Changer d'édition

La sécurité des chauffeurs et des passagers remise en cause?
Luxembourg 2 min. 23.01.2023
Bus et autocars

La sécurité des chauffeurs et des passagers remise en cause?

Le LCGB estime que si la proposition de la Commission européenne passe, les conséquences seront dramatiques pour le secteur.
Bus et autocars

La sécurité des chauffeurs et des passagers remise en cause?

Le LCGB estime que si la proposition de la Commission européenne passe, les conséquences seront dramatiques pour le secteur.
Photo d'illustration: Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 23.01.2023
Bus et autocars

La sécurité des chauffeurs et des passagers remise en cause?

Le projet de la Commission européenne d'étendre les journées de travail consécutives à 12 jours pour les conducteurs de bus fait grincer des dents le syndicat LCGB, qui estime que c'est préjudiciable pour les travailleurs du secteur.

La Commission européenne a comme projet de réviser les temps de conduite et de repos des chauffeurs de bus dans le service occasionnel. La proposition législative qui pourrait prochainement être présentée à ce propos prévoit une prolongation de la «dérogation de 12 jours». Ce qui signifie que les chauffeurs n'auront pas de repos hebdomadaire pendant 12 jours consécutifs pour les trajets nationaux et internationaux.


Die Ankündigung des Mobilitätsministeriums, Buslinien, die in Industriegebiete fahren, zu streichen, sorgte bei den Gewerkschaften OGBL und LCGB für Aufruhr.
7 millions d'euros prévus pour les cabines de bus
Pour protéger les chauffeurs de bus face aux agressions, l'Etat a mis en place dans son budget 2023 une enveloppe de 7 millions d'euros pour financer l'installation de cabines. Un quart du réseau RGTR a déjà été équipé d'un tel dispositif.

Selon le syndicat, cette initiative serait lourde de conséquences pour le secteur et marquerait «un pas dans la mauvaise direction et remettra notamment en cause la sécurité des chauffeurs et passagers !»

Avec cette proposition législative, la Commission européenne nage à contre-courant du «combat pour une baisse générale de l'amplitude» qui est mené au Luxembourg, souligne le LCGB. Cela contribuera à rendre le métier de chauffeur «encore moins attractif» alors qu'il peine déjà à recruter, les potentiels candidats se tournant vers des métiers qui exigent moins de flexibilité.

Perte des pauses quotidiennes

D'autres mesures pourraient également accompagner la prolongation de la dérogation de la semaine de 12 jours. Le projet de la Commission européenne prévoit que «les opérateurs seront autorisés à diviser les pauses quotidiennes en parties de 15 minutes ou même plus courtes réparties tout au long de la journée de travail». Conséquences: les chauffeurs de bus et d'autocars perdront leurs pauses quotidiennes. 

Ces changements entraîneraient ainsi des amplitudes plus longues de 1 à 2 heures et moins de repos entre deux journées de travail, des impacts particulièrement «néfastes» pour le secteur.


Des minibus autonomes circuleront à Belval en septembre
Les CFL exploiteront ces deux navettes. Dans un premier temps, elles seront utilisées à titre d'essai à Bissen et à Dudelange.

Dans son communiqué, le LCGB cite également une étude européenne du syndicat des transports - ETF Route - de 2021 où il précise qu'entre 25 et 30% des conducteurs du secteur ont avoué s'être endormis au volant au moins une fois au cours des 12 derniers mois. A ce sujet, le syndicat souligne que «le contrôle des causes fondamentales de la fatigue des conducteurs incombe principalement aux employeurs et aux législateurs.»

Le LCGB indique soutenir les syndicats européens du secteur qui veulent freiner les projets de la Commission et s'engage à poursuivre son engagement dans ce dossier «afin d'éviter un cataclysme dans le secteur et ceci dans l'intérêt de tous les chauffeurs professionnels», conclut le syndicat.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet