Changer d'édition

La timide chasse aux camions avides de gazole
Luxembourg 2 min. 04.10.2019 Cet article est archivé

La timide chasse aux camions avides de gazole

Pour l'heure, la police verbalise les transporteurs internationaux quittant les autoroutes pour faire le plein.

La timide chasse aux camions avides de gazole

Pour l'heure, la police verbalise les transporteurs internationaux quittant les autoroutes pour faire le plein.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 2 min. 04.10.2019 Cet article est archivé

La timide chasse aux camions avides de gazole

Les poids lourds ne doivent pas prendre le Luxembourg pour une pompe à essence, il en va de la tenue des engagements climatiques du pays. Reste que pour dissuader les transporteurs internationaux de faire un crochet par le pays, le ministère de l'Energie agit prudemment.

(PJ) Le «tourisme à la pompe» ne concerne pas seulement les 200.000 frontaliers. Une part majeure du volume de carburant servi dans les stations-service du pays bénéficie à une foule de poids lourds traversant le Grand-Duché. Si les finances publiques en tirent profit (deux milliards par an), la pratique va à l'encontre du souhait exprimé par le ministre de l'Énergie, Claude Turmes (Déi Gréng) de réduire la vente de gazole à ces camionneurs internationaux dans le but louable de ne pas compromettre les objectifs climatiques luxembourgeois. Mais comment s'y prendre?

Le député Mars di Bartolomeo (LSPA) vient d'interpeller le ministre à ce sujet. Car si la volonté est affichée, les moyens d'y parvenir restent flous ou timides.  «Sachant qu'en matière de prix du gazole il a opté pour une approche prudente», pointe d'ailleurs le socialiste dans sa question parlementaire. Juste une augmentation légère des accises en mai dernier.  


Politik, Sommerinterview Claude Turmes, Kalleksuewen Aussichtsplattform Ettelbrück, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Claude Turmes déploie son énergie verte
Comme ministre de l'Aménagement du territoire, le responsable Déi Gréng se préoccupe du développement harmonieux du pays et en tant que ministre de l'Energie, il se concentre sur l'efficacité thermique, l'électromobilité et la fin de la dépendance au pétrole.

Pour l'heure, «le gouvernement observe l'évolution de la vente des carburants» avance le ministre écologiste. Et de repousser à «prochains mois» les suites à donner «afin de respecter les engagements de l'accord de Paris». Certes.

Actuellement, en fait, la seule limitation en vigueur consiste à traquer les camions en transit qui ont interdiction de quitter les autoroutes, compris pour faire le plein. Ces poids lourds, qui n'ont ni lieu de livraison, ni lieu de dépôt dans le pays, ont pourtant parfois tendance à s'éloigner du réseau imposé. Cela afin de remplir leur réservoir auprès d'une station-service où ils bénéficient d'une carte de fidélité.

Ces détours ont effectivement été constatés aux échangeurs près des aires de Capellen et de Berchem. Même chose au Windhof, à Rodange et à Bettembourg. «Au nord du pays, le phénomène ne semble pas être aussi répandu», relate Claude Turmes. 

Un ministre qui envisage de mobiliser les forces de police pour «des contrôles plus réguliers et des sanctions dissuasives». Une initiative dont il pourra avec son collègue de parti, Henri Kox qui vient d'être mandaté par Déi Gréng comme ministre délégué à la Sécurité intérieure aux côtés de François Bausch.

Reste que le secteur pétrolier au Grand-Duché représente 234 stations dans le pays et 2.600 emplois directs.


Sur le même sujet

Déjà ministre du Logement depuis le remaniement gouvernemental d'octobre 2019, celui qui était également sous la tutelle de François Bausch (Déi Gréng) pour ce volet, devient ce jeudi le seul titulaire de ce portefeuille. Il hérite donc de tous les dossiers concernant la police.
Contacto, Interview Henri Kox, Foto: Lex Kleren/Contacto
En une nuit, le litre de super 95 et 98 octane a baissé de 4,6 cents ce mercredi 12 juin 2019. En cinq points, le secrétaire général du groupement pétrolier luxembourgeois explique comment et pourquoi le prix du litre varie régulièrement.
Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
Avec la hausse des accises sur le carburant en mai prochain, le prix à la pompe deviendrait plus attractif en Belgique qu'au Luxembourg pour les professionnels de la logistique, indique le Groupement pétrolier luxembourgeois.
Aire de Berchem, Berchem, le 14 Octobre 2016. Photo: Chris Karaba