Changer d'édition

La tripartite au cœur des revendications du LCGB
Luxembourg 3 min. 01.05.2021

La tripartite au cœur des revendications du LCGB

C'est en visio, depuis le Parc Hotel Alvisse que le président du LCGB a tenu son discours du 1er mai.

La tripartite au cœur des revendications du LCGB

C'est en visio, depuis le Parc Hotel Alvisse que le président du LCGB a tenu son discours du 1er mai.
Photo : Alain Piron
Luxembourg 3 min. 01.05.2021

La tripartite au cœur des revendications du LCGB

Fête du Travail, centenaire du parti, c'est un Patrick Dury remonté qui a pris la parole ce 1er mai. Le président du syndicat réclamant à nouveau au gouvernement de faire un point d'étape sur la situation sociale du pays et son devenir.

(pj avec Morgan KUNTZMANN) «Cette crise nous a montré à quel point notre société est vulnérable.» Et par ces premiers mots de son discours du 1er mai, le président du LCGB n'entendait pas seulement parler de la fragilité de la santé, de l'emploi mais aussi du Luxembourg et son activité. «Pour un petit pays, cela signifie clairement que nous ne pouvons pas maîtriser de tels défis sans l'Union européenne», saluait au passage le responsable. 


Soziale Armut
La «pauvreté laborieuse» gagne du terrain
Travailler ne suffit plus pour faire face au niveau de vie luxembourgeois, regrette à nouveau la Chambre des salariés. D'autant que la crise covid n'a rien arrangé : le risque de pauvreté s’accroît et les inégalités se creusent.

Mais cette Europe qu'il défend, Patrick Dury et ses adhérents aimeraient bien aussi la changer. Par exemple dans son action sanitaire. «La procédure d'approbation des vaccins a pris trop de temps», reproche-t-on ici. «Il est scandaleux de voir que d'autres pays avaient déjà vacciné une partie importante de leur population et que l'UE, elle, n'était toujours pas sortie des starting-blocks». 

Cette Europe, Patrick Dury en a aussi défendu une conception protectrice. «Nous avons besoin d'elle comme garde-fou de la mondialisation.» A elle de garantir les droits sociaux essentiels, l'écologie mais aussi de protéger les emplois européens face à des concurrents déloyaux, comme en Chine. 

Et le leader syndical de tacler au passage les erreurs de la politique industrielle européenne qui a eu, notamment, pour conséquence de sortir une entreprise comme l'actuelle Liberty Steel de Dudelange du giron d'ArcelorMittal pour la mettre entre les mains de «spéculateurs de premier ordre». Dans ce dossier, le LCGB réclame d'ailleurs que la SNCI (Société nationale de crédit et d'investissement) agisse plus visiblement pour voler au secours de l'entreprise en danger avec la perte de son principal financier britannique.

Tripartite attendue

Au niveau national, le syndicat entend que les leçons de la crise covid soient tirées. «La première chose à clarifier est pourquoi nous ne pourrions pas mieux protéger les personnes âgées et vulnérables dans les maisons de retraite», a demandé Patrick Dury, rebondissant sur la polémique des clusters qui a valu la mise en place d'une commission d'enquête indépendante. 


A défaut de pouvoir retrouver ses collègues, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer des «coffee breaks» virtuels.
Le covid-19 complique l'entrée dans le monde du travail
Prudence dans les recrutements, travail à distance, difficultés à créer des liens... L'insertion sur le marché professionnel des jeunes diplômés est inévitablement compliquée par les effets de la pandémie. Une situation qui pourrait laisser des traces pendant plusieurs années.

Mais surtout il convient encore et encore de se pencher sur les conséquences économiques de la crise covid. «La tripartite se fait attendre depuis trop longtemps», s'impatiente le LCGB. La dernière réunion de la sorte date de l'été dernier, et depuis bien des choses ont changé. Aussi, Patrick Dury retoque à la porte du gouvernement pour la tenue rapide d'une nouvelle rencontre avec les ministres et les partenaires sociaux.

Centenaire cette année, le LCGB n'en démord pas de sa demande pour l'exonération d'impôts pour les petits salaires faibles et les revenus moyens. Tout comme est réclamée «l'indexation complète des transferts sociaux et en particulier des allocations familiales».

Enfin, un mot a été dit sur le travail dominical, sujet de maintes discussions actuellement. Reprochant à la législation d'être «complètement dépassée», Patrick Dury demande à ce que les textes soient adaptés «de toute urgence». Avec cette demande posée sur la table : que les employés du commerce de détail volontaires puissent travailler huit heures contre quatre actuellement, selon la loi. Et là encore, pour mener à bien la discussion, il faudra se retrouver à trois autour de la table : syndicats, employeurs et gouvernement. Sachant que LCGB et OGBL ne défendent pas forcément la même position sur ce sujet...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'OGBL vigilante à la défense des acquis sociaux
La présidente Nora Back a fait montre de pugnacité dans la volonté du syndicat de ne pas voir les salariés payer les pots cassés de la crise sanitaire. Attendant du gouvernement des gestes forts pour soutenir la relance.
OGBL 1er Mai 2021 manifestation Esch
Plan social finalement acté chez IBM
Initiée début mars, la procédure visant à licencier 38 salariés s'est achevée ce lundi par la signature d'un accord entre syndicat et direction. Après tout de même un passage par une procédure de non-conciliation, indique lundi le LCGB.
San Francisco, UNITED STATES: The IBM logo is pictured at the RSA Conference 2007 in San Francisco, 07 February 2007.  AFP PHOTO/GABRIEL BOUYS (Photo credit should read GABRIEL BOUYS/AFP via Getty Images)
Plus de visibilité pour les offres d'emploi
Plus besoin d'être inscrit auprès de l'ADEM pour accéder aux annonces de postes vacants. Une facilité pour le recrutement que devraient apprécier les demandeurs d'emploi autant que les entreprises.
online,fr, Isabelle Schlesser, Direktorin der ADEM, Arbeitslosigkeit Monat Mai  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les banques face à la concurrence des courtiers en ligne
Ludiques, faciles, rapides. Si des applications permettent aujourd'hui de réaliser des opérations boursières sans la moindre difficulté, elles restent encore rares au Luxembourg. Pas de quoi donc - pour le moment - inquiéter les acteurs de la Place.
Les syndicats parlent, Bettel écoute et... à mardi
OGBL, CGFP et LCGB ont pu exposer, jeudi, leurs attentes concernant la sortie de crise à un Premier ministre jusque-là sourd à leurs revendications. Mais écouter n'est pas accepter. Et pour la loi covid-19, chacun en rediscute le 19 mai prochain.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort