Changer d'édition

La vaccination de proximité pour convaincre les réticents
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Pandémie au Luxembourg

La vaccination de proximité pour convaincre les réticents

Pour tenter d'atteindre l'immunité collective, fixée «entre 80 et 90%» de personnes vaccinées, Paulette Lenert mise sur la pédagogie et la proximité pour convaincre le plus possible de résidents.
Pandémie au Luxembourg

La vaccination de proximité pour convaincre les réticents

Pour tenter d'atteindre l'immunité collective, fixée «entre 80 et 90%» de personnes vaccinées, Paulette Lenert mise sur la pédagogie et la proximité pour convaincre le plus possible de résidents.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 11.08.2021
Pandémie au Luxembourg

La vaccination de proximité pour convaincre les réticents

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Contrairement à ses voisins qui connaissent un regain d'infections ces dernières semaines, le Luxembourg se trouve «dans une situation stable», assure mercredi la ministre de la Santé. Pour Paulette Lenert, l'explication se trouve dans l'avancée de la campagne vaccinale, amenée à évoluer.

Près de neuf mois après son lancement, la vaccination reste encore au centre des discussions au Luxembourg. Pourtant, si «67,5% de la population résidente de plus de 12 ans» a d'ores et déjà reçu une première dose, à en croire Paulette Lenert (LSAP) ce chiffre reste encore insuffisant pour atteindre l'immunité collective, désormais fixée «entre 80 et 90%» des résidents. D'où la volonté de la ministre de la Santé de multiplier les initiatives «pour informer et convaincre le plus de monde possible de se faire vacciner».


La piqûre de rappel de Paulette Lenert
Alors que les règles sanitaires actuelles doivent rester en vigueur jusqu'au 14 septembre, la ministre de la Santé doit détailler ce mercredi les modifications implémentées dans la campagne de vaccination et évoquer la stratégie de test imaginée pour la rentrée. A suivre en direct.

Une réalité liée aux variants qui pousse le gouvernement à adopter une stratégie plus ciblée, basée principalement sur la proximité. Profitant des vacances estivales et de l'absence d'une partie de la population, la vaccination ne se poursuivra plus dans les grands centres mais au sein des cabinets de médecins généralistes et de pédiatres «afin que les personnes non vaccinées aient les informations de la part de leur praticien de confiance», assure Paulette Lenert.

Même logique pour la mise en circulation du «Impf-bus» lors de la dernière édition du festival e-Lake à Echternach. Un centre de vaccination sur roues qui a déjà séduit une centaine de personnes et qui continuera à proposer ses services au cours d'une douzaine d'autres étapes au cours des semaines à venir. Cette campagne de proximité passe aussi par une attention toute particulière portée aux personnels soignants, dont «plus de 600 ont été vaccinés à la suite de l'opération coup de poing qui a été menée», précise la ministre de la Santé.


10.08.2021, Thüringen, Jena: Medizinstudentin Ivanna Jeziorowsky zieht eine Spritze mit dem Covid-19-Impfstoff von Johnson und Johnson auf. Bei der Impfung in den Räumen der Tafel Jena können Bürger ohne Termin geimpft werden. Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le CHL imposera la vaccination à ses nouveaux agents
Le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg a notamment annoncé, mercredi, que tous les nouveaux embauchés devront avoir été vaccinés contre le SARS-CoV2. «Un choix déontologique», selon Romain Nati.

Interrogée sur la décision du CHL de ne recruter que de nouveaux agents vaccinés, Paulette Lenert estime que l'initiative «va dans le bon sens» et indique «réfléchir à la mise en place d'une recommandation qui sera différente d'une obligation» pour tous les établissements de soins. Car «la vaccination possède un impact clair sur la pandémie», assure la ministre qui incite d'ailleurs les personnes ayant été infectées et qui souffriraient d'effets secondaires à s'inscrire au programme covid long. A ce jour, 21 patients y participent, aussi bien «pour des conséquences physiques que psychologiques».

Face à la situation sanitaire chez nos voisins, le Dr Jean-Claude Schmit indique qu'un «effet vacances» n'est pas à exclure à la rentrée, avec une hausse potentielle de nouvelles infections, même si ces dernières «devraient être limitées si les gens respectent les règles sanitaires en vigueur». Questionné sur la possibilité d'introduire une troisième dose pour la population générale, le directeur de la Santé se montre plutôt réticent à l'idée, jugeant que pour l'heure «les vaccins sont efficaces contre les variants».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pour l'heure, la proposition a recueilli un peu moins de 400 soutiens. Mais elle vient relancer le projet d'une contrainte sanitaire qui s'imposerait à certains professionnels, comme les soignants, les policiers, les enseignants voire fonctionnaires au contact du public.
(FILES) In this file photo taken on April 19, 2021 Health workers wait prior to administer Moderna vaccines against the Covid-19 at a newly-opened vaccination center in Lausanne, on April 19, 2021. - Switzerland on August 9, 2021, approved Moderna's Covid-19 vaccine for youngsters aged between 12 and 17 years old, weeks after EU regulators authorised the drug for the same age group. (Photo by Valentin FLAURAUD / AFP)
Le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg a notamment annoncé, mercredi, que tous les nouveaux embauchés devront avoir été vaccinés contre le SARS-CoV2. «Un choix déontologique», selon Romain Nati.
10.08.2021, Thüringen, Jena: Medizinstudentin Ivanna Jeziorowsky zieht eine Spritze mit dem Covid-19-Impfstoff von Johnson und Johnson auf. Bei der Impfung in den Räumen der Tafel Jena können Bürger ohne Termin geimpft werden. Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors que les règles sanitaires actuelles doivent rester en vigueur jusqu'au 14 septembre, la ministre de la Santé doit détailler ce mercredi les modifications implémentées dans la campagne de vaccination et évoquer la stratégie de test imaginée pour la rentrée. A suivre en direct.