Changer d'édition

La tension redescend d'un cran dans le secteur Horeca
Luxembourg 3 min. 07.01.2021

La tension redescend d'un cran dans le secteur Horeca

Face à la prolongation de la fermeture des bars et restaurants jusqu'au 31 janvier, une manifestation de restaurateurs doit avoir lieu samedi 16 janvier à Luxembourg-Ville.

La tension redescend d'un cran dans le secteur Horeca

Face à la prolongation de la fermeture des bars et restaurants jusqu'au 31 janvier, une manifestation de restaurateurs doit avoir lieu samedi 16 janvier à Luxembourg-Ville.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 07.01.2021

La tension redescend d'un cran dans le secteur Horeca

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
La rencontre organisée ce jeudi entre le ministre des Classes moyennes et les représentants du secteur a officiellement abouti à un échange «fructueux», même si aucune décision n'a été prise. Face à la situation, certains patrons envisagent de manifester mi-janvier dans les rues de la capitale.

S'ils étaient particulièrement remontés mardi soir, promettant de «hausser le ton» face au gouvernement, les représentants des bars et restaurants semblent avoir changé de stratégie. Deux jours après avoir appris que tous les établissements du secteur Horeca resteraient fermés jusqu'au 31 janvier au moins, François Koepp semble avoir mis de l'eau dans son vin. 


Geschlossene Lokale in der Hauptstadt.Ghost City. Leere Kneipen.Luxemburg-Stadt. Corona,Covid-19.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»
En décidant de faire rouvrir les commerces et pas les bars et restaurants, le gouvernement se met à dos un secteur déjà affaibli par une activité en dents de scie depuis des mois. En cause notamment les formulations employées par la ministre de la Santé, jugées «inadmissibles»

Évoquant un échange «fructueux» au cours duquel «bon nombre de points positifs sont ressortis», le secrétaire général de l'Horesca estime qu'un accord pourrait être prochainement trouvé. «Car ceci n'est qu'une question de volonté politique». Manière subtile de mettre la pression sur le gouvernement dans son ensemble pour apporter un soutien à un secteur en grande difficulté. 

Car outre les revendications visant à «accélérer le versement du chômage partiel», la prise en charge «à 100% des frais pour la durée de la fermeture administrative» ou la prolongation du régime d'aide «au-delà du 31 mars», les représentants souhaitent aller plus loin. Notamment en mettant en place «une campagne de tests rapides pour tous les personnels avant la réouverture» ou «la mise en place d'un bon spécial dédié à l'Horeca». Autant de mesures qui ne dépendent pas des seules attributions du ministre des Classes moyennes.


WI,PK Paulette Lenert,Retrospective de la semaine.Corona,Ministere de la Sante,Gesundheitsministerium. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Notre paquet de mesures relève d'une grande prudence»
Alors que plusieurs pays européens ont renforcé leur dispositif sanitaire en lien avec la hausse attendue des infections suite aux fêtes de fin d'année et l'apparition d'une nouvelle souche du virus, le Luxembourg adopte une autre stratégie. Tout en laissant la porte ouverte à des modifications futures.

Raison pour laquelle Lex Delles (DP) doit évoquer ces questions «au sein du conseil de gouvernement prochainement», précise-t-il ce jeudi. Ce qui devrait donc se traduire par la mise en place de nouveaux échanges avec Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, et Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé. Quant aux autres demandes, le ministre de tutelle de l'Horeca se veut «optimiste» mais se refuse à avancer un quelconque accord de principe. 

«Un nouveau paquet de mesures a été voté il y a à peine trois semaines, il nous faut d'abord analyser ses effets avant de prendre de nouvelles décisions», assure Lex Delles qui ne cache d'ailleurs pas son étonnement quant à certaines demandes. Notamment en ce qui concerne la création d'un bon spécial dédié aux seuls restaurateurs et cafetiers qu'il affirme «entendre pour la première fois». Car pour lui la question cruciale reste celle de l'ouverture, puisque «les entreprises qui font des demandes d'aide ne le font pas pour avoir une aide, mais bel et bien pour pouvoir travailler».


Lokales,Wie Gastronomiebetriebe und Cafés auf die Verlängerung des Lockdowns reagieren,hier:Restaurant ROMA, Inhaber Guiseppe Parrino,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les restaurants tentent de sauver la fin d'année
Alors que le secteur de l'horeca devra garder portes closes jusqu'à la mi-janvier, les restaurateurs essaient de garder la tête hors de l'eau. Mais si la période est habituellement chargée, cette année, les alternatives ne font pas suffisamment recette.

Une question qui sera au cœur de la manifestation qui devrait se dérouler le samedi 16 janvier dans les rues de Luxembourg-Ville. Initiée par le chef Etienne-Jean Labarrère-Claverie au travers d'un groupe Facebook, l'idée consiste à «faire entendre notre voix pour trouver des solutions», assure-t-il en tablant sur la présence d'«au moins 500 personnes». Pour l'heure, l'autorisation de manifester n'a pas encore été accordée. Interrogé sur ses plans en cas de refus, l'organisateur assure «que cela se saura, tout comme cela se saura si nous l'obtenons».

A noter enfin qu'aussi bien François Koepp que Lex Delles espèrent que cette manifestation se déroulera «de manière positive», les deux ayant spontanément fait référence aux images du Capitole, submergé par les partisans de Donald Trump. Une hypothèse extrême que réfute Etienne-Jean Labarrère-Claverie qui assure que «le but ne consiste aucunement à faire de quelconque débordements, mais bien de nous faire entendre.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Notre paquet de mesures relève d'une grande prudence»
Alors que plusieurs pays européens ont renforcé leur dispositif sanitaire en lien avec la hausse attendue des infections suite aux fêtes de fin d'année et l'apparition d'une nouvelle souche du virus, le Luxembourg adopte une autre stratégie. Tout en laissant la porte ouverte à des modifications futures.
WI,PK Paulette Lenert,Retrospective de la semaine.Corona,Ministere de la Sante,Gesundheitsministerium. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'Horeca sert encore une fois de bouc émissaire»
En décidant de faire rouvrir les commerces et pas les bars et restaurants, le gouvernement se met à dos un secteur déjà affaibli par une activité en dents de scie depuis des mois. En cause notamment les formulations employées par la ministre de la Santé, jugées «inadmissibles»
Geschlossene Lokale in der Hauptstadt.Ghost City. Leere Kneipen.Luxemburg-Stadt. Corona,Covid-19.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les restaurants tentent de sauver la fin d'année
Alors que le secteur de l'horeca devra garder portes closes jusqu'à la mi-janvier, les restaurateurs essaient de garder la tête hors de l'eau. Mais si la période est habituellement chargée, cette année, les alternatives ne font pas suffisamment recette.
Lokales,Wie Gastronomiebetriebe und Cafés auf die Verlängerung des Lockdowns reagieren,hier:Restaurant ROMA, Inhaber Guiseppe Parrino,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort