Changer d'édition

«La tripartite s'annonce comme une attaque contre l'index»
Luxembourg 3 min. 21.03.2022 Cet article est archivé
Pour déi Lénk

«La tripartite s'annonce comme une attaque contre l'index»

L'augmentation générale des salaires de 2,5% est prévue pour ce printemps, alors que la dernière tranche indiciaire est tombée en octobre dernier.
Pour déi Lénk

«La tripartite s'annonce comme une attaque contre l'index»

L'augmentation générale des salaires de 2,5% est prévue pour ce printemps, alors que la dernière tranche indiciaire est tombée en octobre dernier.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 21.03.2022 Cet article est archivé
Pour déi Lénk

«La tripartite s'annonce comme une attaque contre l'index»

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Le parti politique déi Lénk craint que la réunion tripartite de ce mardi 22 mars tourne davantage autour de l'index que des prix de l'énergie, qui devaient initialement être au centre des discussions.

L'explosion des prix de l'énergie, et rien d'autre. C'est le sujet que déi Lénk souhaite voir être mis en avant lors des échanges de la réunion tripartite de ce mardi 22 mars. Autour de la table, syndicats, patronat et gouvernement doivent se retrouver pour «trouver des solutions efficaces à court terme en collaboration avec les partenaires sociaux», avait rappelé Paulette Lenert (LSAP).


Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Nora Back, Patrick Dury, Romain Wolff, Steve Heiliger, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La tripartite se tiendra mardi prochain
Le gouvernement, les syndicats et le patronat seront réunis la semaine prochaine dans le but d’apporter des solutions à la hausse des prix de l'énergie.

Mais déi Lénk craint que les discussions ne prennent une autre tournure que celle mise en avant par l'exécutif. «Si, au départ, il s'agissait de s'attaquer au problème de l'explosion des prix de l'énergie, cette réunion s'annonce de plus en plus comme une attaque contre l'index», fait part le parti politique dans un communiqué. 

L'augmentation générale des salaires de 2,5% est en effet dans les esprits depuis plusieurs semaines. Alors que la dernière tranche indiciaire a été déclenchée en octobre 2021, la prochaine devrait tomber au printemps, tandis que le Statec annonce une inflation galopante à 4,4% pour 2022. Cette dernière étant principalement boostée par la hausse des prix de l'énergie, certains réclament, à l'image de la Fédération des artisans, que l'énergie soit sortie du calcul. Une manoeuvre à laquelle déi Lénk s'oppose radicalement, car elle «ferait grimper les profits».

Un chèque énergie de 100 à 200 euros

Le parti politique va même plus loin en proposant que «la taxe carbone soit intégrée à l'index». Cette dernière, instaurée en janvier 2021, s'applique sur toutes les énergies fossiles au Luxembourg. D'abord fixée à 20 euros par tonne de CO2 émise, cette taxe est passée à 25 euros. Elle devra, à terme, atteindre 30 euros en 2023. L'index étant un outil visant à faire face à l'inflation, déi Lénk qualifie les attaques du patronat contre ce dispositif d'«irresponsables».  «Qu'une coalition, dont le LSAP est membre, accepterait d'en discuter, serait tout bonnement consternant», souligne le communiqué.


10.03.2022 Explosion der Spritpreise , Benzinpreis , Tankstelle , Benzin , sprit , Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
«Il faut trouver des solutions efficaces à court terme»
Le gouvernement a convoqué une tripartite ce jeudi, avant Pâques, en raison de la flambée des prix de l'énergie. Pour l'opposition, cela ne suffit pas. Elle a demandé des mesures immédiates.

Le parti politique développe plusieurs idées visant à contrer la flambée des prix de l'énergie. Ainsi, déi Lénk souhaite que l'Etat «assume à nouveau les missions de l'approvisionnement et de la distribution énergétiques». Concrètement, cette mesure permettrait plus de flexibilité au niveau des prix, en mettant en place un échelonnement selon des critères sociaux.

Pour faire face à la hausse de l'énergie, déi Lénk met également en avant la proposition d'un chèque énergie d'un montant de 100 à 200 euros en fonction de la taille du ménage, une idée qui avait également été avancée par le LSAP. «Cette aide a le double avantage d'être rapide et d'éviter les lourdeurs administratives», appuie le parti.

«L'État doit contraindre les riches à la solidarité »

Il propose par ailleurs un dispositif de financement public visant à améliorer la qualité énergétique des logements. «La facture énergétique des ménages les plus vulnérables est élevée parce qu'ils vivent souvent dans des logements anciens et mal isolés», pointe du doigt déi Lénk. Alors que le système de primes s'adresserait aux plus aisés, le financement public visant directement les passoires thermiques permettrait de toucher en priorité les ménages précaires.

«Plus que jamais, l'État doit contraindre les riches à la solidarité», conclut déi Lénk. Alors qu'elle devait initialement se tenir avant Pâques, l'avancée de la tripartite a été réclamée par les syndicats OGBL, LCGB et la CGFP. Les discussions s'annoncent cassantes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce jeudi, la Fédération des artisans a mené une assemblée générale extraordinaire. A l’ordre du jour, l’explosion des prix de l’énergie et l’impact de l’inflation sur les entreprises.
Alors que la prochaine augmentation automatique des salaires doit tomber au printemps, certaines entreprises luxembourgeoises redoutent cette échéance. Le secteur de l'artisanat craint de ne pouvoir compenser l'index par une hausse du chiffre d'affaires.
Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.
Surprised African-American man in denim jacket looks at receipt total in sales check holding paper bag with products in mall