Changer d'édition

La vaccination à l'assaut des galeries commerciales
Luxembourg 3 min. 30.11.2021
Lutte anti-covid

La vaccination à l'assaut des galeries commerciales

En Lorraine et en Allemagne, voilà déjà plusieurs semaines que la formule est en place.
Lutte anti-covid

La vaccination à l'assaut des galeries commerciales

En Lorraine et en Allemagne, voilà déjà plusieurs semaines que la formule est en place.
Marijan Murat/dpa
Luxembourg 3 min. 30.11.2021
Lutte anti-covid

La vaccination à l'assaut des galeries commerciales

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Le mois de décembre sera placé sous le signe du sérum anti-covid au Grand-Duché. Du 6 au 12 décembre, une "Semaine de la vaccination" est au programme, mais d'ici là, les points d'injection se multiplient déjà.

Au ton de l'obligation, Xavier Bettel (DP) et Paulette Lenert (LSAP) ont préféré celui de l'incitation. Une position qui prime, depuis le lancement de la campagne vaccinale, mais qui ne semble pas suffire. En témoignent les 23% de Luxembourgeois concernés par la campagne de vaccination qui n'ont pas encore débuté ou achevé leur parcours vaccinal.


26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La vaccination des jeunes adultes à la traîne
La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.

Pour les y pousser, le ministère de la Santé a tout imaginé. Après avoir organisé des actions ciblées dans les 12 communes les moins vaccinées du pays ces derniers jours, le gouvernement a désormais ciblé les centres commerciaux. Une telle solution avait déjà été mise en place en Moselle cet été, lors de la période des soldes. L'Allemagne a, elle aussi, fait de ce choix d'aller au-devant du grand public. 

A quelques semaines des fêtes de fin d'année, la formule pop-up permettrait donc de proposer une vaccination gratuite et sans rendez-vous aux nombreux clients qui fouleront les allées commerçantes. Y compris pour la dose de rappel, qui pourra y être administrée sans invitation et sans rendez-vous, contrairement aux consignes qui s'appliquent dans les trois centres de vaccination du pays.

«Il faut éviter que la distance soit un frein à la vaccination», a estimé le Premier ministre lors de sa prise de parole du 29 novembre. Déjà développée dans les cabinets médicaux ou grâce au ''Impf-bus'', la vaccination de proximité n'en est pas à son coup d'essai. C'est cependant la première fois qu'autant de centres éphémères ouvrent leurs portes simultanément. Cette semaine, six shopping center jouent ainsi le jeu des injections en accueillant des «pop-up». Mais d'autres suivront.

Une organisation qui a des allures de répétition générale. La semaine prochaine, le gouvernement a en effet annoncé la tenue d'une «Semaine de la vaccination». Si les détails de cette manifestation n'ont pas encore été communiqués, une chose est sûre : les pop-up seront au programme. Et pas seulement pour des actions éphémères. Ainsi, à la gare centrale de Luxembourg, un stand sera ouvert pour accueillir les volontaires à la vaccination, résidents comme frontaliers.

Ces opérations représentent autant d'options pour les retardataires de se mettre à jour avant le renforcement du dispositif CovidCheck. Annoncé par l'exécutif, il ne devrait pas intervenir avant la mi-janvier dans le monde du travail, qui suivra le système 3G (vacciné, guéri ou testé). Pour ce qui est des loisirs, le Premier ministre a cependant annoncé sa volonté de voir le système 2G (vacciné ou guéri) être mis en place le plus rapidement possible. Possiblement dans les jours à venir. En clair : les restaurants, les matchs de football ou les salles de sport ne seront bientôt plus accessibles aux personnes uniquement testées.

Si le gouvernement s'est défendu de la mise en place d'une obligation vaccinale, il ne l'a cependant pas exclue totalement. «Une obligation ne résoudrait pas la situation, cela créerait davantage d'angoisse, plus de scission», a estimé Paulette Lenert. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.
IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Xavier Bettel fait du vaccin la première arme de la lutte anti-covid. Un rappel utile alors que le pays s'apprête à voir certainement repartir les infections, avec le retour en classe, sur les chantiers, au bureau et à l'usine de nombreux vacanciers.
Ce choix ne devrait toutefois pas se concrétiser immédiatement par l'envoi d'invitations aux adolescents. Ces derniers devront certainement patienter jusqu'à la mi-juillet avant de recevoir leur première injection.