Changer d'édition

La tripartite accouche d'une souris
Luxembourg 2 min. 14.12.2021
Social

La tripartite accouche d'une souris

Les sourires de départ se sont vite effacés du côté des syndicats qui n'ont pas été suivis dans leurs revendications.
Social

La tripartite accouche d'une souris

Les sourires de départ se sont vite effacés du côté des syndicats qui n'ont pas été suivis dans leurs revendications.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 14.12.2021
Social

La tripartite accouche d'une souris

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le rendez-vous entre gouvernement, syndicats et patronat s'est traduit par bien peu d'avancées. A l'exception de la poursuite des aides pour les entreprises et la prolongation du chômage partiel conjoncturel , rien de bien neuf dans la gestion de crise.

Il est des coups de poing qui coupent le souffle. Il faut croire que c'est ce genre de coup qu'ont ressenti OGBL, LCGB et CGFP au terme d'une tripartite qu'ils réclamaient pourtant de leurs vœux depuis des mois. Mais au final les annonces (ou plutôt l'absence de nouveaux dispositifs) du gouvernement ont bel et bien estomaqué les syndicats. Les trois ont choisi de ne faire aucun commentaire une fois, lundi, les trois heures de discussions achevées.


Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Nora Back, Patrick Dury, Romain Wolff, Steve Heiliger, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une tripartite en pleine remontée de fièvre
Ministres, syndicats et patronat ont rendez-vous ce lundi après-midi pour une nouvelle rencontre. Alors que le virus fait à nouveau trembler l'économie, le gouvernement va tout de même devoir faire face à de nombreuses attentes sociales.

Rendez-vous manqué? Pas de l'avis du Premier ministre qui, face à la liste de doléances des représentants des salariés,  ironisait sur la «très longue liste de demandes, avec 40 ou 50 points» apportée par les organisations. Aux yeux de Xavier Bettel, pas question de faire de la réunion «un salon de discussion» mais bien de rester dans le cadre d'une rencontre de gestion de crise. Un rendez-vous qui n'avait plus eu lieu depuis juillet 2020 toutefois. Et s'il faut tenir une nouvelle tripartite, le chef du gouvernement renvoie la possibilité avant... les vacances d'été 2022. 

Pour le court terme toutefois, plusieurs prolongations ont été décidées. A commencer par celle du chômage partiel (qui concernait encore 10.874 employés le mois dernier). Ainsi, pour les personnels concernés, la certitude de toucher au moins l'équivalent du salaire minimum est maintenue, tout comme les 80% de versement du salaire initial.

Les aides d'État aux entreprises en difficulté, elles aussi, se voient prorogées. Ainsi, à partir du 1er janvier 2022, aides aux coûts non couverts et aides de relance sont reconduites pour deux mois. Voilà notamment les cafetiers et restaurateurs rassurés, eux qui s'interrogeaient sur la poursuite de ces soutiens.

Pour sa dernière tripartite, le ministre des Finances Pierre Gramegna a réservé la primeur de ses notes à un drôle d'invité.
Pour sa dernière tripartite, le ministre des Finances Pierre Gramegna a réservé la primeur de ses notes à un drôle d'invité.
Photo : Guy Jallay

Et à part ça? Des procédures simplifiées pour les entreprises qui souhaitent employer des réfugiés (donc fini la priorité aux demandeurs d'emploi qualifiés inscrits à l'Adem). Des facilités administratives pour les conjoints de ''talents" recrutés au Luxembourg et qui cherchent à accéder au marché de l'emploi. Bref, rien de bien transcendant en fait. C'est bien là ce qui a estomaqué les trois syndicats, du privé et du public, qui ont préféré ne pas commenter à chaud les choix exposés par le gouvernement. Cela se fera, à froid, dans le courant de la semaine.


Politik, OGBL-Kongress, Nora Back, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'OGBL craint l'endormissement du gouvernement
Le syndicat entend secouer Xavier Bettel et ses ministres pour qu'ils n'entrent pas dans une phase de léthargie. De nouvelles réformes doivent être mises en oeuvre, selon la présidente Nora Back, et cela bien avant les élections de 2023.

OGBL, LCGB et CGFP qui voulaient parler fiscalité, logement ou main tendue aux ménages en difficulté sont repartis froissés du château de Senningen. «Nous n'avions pas les mêmes chiffres. Et sans point de départ commun, il est difficile d'avoir une discussion», devait déclarer Xavier Bettel pointant le fait qu'il ne disposait pas de toute façon de marge financière pour plus de générosité. 

Bref, comme l'a résumé Michel Reckinger, le président de l'Union des entreprises, «c'était un échange, rien de plus». Une tripartite pour rien en somme.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

86% des demandes de chômage validées ce mois-ci concernent des sociétés dont l'activité reste fortement impactée par les effets de la crise covid. Mais le nombre de bénéficiaires n'a jamais été aussi bas depuis près d'un an et demi.
An employee works in a hall with coils of cold-rolled steel at the ThyssenKrupp plant in Duisburg, western Germany on November 16, 2021. - Shares in Thyssenkrupp rose at the Frankfurt Stock Exchange on November 16 after press reports about the possible IPO of a unit developing green hydrogen projects. ThyssenKrupp wants to find out, how coal can be replaced by hydrogen in the production of iron in their blast furnaces. Behind this is the "H2Stahl" project, the aim of which is to reduce CO2 emissions in steel production in the future by using hydrogen. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Les bourgmestres du Luxembourg vont voir le Fonds de dotation globale répartir plus d'argent aux 102 communes du pays. Un soutien en augmentation de plus de 7% d'une année à l'autre.
Bau, Baustelle, Chantier, Handwerker, Ouvriers, Bauarbeiten, Travaux, Foto Lex Kleren
Les syndicats sont ressortis amers de la rencontre, vendredi, avec Etat et patronat. Pour LCGB, OGBL et CGFP, si des avancées sociales ont été obtenues, la discussion n'a pas permis d'aborder des thèmes essentiels pour assurer une sortie de crise aux dégâts socialement limités.
Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Xavier Bettel, Patrick Dury, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
C'est en conseil de gouvernement, ce mercredi, que le Premier ministre choisira (ou non) de rassembler les partenaires sociaux. Mais au sortir de leur rencontre avec Xavier Bettel, OGBL, LCGB et CGFP étaient optimistes sur une prochaine rencontre possiblement dans la première quinzaine de juillet.
IPO,corona Tripartite Senningen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
OGBL, LCGB et CGFP craignent que le dialogue social ne fasse les frais de la crise du covid-19. Et même si, mercredi, ils rencontrent le Premier ministre, c'est bien un comité à trois (gouvernement, syndicats, patronat) qu'ils ont à nouveau réclamé lundi matin.