, les doutes aussi

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Avec 45.000 personnes âgées ou vulnérables à vacciner durant la phase 2, le Luxembourg doit augmenter sa capacité d'action. D'où l'ouverture des 3e et 4e centres à Mondorf et Ettebrück ce jeudi. Mais la crainte persiste sur les livraisons de flacons.

Pas à pas, la campagne vaccinale décidée pour le Luxembourg gagne du terrain. En nombre de personnes vaccinées (33.370 doses administrées) et même territorialement. «Par souci de proximité», rappelle Luc Feller du Haut-commissariat à la protection nationale en charge de mettre sur pied le déploiement des personnels et des moyens dans cette opération préventive comme le pays n'en avait jamais connue jusqu'alors. Ce 25 février, deux mois après l'arrivée des premières doses, voilà donc que sont rendus opérationnels les troisième et quatrième centres de vaccination.


Nursing students desinfect each other at the Covid-19 testing facility on the Spoor Oost site in Antwerp, on November 3, 2020. - Belgium is in a second lockdown as hospitalisations of COVID-19 patients reach record highs. (Photo by DIRK WAEM / Belga / AFP) / Belgium OUT
Chaque semaine de tests coûte 2,2 millions d'euros
Alors que la troisième phase du Large Scale Testing débutera certainement à la mi-mars, le ministère de la Santé a fait ses comptes. Cette nouvelle étape de dépistage covid nécessite une enveloppe de 64 millions d'euros.

«Dans les premiers jours, Ettebrück disposera de deux lignes de vaccination, contre une pour Mondorf-les-Bains», ont envisagé Luc Feller et les équipes associées de la Réserve sanitaire. Dans les deux sites, seule la formule Pfizer sera administrée pour le moment. 

Il est vrai que Moderna et plus encore AstraZeneca sont à la peine pour assumer le planning de livraison. «Cette semaine encore, les flacons attendus d'AstraZeneca n'ont pas été expédiés...  «Pour la vaccination actuelle des seniors de plus de 75 ans (pour qui ce vaccin n'est pas recommandé), cela ne change pas les choses, mais cela ralentit la protection immunitaire d'autres catégories de citoyens, comme les soignants ou les tranches d'âge plus jeunes», constate Luc Feller.

Ainsi va la phase 2, cahin-caha. Au gré des capacités aléatoires des laboratoires pharmaceutiques. «Même si maintenant nous sommes mieux rodés, nous tournons toujours en deçà du rythme de croisière possible.» A l'exemple d'Esch-Belval qui, ouvert depuis le 15 février, n'a pour l'heure réalisé qu'un petit millier d'injections alors qu'il a été dimensionné pour assurer au mieux 6.700 vaccinations par semaine. Reste qu'au final, le ministère de la Santé garde en vue son objectif des 71.355 personnes vaccinées pour la fin mars.

Pour le Haut-commissaire, le but reste atteignable. «Avec actuellement un taux de réponse de l'ordre de 60% pour le premier lot d'invitations lancées aux 75 ans et plus autonomes et vivant à domicile, je suis confiant», lance Luc Feller. Partageant aussi cette autre satisfaction de voir que l'expérience acquise au premier centre (Victor-Hugo dans la capitale) ruisselle sur les autres sites. «Des personnels déjà rodés venant partager leur savoir-faire avec les équipes débutantes.»

Alors à quand la dernière marche franchie, avec l'ouverture du cinquième centre annoncé du côté de Sandweiler? Pas d'actualité pour le moment. «Là, nous ouvrons au plus près des habitants concernés par cette phase 2. Il n'était pas concevable que, même pour un petit nombre de résidents, nous fassions se déplacer des personnes âgées ou fragiles vers le site de vaccination de la capitale ou Esch seulement.» Et puis, pas certain que les arrivages de vaccins se fassent suffisamment copieux pour justifier l'ouverture d'autres lignes de vaccination.

D'ailleurs, Luc Feller ne cache pas qu'il n'est pas exclu de devoir temporairement fermer l'un ou l'autre des centres de vaccination opérationnels. «S'il y a trop peu de rendez-vous pris ou trop peu de doses à disposition, voilà la limite que nous observerons jour après jour.» 

Mais c'est là une solution qui ne satisferait guère le ministère de la Santé : chaque arrêt retardant d'autant l'immunité collective tant attendue. Il faudra pour y arriver qu'environ 382.000 résidents aient pu bénéficier de l'injection anti-covid. Soit 70% des 545.400 habitants de plus de 16 ans susceptibles de recevoir une invitation... d'ici l'été. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le bilan covid passe à 772 décès
L'épidémie se traduit encore par 3.120 infections actives au Luxembourg et 128 patients hospitalisés. Des chiffres qui invitent toujours à la vigilance sanitaire.
A health worker cares for a Covid-19 patient at the intensive care unit of the university hospital in Tulln, Austria, on April 12, 2021. (Photo by HELMUT FOHRINGER / APA / AFP) / Austria OUT
La réforme du système de santé se prépare
Initiée quelques mois avant le début de la pandémie pour tenter de pallier les lacunes actuelles, la table ronde Santé a initié à ce jour 13 projets, tous voués à réformer le système actuel. Tour d'horizon des changements à venir.
Le masque FFP2 reste encore facultatif
La ministre de la Santé luxembourgeoise assure qu'aucune obligation du port de ce type de protection n'est pour l'heure envisagée. Mais d'autres parties de l'Europe ont déjà adopté le FFP2 dans leur quotidien.
22.02.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Lehrerin mit FFP2-Maske unterrichtet in einer ersten Klasse an einer Grundschule mit Wechselunterricht. Nach einem zweimonatigen Lockdown haben ab dem 22. Februar in mehreren Bundesländern wieder Schulen und Kitas unter bestimmten Hygienekonzepten geöffnet. So findet an Schulen zum Beispiel Wechselunterricht statt. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Autriche mise sur des millions de tests
Pris au dépourvu à l'automne par la seconde vague, le pays a cette fois pris les devants: avec 3 millions de tests par semaine, dont la moitié dans les écoles, le petit Etat s'érige désormais en champion de l'exercice.
(FILES) In this file photo taken on February 4, 2021 a health worker takes a coronavirus antigen rapid test swab at the new coronavirus test center in the Orangery of the Schoenbrunn Palace as Vienna expands its capacities for the rapid antigen test, amid the ongoing Covid-19 pandemic. - While Austria has struggled to contain the second wave of the coronavirus pandemic, it is fast emerging as a world leader in testing as a way of opening schools and businesses. (Photo by ALEX HALADA / AFP)
«Le risque d'une mutation encore plus virulente existe»
Pour Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, la situation sanitaire actuelle est marquée par «une hausse stabilisée des infections» qui ne nécessite pas, «pour l'heure, de prendre de nouvelles mesures». Mais la possibilité ne doit pas non plus être écartée.