Changer d'édition

La stratégie de test luxembourgeoise applaudie
Luxembourg 2 min. 11.08.2020 Cet article est archivé

La stratégie de test luxembourgeoise applaudie

Grâce à sa stratégie de dépistage à grande échelle, le Luxembourg détecte chaque semaine des personnes asymptomatiques.

La stratégie de test luxembourgeoise applaudie

Grâce à sa stratégie de dépistage à grande échelle, le Luxembourg détecte chaque semaine des personnes asymptomatiques.
Photo: Sven Hoppe/dpa
Luxembourg 2 min. 11.08.2020 Cet article est archivé

La stratégie de test luxembourgeoise applaudie

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) met désormais en avant la stratégie luxembourgeoise de dépistage à grande échelle. Et appelle les autres pays d'Europe à suivre l'exemple du Grand-Duché. Une bonne nouvelle pour le pays pointé du doigt ces dernières semaines en raison de l'augmentation de ses chiffres des infections.

Tester plus, toujours plus. Face à l'augmentation du nombre de cas dans certains pays, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) appelle les États européens à «maximiser les efforts de test». Selon l'agence européenne, les pays qui ont opté pour un dépistage à grande échelle «sont mieux dotés pour détecter rapidement une recrudescence de cas». 

Selon l'ECDC, ces tests à large échelle revêtent en effet «un rôle clé». Ceux-ci permettent en effet d'assurer «un contrôle des transmission au sein de la population», «un traçage contact complet» tout en constituant la «base d'une surveillance efficace». Les résultats des tests, précise l'agence basée à Stockholm, permettent en effet de «guider les décisions visant à mettre en place des mesures de santé publique», mais aussi à identifier rapidement les foyers d'infection.  


A woman is tested on June 30, 2020 at a "corona walking test center" opened by German biotech company Centogene at the airport at Frankfurt am Main's airport. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
Un dépistage offert pour les vacances
Alors que certains pays imposent un test au covid-19 négatif pour entrer sur leur territoire, le gouvernement a décidé mercredi de prolonger le dépistage, pour les voyages à l'étranger, tout au long du mois d'août. Tous les résidents pourront en bénéficier une fois et gratuitement.

Et à cette stratégie, le Luxembourg joue les bons élèves. Cité à plusieurs reprises en exemple, le Grand-Duché arrive en tête des pays qui réalisent le plus de dépistages en Europe avec 10.659 tests par 100.000 habitants pour la semaine du 20 juillet 2020. Soit un taux 5,7 fois plus élevé que celui du pays occupant la deuxième place du classement.  

La stratégie luxembourgeoise, bien que payante, a aussi eu son revers de la médaille. Le Grand-Duché a ainsi été classé en zone à risque par de nombreux pays d'Europe, comme la Belgique, la Suisse ou encore l'Allemagne. Et les restrictions se sont multipliées pour les voyageurs en provenance du Luxembourg. 

Nouvelle évaluation des risques

L'ECDC met ainsi en garde contre des conclusions hâtives déduites des nouvelles infections reportées. Le Centre souligne en effet que face à la grande diversité des stratégies de dépistage dans l'Union européenne, il est important d’analyser si une augmentation des nouvelles infections est due à la méthode de test ou à une réelle recrudescence. Comme pour le Luxembourg, dont la stratégie de test à large échelle inclut aussi «le dépistage des cas asymptomatiques». 


la voix du luxembourg
Le casse-tête des voyageurs luxembourgeois
Pour l'heure en Europe, seule la Lituanie se refuse à accueillir les résidents luxembourgeois sur son sol. Mais où aller, avec ou sans test covid préalable? Les ministères de la Santé et des Affaires étrangères jouent les guides au jour le jour.

D'ailleurs, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a mis à jour son évaluation des risques qui souligne que les taux de nouvelles infections notifiées dépendent largement du taux de tests effectués. 

Mais si la stratégie luxembourgeoise s'avère payante, la lutte contre le virus n'est pas terminée pour autant. Dans une interview au Tageblatt dimanche, la ministre de la Santé soulignait la possible reprise des infections par «mini secousses» dans le pays.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La barre des 350 décès franchie
Trois nouvelles victimes viennent s'ajouter au bilan du covid au Grand-Duché au dernier bilan officiel. Plus réconfortant : moins de 200 malades infectés sont actuellement pris en charge.
Healthcare workers listen as Chief of Staff Doctor Joseph Varon talks to them in the Covid-19 ward at United Memorial Medical Center in Houston, Texas on December 4, 2020. - Joseph Varon, a doctor treating coronavirus patients at a Texas hospital, was working his 252nd day in a row when he spotted a distraught elderly man in the Covid-19 intensive care unit (ICU). Varon's comforting embrace of the white-haired man on Thanksgiving Day was captured by a photographer for Getty Images and has gone viral around the world. (Photo by Mark Felix / AFP)
Grevenmacher reprend du service pour le dépistage
Placé en "veille", le centre de test covid-19 de Grevenmacher va être réactivé. A partir de lundi, dix centres seront donc en activité pour diagnostiquer au maximum la population, résidents et frontaliers.
Lokales, Illustration, Teststation Covid 19, Corona, Test Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'Allemagne ne discrimine pas ses voisins luxembourgeois
Les rumeurs selon lesquelles les résidents du Grand-Duché sont particulièrement visés en Allemagne ne sont pas fondées. Et si c'était le cas, cette attitude serait illégale. «La nationalité seule n'est en aucun cas une raison valable» précisent les autorités allemandes.
Lok , Autobahn Richtung Trier , hinter Wasserbillig , Raststätte Markusbierg , Deutsche Polizei kontrolliert Autos wegen Coronavirus , Sras-CoV-2 , und schickt alle nichtberechtigten zurück , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les restrictions se multiplient dans le monde
«Bulle de contact» rétrécie en Belgique, tests de dépistage en Allemagne ou encore déplacements restreints au Maroc : de nombreux pays durcissent leurs mesures sanitaires pour tenter de freiner la pandémie, qui a franchi la barre des 650.000 morts.
Relatives mourn the death of a loved one, victim of COVID-19, outside the La Bermeja municipal cemetery in San Salvador on July 27 2020. (Photo by Yuri CORTEZ / AFP)
«Faire moins de tests n'est pas une option»
Face à la hausse «importante mais non exponentielle» du nombre de nouvelles infections au covid-19, le gouvernement n'annonce pas, mercredi, de nouvelles mesures spécifiques. Ces dernières pourraient toutefois intervenir d'ici dimanche, en fonction de l'évolution de la situation.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«L'évolution de la courbe reste inquiétante»
Le Premier ministre Xavier Bettel a commenté les derniers chiffres d’infections au covid-19 indiquant que s'il prenait de prochaines mesures «ce ne seront pas des mesures d'assouplissement». Rien que la semaine dernière, 402 nouvelles infections ont été recensées, mais, pour la ministre de la Santé Paulette Lenert, il est encore trop tôt pour parler de deuxième vague.
IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort