Changer d'édition

La solitude devient un problème important pour les jeunes
Luxembourg 5 min. 07.06.2022
Le bien-être général en hausse en 2021

La solitude devient un problème important pour les jeunes

Au 3e trimestre 2021, 8,1% des résidents déclarent se sentir toujours ou la plupart du temps seuls, dont 12,9% des personnes âgées de 16 à 24 ans et 9% des personnes âgées de 50-64 ans.
Le bien-être général en hausse en 2021

La solitude devient un problème important pour les jeunes

Au 3e trimestre 2021, 8,1% des résidents déclarent se sentir toujours ou la plupart du temps seuls, dont 12,9% des personnes âgées de 16 à 24 ans et 9% des personnes âgées de 50-64 ans.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 07.06.2022
Le bien-être général en hausse en 2021

La solitude devient un problème important pour les jeunes

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Parallèlement, on observe une baisse de la satisfaction dans la vie et du sentiment de bonheur chez les 16-24 ans.

Il y a quelques jours s'est tenue la conférence «Well-being 2022» à Luxembourg. Une conférence rehaussée par la présence du professeur Ruut Veenhoven, pionnier dans le domaine de la recherche sur le bien-être et le bonheur. De bonheur, il en est justement question dans les derniers indicateurs de bien-être des Luxembourgeois publiés il y a quelques jours par le Statec.


Die Schulen bleiben auch nach den Osterferien für die Schüler geschlossen.
Dans les lycées, la santé mentale se déstigmatise
Pour encourager les jeunes à prendre soin de leur santé mentale, le centre psycho-social et d'accompagnement scolaire met l'accent sur la communication. Un dialogue nécessaire, alors que les cas dépressifs augmentent.

On le sait, le Luxembourg est notamment considéré comme l'un des pays les plus heureux au monde, juste derrière les pays nordiques. Mieux encore, des récentes études montrent que le bien-être global des enfants reste élevé au Luxembourg. Tout n'est pas rose pour autant puisque, selon le dernier «Quality of Work Index 2021», le bien-être des travailleurs se dégraderait quant à lui. La faute à une pandémie qui a quelque peu affecté la santé mentale des travailleurs. Ainsi, en 2020, 11% des personnes interrogées présentaient un risque élevé de dépression. Ce taux est passé à 15% en 2021.

Une hausse après les baisses de 2020

Dans son dernier Luxembourg Index of Well-being (LIW) (Index du bien-être du Luxembourg, en français), le Statec s'intéresse notamment au domaine de l’emploi, de l’éducation, de la santé ou encore l’indicateur sur les difficultés à joindre les deux bouts du domaine «revenu et patrimoine». D'une manière générale, le Statec constate que tous ces indicateurs ont rebondi en 2021, certains très fortement après une baisse plus ou moins importante en 2020.


Business people in large modern meeting room
Les salariés luxembourgeois moins regardants sur les valeurs
La dernière enquête Workmonitor de Randstad révèle que le marché de l'emploi au Grand-Duché est moins tendu que dans le reste du monde.

Les rebonds les plus substantiels sont observés pour les indicateurs qui ont connu les plus fortes chutes en 2020: formation continue des adultes, taux de chômage et les difficultés à joindre les deux bouts. «L’indicateur formation continue des adultes n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant la pandémie de covid-19», précise le Statec. 

Pour comprendre les données, il faut partir du principe que  lorsqu’un indice est supérieur à 100, cela traduit que l’indicateur a progressé au-delà de la valeur de la période de référence, ici 2010. 

Des résultats surprenants

Ainsi, on apprend que les indicateurs du domaine éducation demeurent les seuls à avoir progressé depuis 2010: niveau d’études supérieures (147 points) et formation continue des adultes (133 points).« En revanche, les indicateurs sur l’emploi, hormis le taux d’emploi (105 points), restent à la traîne, en deçà du niveau de 2010 malgré une hausse en 2021 : taux de chômage (87 points) et temps partiel involontaire (85 points)», détaille le Statec. 


Portrait of little kid boy sad on birthday. child with lots of toys. Tired preschool boy
La pandémie impacte la santé mentale des enfants
L'étude Covidkids réalisée par l'Université de Luxembourg et Unicef examine le bien-être des enfants et des adolescents pendant la pandémie. Les résultats ont été présentés ce vendredi.

L’état de santé est le seul des indicateurs qui n’a pas connu de baisse en 2020, au contraire, il croît continuellement depuis 2018 et retrouve en 2021 (101 points) son niveau de 2010. «Ce résultat est très surprenant, surtout dans le contexte de la crise sanitaire, mais il correspond à ce qui est observé dans la majorité des pays de l’Union européenne».

En revanche, les émissions de gaz à effet de serre sont en hausse après une forte chute en 2020, ce qui a pour effet une baisse de l’indice en 2021. 

La solitude a augmenté chez les jeunes

Durant chaque trimestre de l’année 2021, le Statec a demandé aux résidents d’attribuer une note sur dix à la satisfaction de leur vie actuelle, de leur bonheur actuel, et à la satisfaction de leur vie future. La meilleure note a été attribuée à la satisfaction dans la vie actuelle, avec un score de 7 sur 10 au 3e trimestre 2021, et de 6,7/10 au 4e trimestre. 

En deuxième position suit le sentiment d’être heureux actuellement, avec des notes moyennes de 6,4/10 (3e trimestre) et 6,7/10 (4e trimestre). Enfin, la satisfaction de leur vie future présente les notes les plus basses: avec des scores de 6,3/10 (3e trimestre) et 6,5/10 (4e trimestre).


ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht vom 12. November 2020: Alles gleichgültig: Haben Mitarbeiter innerlich gekündigt, braucht es oft ein klärendes Gespräch mit der Führungskraft, um den Ursachen auf die Spur zu kommen. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
La démission est-elle au bout du tunnel?
Démotivation, fatigue, envie de changements professionnels : la crise covid se traduit chez les salariés par de nombreuses remises en question. Après la houle virale, l'économie luxembourgeoise doit-elle craindre une vague de départs?

Les résidents ont également octroyé une note sur dix à leur sentiment de solitude. Au 3e trimestre 2021, 8,1% des résidents déclarent se sentir toujours ou la plupart du temps seuls, dont 12,9% des personnes âgées de 16 à 24 ans et 9% des personnes âgées de 50-64 ans. Au 4e trimestre, le taux augmente même à 9,1%. 

À l’inverse, quatre résidents sur cinq n'ont jamais ou rarement eu ce sentiment (79,5%), et parmi eux, 41,3% ne l’ont jamais connu. La solitude devient un problème important pour la partie plus jeune de la population. Elle touche 15,5% des 16-24 ans, mais uniquement 5% des 50-64 ans. Parallèlement, on observe une baisse de la satisfaction dans la vie et du sentiment de bonheur chez les 16-24 ans.

L’insatisfaction au travail plus fréquente parmi les non-Luxembourgeois

Le Statec a aussi interrogé les employés résidant au Luxembourg sur leur niveau de satisfaction au travail. Il ressort que le niveau d’insatisfaction au travail est retombé dans les dernières années à 14% en 2021 après une hausse de 13% à 19% entre 2013 et 2018. 

A première vue, les personnes faisant des heures supplémentaires et du travail posté, et les jeunes sont les plus insatisfaits (respectivement 19%, 18% et 15% en 2021). «Les résidents en emploi de nationalité non luxembourgeoise, les personnes faisant du travail posté et celles avec une ancienneté de 10 ans ou plus chez leur employeur ont la plus forte probabilité d’être insatisfaites», indique notamment le Statec.

L’étude montre que le Luxembourg, bien qu’il bénéficie d’avantages comparatifs comme l’état de santé, le niveau de revenu, la longévité et de capital social, n’en tire pas pleinement parti et peine à transformer ses richesses en bien-être ressenti par les citoyens. Le Luxembourg fait cependant partie du groupe des pays les mieux lotis en termes de bien-être subjectif, même s’il pourrait mieux faire. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Organiser sa vie professionnelle en fonction de sa vie privée, c'est le pari osé de David Gavroy, PDG de DG Group. Ses employés ont désormais des horaires de travail libres, une petite révolution.
Près d'un quart des résidents ont le sentiment que la crise covid-19 les précarise sur le marché du travail. Une crainte plus vive pour la génération des 35-54 ans, indique la dernière étude du Statec.
asdf
Une étude du Statec, qui se base sur des chiffres de 2016, livre un score plutôt favorable en matière de bonheur chez les Luxembourgeois. Cependant, ce chiffre varie fortement en fonction de l'âge des individus.
Logement, lieu de vie et loisirs
Logement, environnement, loisirs... les résidents luxembourgeois se déclarent plus qu'heureux, d'après une récente étude qui les compare à leurs voisins européens.