Changer d'édition

La tripartite déçoit les syndicats
Luxembourg 2 min. 14.12.2021 Cet article est archivé
Social

La tripartite déçoit les syndicats

A l'issue de la tripartite, les syndicats sont repartis mécontents du château de Senningen.
Social

La tripartite déçoit les syndicats

A l'issue de la tripartite, les syndicats sont repartis mécontents du château de Senningen.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 14.12.2021 Cet article est archivé
Social

La tripartite déçoit les syndicats

Ils ne cachent pas leur amertume. Les syndicats luxembourgeois CGFP, LCGB et OGBL qualifient les mesures décidées lors de la tripartite de «résultats médiocres».

Ni la prolongation du chômage partiel et ni le prolongement des aides de l'Etat aux entreprises en difficulté, n'ont suffi aux syndicats. La réunion tripartite du 13 décembre, la première depuis le mois de juillet, n'a pas répondu aux attentes de l'OGBL, de la CGFP et de LCGB qui auraient souhaité que les discussions s'orientent davantage sur le pouvoir d'achat des résidents.


IPO , Chateau Senningen , Tripartite ,Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La tripartite accouche d'une souris
Le rendez-vous entre gouvernement, syndicats et patronat s'est traduit par bien peu d'avancées. A l'exception de la poursuite des aides pour les entreprises et la prolongation du chômage partiel conjoncturel , rien de bien neuf dans la gestion de crise.

Ainsi, des nombreux points que les organisations syndicales auraient aimé voir à l'ordre du jour, très peu ont véritablement été abordés. «La méthode était à nouveau la même qu'en juillet 2020», déplorent les trois syndicats dans un communiqué de presse commun, le 14 décembre. 

Une fois les exposés des ministres sur la situation économique et sociale du Luxembourg effectués, patronat et syndicats ont pu s'exprimer. Des différentes propositions formulées lors de ces prises de parole les ministres présents n'ont retenu qu'«une poignée de mesures», regrettent les syndicats. 

Si les trois organisations saluent les différentes avancées actées lors de cette réunion (à l'image de la prolongation du chômage partiel), elles les estiment «très médiocres, compte tenu des défis actuels». «Les syndicats représentatifs au niveau national doivent donc déclarer que le gouvernement n'est pas en mesure de créer le cadre nécessaire à un dialogue social national fort», poursuivent les signataires du communiqué.

Des mesures «insuffisantes»

Au cœur des incompréhensions se trouve l'absence de discussion autour du pouvoir d'achat des résidents. Alors que les syndicats avaient formulé de nombreuses revendications visant à le renforcer, via des allocations familiales ou des mesures fiscales sélectives, le gouvernement a estimé que de tels échanges n'avaient par leur place dans la tripartite. 


Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Nora Back, Patrick Dury, Romain Wolff, Steve Heiliger, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une tripartite en pleine remontée de fièvre
Ministres, syndicats et patronat ont rendez-vous ce lundi après-midi pour une nouvelle rencontre. Alors que le virus fait à nouveau trembler l'économie, le gouvernement va tout de même devoir faire face à de nombreuses attentes sociales.

Pour les syndicats, l'augmentation de l'indemnité de vie chère et l'annonce de la gratuité des cantines scolaires «ne sont pas suffisantes». D'autant plus qu'elles n'incluent par les frontaliers «dont l'importance pour l'économie luxembourgeoise et le système de protection sociale luxembourgeois a été la plus fortement prouvée dans la pandémie». 

Si le gouvernement, dont les syndicats ont déploré l'attitude «arrogante» souhaite voir la tripartite considérée comme un instrument de crise, OGBL, CGFP et LCGB arguent que les domaines du logement et du climat sont aussi «en situation de crise». 

Xavier Bettel (DP) a, de son côté, indiqué que l'état des finances publiques ne permettait pas au gouvernement de faire preuve de davantage de générosité. Une annonce qui n'a pas refroidi les organisations syndicales, qui ont annoncé poursuivre leurs efforts en œuvrant «pour un renforcement du pouvoir d'achat et pour lutter contre les inégalités croissantes».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

86% des demandes de chômage validées ce mois-ci concernent des sociétés dont l'activité reste fortement impactée par les effets de la crise covid. Mais le nombre de bénéficiaires n'a jamais été aussi bas depuis près d'un an et demi.
An employee works in a hall with coils of cold-rolled steel at the ThyssenKrupp plant in Duisburg, western Germany on November 16, 2021. - Shares in Thyssenkrupp rose at the Frankfurt Stock Exchange on November 16 after press reports about the possible IPO of a unit developing green hydrogen projects. ThyssenKrupp wants to find out, how coal can be replaced by hydrogen in the production of iron in their blast furnaces. Behind this is the "H2Stahl" project, the aim of which is to reduce CO2 emissions in steel production in the future by using hydrogen. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Ce vendredi, gouvernement, patronat et syndicats sont amenés à se réunir pour évoquer l'après covid-19 lors d'une tripartite. Une première pour les partenaires sociaux depuis la décennie 2010. L'occasion d'aborder le dialogue social au pays en compagnie de Franz Clément, chercheur au Liser.
IPO,corona Tripartite Senningen.Gewerkschaftsvertreter. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
En promettant deux projets de loi plus souples sur les modalités de sortie de crise, le Premier ministre a rassuré LCGB, OGBL et CGFP. Les trois formations étaient reçues mardi matin pour la deuxième fois en quatre jours.
Politik, Bettel trifft Gewerkschaften wegen Pandemiegesetz + Gesundheits Kommissioun, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort