Changer d'édition

La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer
Luxembourg 2 min. 04.05.2021

La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer

La bourgmestre de la capitale luxembourgeoise n'en démord pas: faute de moyens, les sociétés de sécurité privées restent son seul recours pour sécuriser les rues.

La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer

La bourgmestre de la capitale luxembourgeoise n'en démord pas: faute de moyens, les sociétés de sécurité privées restent son seul recours pour sécuriser les rues.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 04.05.2021

La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.

Lydie Polfer (DP) ne sait plus sur quel ton le dire. Pour la bourgmestre de Luxembourg-ville, la sécurité au quartier Gare doit devenir une priorité non seulement pour la commune mais aussi pour le gouvernement. Raison pour laquelle lors du conseil communal lundi, elle a appelé les ministres comme les membres de l'opposition à «l'unité» pour pouvoir «avancer ensemble». Et ce, après plusieurs mois d'échanges tendus sur le sujet. Une main tendue qui ne semble pas être sans arrière-pensée politique.


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.

Que ce soit pour la police grand-ducale ou les agents municipaux, Lydie Polfer a souligné à plusieurs reprises le «manque de moyens» des forces de l'ordre pour «contrecarrer les incivilités» et faire face aux «personnes qui squattent les entrées des habitations et des bâtiments municipaux». Affirmant que les passants «se font agresser en plein jour et à la vue de tous», la cheffe de file des libéraux dans la capitale entend pallier ce manque d'effectifs en continuant à faire appel à des sociétés privées. 

Un besoin de ramener la sécurité dans les rues que la bourgmestre considère comme son «devoir absolu», ne voulant pas que «la moindre agression» lui soit reprochée à deux ans des élections communales. Mais si son action est saluée par 68% des riverains selon un sondage réalisé le mois dernier par la Ville, elle se heurte à une véritable opposition politique. Aussi bien au niveau communal que national. 


Die Befugnisse der Wach- und Sicherheitsdienste, auf die verschiedene Gemeinden mittlerweile zurückgreifen, sind im Gesetz von 2002 nicht klar definiert.
Les patrouilles privées divisent les députés
Les patrouilles d'agents de sécurité privés pour assurer la sécurité publique continuent d'échauffer les esprits. La question était au cœur du débat ce jeudi à la Chambre.

A plusieurs reprises depuis que la bourgmestre a fait du recours aux sociétés privées son cheval de bataille, Henri Kox (Déi Gréng) a manifesté son désaccord sur le sujet, qualifiant la proposition «d'illégale». Des débats jugés «stériles» par Lydie Polfer, qui aurait néanmoins «adressé un courrier» au ministre de la Sécurité intérieure pour demander un renforcement des patrouilles dans la Ville-Haute. «J'attends encore une réponse», déplore-t-elle.

La situation semble moins tendue en ce qui concerne les débats sur l'avenir de l'Abrigado. Le centre d'accueil pour toxicomanes pourrait être amené à déménager ou à changer de fonctionnement dans les prochains mois. «Nous faisons le maximum sur le plan social», a souligné la bourgmestre en ajoutant que les ministères «de la Santé, de la Justice, des Affaires étrangères et de l'Immigration» devraient lui apporter leur aide dans ce changement. 


Lokales, Reportage Abrigado, Drogenproblematik Bahnhofsviertel, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'Abrigado, plus qu'une simple salle de shoot
Tandis que son déménagement est au cœur des débats, le site de la rue de Thionville continue de recevoir des toxicomanes. Chaque année, jusqu'à 200 usagers y viennent pour consommer, mais aussi trouver des solutions à leur dépendance.

Déménagement sur un site unique, création d'un lieu exclusivement réservé aux femmes, fondation de plusieurs centres à travers la ville... Aucune décision n'a été arrêtée, les instances concernées discutant toujours de la meilleure solution à appliquer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Abrigado, plus qu'une simple salle de shoot
Tandis que son déménagement est au cœur des débats, le site de la rue de Thionville continue de recevoir des toxicomanes. Chaque année, jusqu'à 200 usagers y viennent pour consommer, mais aussi trouver des solutions à leur dépendance.
Lokales, Reportage Abrigado, Drogenproblematik Bahnhofsviertel, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'avenir de l'Abrigado se dessine à un horizon lointain
Si l'idée d'un potentiel déménagement du site de la route de Thionville a été évoquée début mars, en même temps que la mise en place d'une structure dédiée uniquement aux femmes, aucune échéance de concrétisation n'est avancée à ce stade.
Illustration, online.fr, Abrigado, Zelten in der Wiese von CFL Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare
Alors que la mission de la société privée chargée de faire des patrouilles dans une partie du centre-ville de la capitale a été prolongée de deux mois, la bourgmestre fait part mardi de son exaspération quant aux réticences sur son initiative. Et renvoie la balle au gouvernement.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Deux mois de plus pour les patrouilles privées
L'expérience ne devait durer que neuf semaines, mais la Ville de Luxembourg a choisi de prolonger jusque fin mars les rondes d'agents de sécurité autour de la gare et en ville haute. De quoi irriter l'opposition.