Changer d'édition

La vaccination considérée comme «un geste civique»
Luxembourg 3 min. 24.11.2020 Cet article est archivé

La vaccination considérée comme «un geste civique»

Selon les estimations du Dr Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, la vaccination de la population prendra du temps. Raison pour laquelle une large campagne d'information débutera «prochainement».

La vaccination considérée comme «un geste civique»

Selon les estimations du Dr Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, la vaccination de la population prendra du temps. Raison pour laquelle une large campagne d'information débutera «prochainement».
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 24.11.2020 Cet article est archivé

La vaccination considérée comme «un geste civique»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que les nouvelles mesures sanitaires doivent entrer en vigueur ce jeudi, Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, revendique mardi l'ambition de faire descendre le nombre de nouvelles infections à «50 par jour». Et détaille le processus d'inoculation à venir du vaccin.

Les politiques annoncent, les spécialistes détaillent. Au lendemain de la présentation des nouvelles règles sanitaires destinées à faire reculer l'impact de la pandémie au Luxembourg, c'est au tour du directeur de la Santé d'apporter ses explications. Interrogé mardi sur les ondes de la radio 100.7, le Dr. Jean-Claude Schmit justifie le choix du gouvernement de réduire à deux personnes le nombre d'invités possible à domicile ou la fermeture des bars et restaurants jusqu'au 15 décembre par «la courbe d'infection qui reste à un niveau trop élevé».


Politik, Xavier Bettel DP und Paulette Lenert LSAP, Regierung, Col Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le Luxembourg «tire le frein à main»
Comme attendu au vu du nombre de nouvelles infections, le gouvernement indique que de nouvelles mesures sanitaires entreront en vigueur à partir de jeudi, une fois le nouveau texte voté à la Chambre, mercredi.

S'il reconnaît «l'importance des fêtes de fin d'année dans notre culture» et «le souhait de vivre ces moments en famille», le responsable de la politique de santé publique se base sur «les résultats obtenus en Belgique et en France» qui montrent qu'«il est possible de réduire le nombre de cas» au cours des trois semaines à venir. Bien que sur la même longueur d'onde que les chercheurs de la Research Luxembourg Taskforce qui plaident pour un retour des contaminations à «un niveau raisonnable» fixé à 200 cas par jour, Jean-Claude Schmit se veut «plus ambitieux». 

Et vise, à terme, la barre des 50 infections quotidiennes, seuil qui permettrait non seulement «d'alléger la charge sur le secteur hospitalier», mais aussi «de permettre à tous de voyager à nouveau à l'étranger». Interrogé sur le nombre important de nouvelles victimes ces derniers jours - 113 depuis le 1er novembre - le directeur de la Santé fait état «principalement de personnes qui étaient  en maison de retraite et âgées entre 80 et 90 ans». Des personnes à risque que les futurs vaccins n'auraient peut-être pas pu sauver.

Car si ces dernières font clairement partie des personnes vulnérables, «aucune définition reconnue au niveau international n'existe à ce jour». D'où l'attente de l'avis du comité national d'éthique qui doit permettre de trancher aussi bien «des questions techniques qu'éthiques». Que ce soit sur «le bien-fondé de l'utilisation d'un vaccin sur des personnes ayant déjà un système immunitaire plus fragile» ou «la vaccination de certains personnels tels que les pompiers ou les forces de l'ordre», détaille le directeur de la Santé.

Seule certitude répétée une fois encore, l'inoculation du sérum au sein de la population se fera dans des centres spécialisés. Ces derniers pourraient, dans un premier temps, prendre place dans les actuels centres de consultation covid, mais «nous aurons besoin de plus d'endroits», assure le Dr Schmit qui estime que «quelques centres, au début, pourraient suffire». Trois dans la capitale, un autre dans le Nord et le dernier dans le Sud, avant «une hausse progressive».


La stratégie autour de la vaccination se peaufine
A l'instar du Land de Rhénanie-Palatinat, le Luxembourg mettra sur pied des centres dédiés à l'inoculation du vaccin, confirme lundi Paulette Lenert, qui précise d'ailleurs être en attente du comité national d'éthique pour finaliser la méthode qui sera appliquée une fois les sérums livrés.

Car la vaccination de la population «prendra du temps». En raison non seulement des aspects logistiques liés à la livraison «étalée dans le temps» des doses de vaccin, mais aussi «du besoin de chacun de se décider» sur la question. Une campagne d'information à grande échelle sera donc lancée «prochainement» pour permettre aux résidents de connaître les bienfaits, mais aussi les risques encourus de cette future vaccination, présentée toutefois comme «un geste civique». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Contrairement à ses voisins qui connaissent un regain d'infections ces dernières semaines, le Luxembourg se trouve «dans une situation stable», assure mercredi la ministre de la Santé. Pour Paulette Lenert, l'explication se trouve dans l'avancée de la campagne vaccinale, amenée à évoluer.
La ministre de la Santé reconnaît que quelques centaines de personnes ont été infectées par le covid-19 après avoir reçu la première ou la seconde injection. Des cas étudiés mais pas si étonnants.
A medical worker administer the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - The clinic is jointly run by FEMA and the state of Maine with the help of other federal agencies and the Maine National Guard. The United States has resumed vaccinations with the Johnson & Johnson shot, the third authorised injection, after a brief pause over links to a rare form of clotting. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Les infections d'aujourd'hui entraîneront immanquablement des hospitalisations par la suite. Face à des services de santé déjà sous pression, le gouvernement n'avait d'autres choix que de réagir. C'est fait, maintenant... patience.
ARCHIV - 10.11.2020, Berlin: Krankenpfleger schieben einen Patienten am frühen Morgen durch einen Gang auf der Covid-19-Station des Krankenhauses Bethel Berlin. Auf dieser Station werden Patienten behandelt, die Corona-positiv getestet wurden und nicht beatmet werden müssen oder einen dringenden Verdacht auf Corona zeigen. (zu dpa: "Vor Corona-Beratungen: Kaum Chancen für Lockerungen") Foto: Kay Nietfeld/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Comme attendu au vu du nombre de nouvelles infections, le gouvernement indique que de nouvelles mesures sanitaires entreront en vigueur à partir de jeudi, une fois le nouveau texte voté à la Chambre, mercredi.
Politik, Xavier Bettel DP und Paulette Lenert LSAP, Regierung, Col Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Alors que plusieurs vaccins sont en phase d'acquisition au niveau européen, le ministère de la Santé indique vendredi se préparer au déploiement du sérum auprès des quelque 239.000 personnes prioritaires. Seule certitude annoncée: les injections se feront dans des centres spécialisés.