Changer d'édition

La vaccination des profs et policiers fait débat
Luxembourg 2 min. 26.04.2021

La vaccination des profs et policiers fait débat

La Confédération générale de la fonction publique considère policiers et enseignants comme des professionnels de première ligne.

La vaccination des profs et policiers fait débat

La Confédération générale de la fonction publique considère policiers et enseignants comme des professionnels de première ligne.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 26.04.2021

La vaccination des profs et policiers fait débat

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
La CGFP demande à ce que les enseignants et les agents des forces de l'ordre soient placés en priorité dans l'ordre de vaccination contre le covid. Jusqu'à présent, le gouvernement s'est refusé à établir un classement suivant les professions.

Si elle se réjouit d'avoir été entendue sur «la vaccination du personnel pénitencier», la Confédération générale de la fonction publique (CGFP) n'entend pas lâcher le morceau en ce qui concerne les autres groupes professionnels du secteur public. Lundi, le syndicat demande en effet à ce que les policiers et les enseignants soient considérés comme prioritaires pour la vaccination contre le covid.


Pharmacist Gurjit Dhadday (R) administers a Oxford/AstraZeneca Covid-19 vaccine  injection to pharmacist Josh Athwal at the Black Country Living Museum in Dudley, central England, on January 25, 2021. - Over 30 new coronavirus vaccination centres were set to open around England this week, including at the Black Country Living Museum, used as the backdrop to the award-winning period crime drama Peaky Blinders, as Britain's largest ever innoculation programme continues to gain pace. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Vaccination ne rimera pas avec profession
Pour l'heure, le comité d'éthique n'est pas favorable à donner la priorité à l'accès aux vaccins anti-covid à tel ou tel métier. Mais si tel devait être le cas, dans les mois à venir, il faudrait alors une égalité de traitement entre salariés résidents et frontaliers.

Pour la CGFP, l'ouverture d'une liste parallèle permettant aux volontaires de 30 à 54 ans de se faire vacciner avec AstraZeneca est insuffisante. A ses yeux, la vaccination «des professionnels qui entretiennent la vie publique» doit être plus rapide. Arguant que la deuxième injection n'aura lieu que «dix à douze semaines après la première», la CGFP considère «qu'un temps précieux» est perdu en attendant la vaccination des fonctionnaires travaillant en commissariat ou dans les écoles, collèges et lycées du pays.

Craignant que «de nombreux candidats ne soient pas vaccinés avant la fin de l'été», la Confédération estime pourtant que ces métiers sont «en première ligne», au même titre que le personnel de santé notamment. 


Otto Delcid is inoculated by nurse Nicole Colon with the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine at the UMass Memorial Health Care COVID-19 Vaccination Center in the Mercantile Center in Worcester, Massachusetts on April 22, 2021. - The center has the capacity to do 600 vaccinations a day and has vaccinated 20,000 people so far as the US celebrates 200,000,000 doses in the US this week. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Un citytrip destination Vaccin
Travel Pro est la première société luxembourgeoise à vouloir se lancer dans le tourisme vaccinal. Sa destination : une jolie ville, sur le continent européen, où les voyageurs pourront recevoir leur injection. Pfizer garanti!

La CGFP affirme d'ailleurs que «les ministres chargés de l'Education et de la police» auraient plaidé en faveur «d'une priorité de vaccination» pour ces deux professions, sans trouver «d'audience au Conseil de gouvernement». Il y aurait donc des «divergences d'opinion» au sein de la coalition tripartite sur cette question.

Si pour l'instant le ministère de l'Education nationale n'a pas commenté ce communiqué, celui de la Sécurité intérieure s'en tient à la position du gouvernement. A savoir refuser de dresser une liste des professions prioritaires à la vaccination, à l'exception des médecins, infirmiers et autres sous-traitants du secteur de la santé. Une position que défend depuis plusieurs mois le Comité d'éthique luxembourgeois, qui estime que prioriser tel ou tel métier «équivaudrait à retarder la priorité accordée à un groupe de personnes plus vulnérables de par leur âge ou leur situation médicale». La CGFP indique qu'une réunion est prévue avec le gouvernement le 3 mai pour évoquer cette extension aux 10.900 enseignants et 2.200 agents de la police grand-ducale du pays.

Pour rappel, la vaccination est ouverte depuis mars pour les résidents âgés de 55 à  64 ans (quel que soit leur emploi). L'ouverture de listes complémentaires, destinées à des volontaires prêts à recevoir l'AstraZeneca ou une dose non utilisée en fin de journée, pourrait accélérer la campagne vaccinale au Grand-Duché. A ce jour, 47.898 personnes ont reçu les deux doses anti-covid préconisées.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quelques heures après l'ouverture du portail destiné aux 30-54 ans désireux d'être vaccinés plus rapidement que le phasage prévu, plusieurs dizaines de milliers de résidents ont souhaité s'inscrire. Mais seuls 15.000 formulaires ont officiellement été enregistrés, indique jeudi le ministère d'Etat.
Lokales, Impfzentrum Esch Belval, maison des matériaux, Gebäude Nord Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
L'OGBL demande à ce que les personnes assurant l'entretien dans les services de santé soient placées comme prioritaires pour la vaccination. Le ministère de la Santé répond travailler en ce moment à l'intégration de certains sous-traitants dans sa campagne.
Putzfrau
Les résidents du centre pénitentiaire de Schrassig seront vaccinés ensemble et en priorité, confirment les deux ministres de la Santé et de la Justice ce lundi. Le personnel devra en revanche attendre de recevoir une invitation personnelle.
In Zeiten der Corona-Pandemie sind die Häftlinge mit ihren Bedingungen unzufrieden.
La condition sociale des personnes n'entre pas en compte dans le rang d'accès au vaccin anti-covid. Le ministère de la Santé souhaitant toujours ne s'appuyer que sur l'état de santé et l'âge des potentiels bénéficiaires.