Changer d'édition

La sécurité du quartier Gare devant la justice
Luxembourg 3 min. 06.05.2021

La sécurité du quartier Gare devant la justice

Pour Guy Foetz (déi Lénk), conseiller communal à Luxembourg, le problème de l'insécurité doit être résolu «par la voie légale».

La sécurité du quartier Gare devant la justice

Pour Guy Foetz (déi Lénk), conseiller communal à Luxembourg, le problème de l'insécurité doit être résolu «par la voie légale».
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 06.05.2021

La sécurité du quartier Gare devant la justice

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Suite à la décision de Lydie Polfer (DP) de continuer à faire appel à des sociétés de gardiennage privées, deux élus déi Lénk de la capitale ont déposé un recours devant le tribunal administratif. Un autre concerne la ministre de l'Intérieur.

Nouveau rebondissement autour de la sécurité au quartier Gare. Trois jours après que la bourgmestre de Luxembourg, Lydie Polfer (DP), a appelé les membres de l'opposition communale à «l'unité», voilà que deux conseillers déi Lénk portent l'affaire devant le tribunal administratif. Un choix assumé par Ana Correia Da Veiga et Guy Foetz.


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.

Le premier recours est dirigé contre la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding (LSAP), à qui les deux élus ont «envoyé deux lettres» concernant la convention entre la Ville et les sociétés de gardiennage privées. Suite à la première, les termes de ce contrat «ont été modifiés», note Guy Foetz. «Mais nous nous sommes rendu compte que dans les faits ça ne changeait rien», indique le conseiller communal. 

Selon lui, si en théorie la mission des agents de sécurité est passée de «surveiller la voie publique» à «surveiller les biens communaux», dans les faits les patrouilles continuent de «réprimander les personnes à l'entrée des magasins». «Ce qui est interdit par la Constitution», notent les élus de gauche. «Nous en avons averti la ministre, mais elle nous a dit être impuissante», affirme déi Lénk. Le 22 avril, les deux conseillers ont donc fait appel aux juges administratifs pour qu'ils statuent sur la question.

Puis face à «l'entêtement et la paranoïa de la bourgmestre», un deuxième recours a été déposé au lendemain du conseil communal. Avec en ligne de mire, le caractère anticonstitutionnel des missions attribuées à ces sociétés privées.

Prévenir plutôt que guérir

«Il y a un vrai problème d'insécurité au quartier Gare, mais c'est à la police grand-ducale d'intervenir», insiste Guy Foetz. Affirmant que le rôle des agents de sécurité privés «est limité et clairement défini par la loi», l'élu déi Lénk refuse d'opérer «dans l'illégalité» ni de «dépenser l'argent à tort et à travers». 

A deux ans des élections communales, Guy Foetz prêche plutôt pour «des actions sociales». «Le tout sécuritaire n'est pas viable, il faut mettre l'accent sur la prévention», affirme le conseiller communal. Déployer davantage d'agents de police, venir en aide aux toxicomanes, faire appel à un médiateur social sont les solutions qu'il entrevoit. Pour l'instant, ni Lydie Polfer ni Taina Bofferding n'ont commenté ces recours en justice.


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.

Pour rappel, l'emploi de société privées par la capitale a été décrié à de nombreuses reprises par le ministre de la Sécurité Intérieure Henri Kox (Déi Gréng). Jugeant ces débats «stériles», la bourgmestre s'appuie sur le soutien de 68% des riverains du quartier qui estiment que cette solution «renforce le sentiment de sécurité». Lydie Polfer a d'ores et déjà signé un nouveau contrat avec G4S qui prendra effet le 15 mai prochain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Constatant (encore) le manque de policiers déployés dans la capitale, la bourgmestre a annoncé avoir signé un nouveau contrat de six mois pour maintenir les patrouilles autour de la gare centrale, à Bonnevoie et en Ville-Haute.
Lokales,Bushaltestellen an der Rocade de Bonnevoie.Bahnhof Luxemburg,öffentlicher Transport,Passerelle Bonneweg-Gare. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La mort tragique d'un jeune homme de 18 ans, fin janvier, a remis le quartier et ses abords sous les feux des projecteurs. L'insécurité grandissante mobilise les initiatives. Autant de la part des élus, des équipes sociales que des forces de police.
Illustration, CFL, Zugschienen, Rotondes, Bonnevoie, Fussgängerbrücke zwischen Bahnhof und Bonnevoie, CFL   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Alors que la mission de la société privée chargée de faire des patrouilles dans une partie du centre-ville de la capitale a été prolongée de deux mois, la bourgmestre fait part mardi de son exaspération quant aux réticences sur son initiative. Et renvoie la balle au gouvernement.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort