Changer d'édition

La tripartite repart sans trébucher
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

La tripartite repart sans trébucher

«La satisfaction des syndicats est venue du ministre du Travail qui partage la même vision sur les modalités de négociations dans le pays», souligne Patrick Dury, président national du LCGB.-  Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort

La tripartite repart sans trébucher

«La satisfaction des syndicats est venue du ministre du Travail qui partage la même vision sur les modalités de négociations dans le pays», souligne Patrick Dury, président national du LCGB.- Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 02.12.2019

La tripartite repart sans trébucher

Le Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE) a enfin tenu une réunion, après deux mois sans possible conciliation entre les trois partenaires. L'Union des entreprises, les syndicats et le ministre du Travail

(pj) Il y aurait pu y avoir des haussements de voix, des poings qui frappent la table et des portes qui claquent, mais au final rien de tout cela. A en croire les, rares, commentaires à la sortie du Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE), la rencontre entre syndicats, patronat et ministère du Travail ce lundi matin s'est déroulée «dans une ambiance relativement bonne», dixit le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP).

Et cela n'avait rien d'évident au terme de deux mois de bras de fer entre les représentants de l'Union des entreprises (UEL), l'OGBL, le LCGB et la CGFP. Deux mois d'échanges d'amabilités dus au souhait de l'UEL de vouloir «dialoguer plutôt que négocier», et s'en tenir à des bipartites avec les membres du gouvernement plutôt qu'en commun avec les syndicats. Cette position, selon ces derniers, signifiait «la mort du compromis à la luxembourgeoise».


«L'économie doit pouvoir respirer»
Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.

La rupture du dialogue social au sein du CPTE avait entraîné le rassemblement du 19 novembre dernier où près de 1.500 militants avaient marqué leur attachement aux travaux du comité

Mais, en ce début décembre, pas question de sortir les armes. D'ailleurs, Dan Kersch a visiblement calmé la colère des uns et fait taire les envies des autres en signifiant que lui-même et le gouvernement restaient attachés à cette forme de dialogue social, en tripartite qu'est le Comité permanent.

Avant la fin du mois

Une mise au point entendue par tous, compris de la ministre de la Famille Corinne Cahen (DP) venue assister à cette réunion. Quels dossiers ont été évoqués? Bizarrement, les protagonistes semblaient l'avoir oublié sitôt la sortie franchie. Seule comptait la réconciliation. «Nous allons pouvoir travailler comme avant, se félicitait le président du LCGB, Patrick Dury, à l'issue de la rencontre. Avant la fin du mois, si nos calendriers le permettent, un nouveau Comité se tiendra.» 

A l'approche de l'index, au vu des études de la Chambre des salariés soulignant la progression du nombre de travailleurs pauvres ou la nécessité de mettre à jour les règles du travail du fait des nouvelles pratiques liées à la digitalisation : les sujets de discussion ne manqueront pas pour les rencontres à venir.


Sur le même sujet

La vie professionnelle prend le pas sur le privé
43% des salariés reconnaissent avoir des difficultés pour concilier leur job et la vie en dehors de l'entreprise. Un chiffre record mis en avant par une récente étude de la Chambre des salariés. Et une femme sur deux souffre de cette situation.
46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».
Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.
Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Un grand rassemblement syndical le 14 novembre
Réunis en front commun, la CGFP, le LCGB et l'OGBL ont convenu d'une action de protestation contre le boycott du dialogue des employeurs, qui avaient quitté les négociations tripartites avec le gouvernement le 18 septembre dernier.
André Roeltgen et l'OGBL s'associent au LCGB et à la CGFP pour organiser une grande manifestation le 14 novembre