Changer d'édition

La tripartite se décide dans l'après-midi
Luxembourg 4 3 min. 10.06.2020 Cet article est archivé

La tripartite se décide dans l'après-midi

Le Premier ministre a d'abord accueilli les syndicats avant de rencontrer les représentants du patronat.

La tripartite se décide dans l'après-midi

Le Premier ministre a d'abord accueilli les syndicats avant de rencontrer les représentants du patronat.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 3 min. 10.06.2020 Cet article est archivé

La tripartite se décide dans l'après-midi

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
C'est en conseil de gouvernement, ce mercredi, que le Premier ministre choisira (ou non) de rassembler les partenaires sociaux. Mais au sortir de leur rencontre avec Xavier Bettel, OGBL, LCGB et CGFP étaient optimistes sur une prochaine rencontre possiblement dans la première quinzaine de juillet.

Le suspense n'est plus que relatif. Il y aura bien une tripartite dans les semaines à venir. Les syndicats y sont favorables, le patronat ne s'y opposera pas et Xavier Bettel (DP) a choisi ce 10 mai et la rencontre à Senningen avec chacun pour prendre le pouls sur cette attente. Une dernière fois cet après-midi il en discutera avec son conseil de gouvernement et, à 18h mercredi, la nouvelle devrait être confirmée.

En tout cas, au sortir de leur rendez-vous matinal avec le Premier ministre, aucun des trois syndicats (LCGB, OGBL et CGFP) n'en doutait plus une seconde. Reste à savoir si c'est leur coup de colère de lundi dernier, l'urgence de la situation ou le respect du dialogue social "à la luxembourgeoise" qui aura primé dans cette décision. «Il faut parfois savoir ne plus regarder en arrière, avançait en vieux sage des joutes d'influence Patrick Dury, président du LCGB. Là, le Premier ministre nous a écoutés, il veut notre avis, ne gâchons pas le moment.»


Les syndicats lancent un «SOS tripartite»
OGBL, LCGB et CGFP craignent que le dialogue social ne fasse les frais de la crise du covid-19. Et même si, mercredi, ils rencontrent le Premier ministre, c'est bien un comité à trois (gouvernement, syndicats, patronat) qu'ils ont à nouveau réclamé lundi matin.

Pour l'heure, les trois syndicats ont été informés de la situation générale du pays. La situation sanitaire s'améliore, mais les principaux ministres impliqués dans la gestion de crise (parmi les sept présents) sont revenus sur l'état des lieux. Finances publiques, sécurité sociale, aides aux entreprises et bien entendu marché de l'emploi: les détails ont été donnés à des syndicats avides d'informations et plein d'interrogations. Avec ce premier soulagement partagé : la progression du chômage ne serait «pas aussi catastrophique - pour le moment- qu'attendu», dixit Nora Back.

Attention, précarisation

Mais la présidente de l'OGBL se montre prudente : «D'abord parce que l'Adem ne publiera les vrais chiffres officiels que le 20 juin. Ensuite parce que les chiffres révèlent aussi des tendances qui nous préoccupent». Ainsi, les employeurs du pays ne seraient plus très chauds à signer des CDI, préférant des contrats à durée déterminée. «Je comprends l'incertitude des employeurs, mais il ne faut pas que la sortie de crise se traduise par une précarisation de l'emploi. On sait que cela affecterait non seulement le climat social mais même l'équilibre des individus», indique la responsable syndicale.

Un avis rejoignant le récent constat du Statec qui révélait que près de 25% des résidents se sentaient en situation de fragilité face au marché de l'emploi.

Pour le secrétaire général de la CGFP, la rencontre du jour a bien porté ses fruits. «Ton cordial mais l'on s'est dit des choses», résume ainsi Steve Heiliger. Le syndicat faisant part, notamment, de son regret que le gouvernement n'ait pas sollicité l'avis de la Chambre des fonctionnaires et des employés publics lors de la mise en rédaction des projets de loi covid. «Il y a eu un problème d'écoute que la Confédération et les autres partenaires regrettent, d'autant que nous avons aussi notre part de la solution qui permettra au pays de s'en sortir.»


Poliotik, Conseil de gouvernement Briefing presse, Xavier Bettel une Paulette Lenert: Nouvelles mesures de déconfinement Briefing. Corona Virus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les futures lois covid-19 officiellement présentées
Au Luxembourg, l'état de crise prendra officiellement fin le 24 juin. Mais le respect des règles de distanciation sociale et d'hygiène se poursuivra au-delà de cette date. Afin de rendre légales ces mesures, le gouvernement a rédigé deux nouveaux textes, qu'il a exposés vendredi à la Chambre.

Et de réclamer au passage plus de concertation au sujet de la protection des données sanitaires que le gouvernement souhaiterait voir stocker jusqu'à six mois, ou moins d’excès dans certaines mesures coercitives. «On parle à un moment de pouvoir interner toute personne infectée par le virus et qui ne respecterait pas les règles d'isolement, ça va loin...»  Aussi, oui, les trois syndicats ont redit d'une seule voix leur attachement à la tenue de la tripartite. Plus que quelques heures à attendre pour savoir s'ils ont bien été entendus.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le rendez-vous entre gouvernement, syndicats et patronat s'est traduit par bien peu d'avancées. A l'exception de la poursuite des aides pour les entreprises et la prolongation du chômage partiel conjoncturel , rien de bien neuf dans la gestion de crise.
IPO , Chateau Senningen , Tripartite ,Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Demandée avec insistance par les syndicats, la rencontre entre partenaires sociaux et gouvernement pour trouver des solutions à la sortie de crise n'a pas encore reçu l'aval du gouvernement. Pour Dan Kersch, ministre du Travail, l'option serait possible, mais une fois l'état de crise passé, indique-t-il mardi.
OGBL, LCGB et CGFP craignent que le dialogue social ne fasse les frais de la crise du covid-19. Et même si, mercredi, ils rencontrent le Premier ministre, c'est bien un comité à trois (gouvernement, syndicats, patronat) qu'ils ont à nouveau réclamé lundi matin.
Interrogé une nouvelle fois sur ses intentions de convoquer une tripartite pour répondre aux difficultés économiques engendrées par la crise sanitaire, le Premier ministre botte en touche, assurant que d'autres moyens ont d'ores et déjà été mis en oeuvre.
Politik, Parlament, Corona, Staatsminister Xavier Bettel betritt den Cercle Cité  zur Bekanntgebung zur Lockerung der Quarantänebestimmungen, mit Maske, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
En promettant deux projets de loi plus souples sur les modalités de sortie de crise, le Premier ministre a rassuré LCGB, OGBL et CGFP. Les trois formations étaient reçues mardi matin pour la deuxième fois en quatre jours.
Politik, Bettel trifft Gewerkschaften wegen Pandemiegesetz + Gesundheits Kommissioun, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
OGBL, CGFP et LCGB ont pu exposer, jeudi, leurs attentes concernant la sortie de crise à un Premier ministre jusque-là sourd à leurs revendications. Mais écouter n'est pas accepter. Et pour la loi covid-19, chacun en rediscute le 19 mai prochain.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort