Changer d'édition

La société «doit apprendre à vivre avec le virus»
Luxembourg 2 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

La société «doit apprendre à vivre avec le virus»

Les pédiatres s'attendent à une vague de parents qui veulent avoir un certificat afin que leurs enfants ne soient pas obligés d'aller à l'école.

La société «doit apprendre à vivre avec le virus»

Les pédiatres s'attendent à une vague de parents qui veulent avoir un certificat afin que leurs enfants ne soient pas obligés d'aller à l'école.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

La société «doit apprendre à vivre avec le virus»

Michèle GANTENBEIN
Michèle GANTENBEIN
De nombreux parents ne veulent pas envoyer leurs enfants à l'école par crainte qu'ils soient infectés par le coronavirus et tentent d'obtenir un certificat médical chez le pédiatre.

(MF avec Michèle Gantenbein) – Alors que l'Italie n'ouvrira ses écoles qu'en septembre, la perspective d'une rentrée dès lundi prochain dans les lycées et onze jours plus tard dans le fondamental, n'est pas du goût de nombreux parents au Luxembourg. 

Une tendance forte qui se reflète dans les nombreux commentaires qui fleurissent dans les médias sociaux mais qui a connu un «pic» ce week-end au vu du carton de la pétition 1550 réclamant une réouverture des écoles, lycées, crèches, maisons relais en septembre seulement.


La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne
En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.

Le ministre de l'Education nationale (DP), Claude Meisch comprend les craintes et les inquiétudes mais ne bouge pas sa position d'un iota pour le moment. L'association des pédiatres se félicite, au contraire, de la décision du gouvernement de rouvrir les écoles. «Il est important que les enfants sortent à nouveau. Il n'est pas bon pour eux d'être constamment à la maison et sans contacts sociaux», explique le Dr Patrick Theisen interrogé par le Luxemburger Wort. Le président de l'association est clair: «Nous devons apprendre à vivre avec le virus.»

Pour les pédiatres, la donne est limpide : «Nous établissons un certificat pour les enfants qui appartiennent au groupe à risque en raison d'une maladie», explique Patrick Theisen. Mais il est convaincu que «ces enfants ne représentent qu'une petite minorité». Le ministère de la Santé doit bientôt publier la liste des maladies pouvant faire l'objet d'une dispense de scolarité. 


Politik, Maskenpflicht bei Schülern, Buff, Maske, Atemschutz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Une protection offerte à chaque écolier
Chaque jeune effectuant sa rentrée le 25 mai disposera d'un tour de cou lui permettant de se couvrir bouche et nez si besoin. C'est une des promesses du ministre de l'Education au président du Syvicol. Pas de quoi rassurer le représentant des 102 communes du pays.

En revanche ce n'est pas la responsabilité des pédiatres de délivrer une attestation de maladie si un adulte du ménage appartient au groupe à risque et que les enfants doivent rester à la maison pour cette raison. C'est au «médecin de famille d'en décider».  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne
En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.
Tous les élèves pourront bientôt se faire tester
«Toute la population devrait pouvoir être testée», a déclaré le ministre de l'Education nationale Claude Meisch. A commencer par les lycéens et enseignants qui effectueront leur rentrée début mai. Le conseil de gouvernement a donné son feu vert à un «monitoring à large échelle».
Une protection offerte à chaque écolier
Chaque jeune effectuant sa rentrée le 25 mai disposera d'un tour de cou lui permettant de se couvrir bouche et nez si besoin. C'est une des promesses du ministre de l'Education au président du Syvicol. Pas de quoi rassurer le représentant des 102 communes du pays.
Politik, Maskenpflicht bei Schülern, Buff, Maske, Atemschutz, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Que les cours des terminales deviennent facultatifs
Le retour annoncé des élèves de dernière année de secondaire le 4 mai prochain ne plaît pas à l'UNEL et au SEW/OGBL qui demandent vendredi la mise en place d'une dispense de présence physique jusqu'à la fin de l'année. Tout en demandant la possibilité de rencontrer les enseignants.
Lokales, Escher Lyzeum, Lycée de garçons, Examen, Abi Abschluss Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort