Changer d'édition

La ruée vers l'or des métiers de l'immobilier
Luxembourg 3 min. 06.12.2019

La ruée vers l'or des métiers de l'immobilier

Chaque année, environ 7.000 transactions immobilières sont conclues au Grand-Duché.

La ruée vers l'or des métiers de l'immobilier

Chaque année, environ 7.000 transactions immobilières sont conclues au Grand-Duché.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 06.12.2019

La ruée vers l'or des métiers de l'immobilier

L'habitat étant devenu la préoccupation majeure dans le pays, le métier d'agent immobilier ne cesse d'attirer des vocations. Mais face à cet afflux, la profession tente de rester ferme sur les règles de l'exercice de courtier.

(pj avec Nadia Di Pillo) Chaque année, le ministère des Classes moyennes délivre près d'un millier de licences commerciales pour des particuliers se lançant dans la carrière d'agent immobilier. Mais parmi ce contingent bien peu de postulants appréhendent la réalité de cette profession. «En plus, beaucoup de grandes sociétés de courtage font de fausses promesses aux jeunes qui ne peuvent être tenues», alerte Jean-Paul Scheuren, président de la Chambre immobilière du Grand-Duché de Luxembourg (CIGDL). 

En toile de fond de cette illusion : l'idée que beaucoup d'argent peut être gagné, facilement et rapidement, dans cette branche d'activité. Les biens sont rares et chers, la demande forte, les marges confortables : l'eldorado semble à portée de main avec 7.000 transactions conclues par an. «Mais la caisse ne sonne pas sans lever le petit doigt. Surtout au début, il faut investir beaucoup de temps et d'engagement, trouver et fidéliser les clients», témoigne Natacha Ombri, agent immobilier depuis deux ans dont une année en indépendante sur Dudelange.


L'Etat souhaite apporter aux communes un soutien plus fort et plus ciblé dans la construction de logements.
La première pierre du Pacte Logement 2.0
L'Etat veut mieux soutenir les communes dans la construction de logements. Le ministre du Logement, Henri Kox, a présenté son plan pour l'habitat pour les années à venir. Premier but: encourager les communes à bâtir plus.

De l'avis de Jean-Paul Scheuren, le boom immobilier a amené de nombreux intéressés sur le marché luxembourgeois. Mais il ne s'agit pas de faire un seul coup. Ceux qui n'ont pas de plan d'affaires, n'ont pas d'idée d'affaires ou n'ont pas de réseau de clients, ne parviennent pas à joindre les deux bouts». 

Le ton du président du CIGDL se fait même plus dur encore: «Certaines personnes ouvrent une agence uniquement parce qu'elles ont hérité de la maison de leur tante et espèrent faire des bénéfices. Ce n'est pas la bonne attitude. Il faut se demander si l'on veut vraiment en faire une carrière et en comprendre les modalités.»

D'autant que le marché national s'avère particulièrement féroce. Chaque année, entre 100 et 150 agences disparaissent du paysage, «et autant viennent s'y ajouter». A ce jour, le Luxembourg compte de 550 à 680 acteurs dans le business du courtage immobilier.

Deux formations spécifiques ont été mises en place depuis quelques années dans le pays. L'une auprès de la Chambre de Commerce, l'autre au lycée Josy Barthel de Mamer. Depuis 2017, l'établissement propose un cursus sur deux ans menant à un BTS (brevet de technicien supérieur) «profession immobilière». De quoi assurer un meilleur professionnalisme des personnes tentées par le métier. Autrement dit de parer à l'arrivée massive de «brebis galeuses» seulement attirées par l'appât du gain.


Près de 10,4 milliards d'euros de prêts immobiliers ont été octroyés en 2018 au Luxembourg.
L'octroi des crédits immobiliers sous bonne garde
La course folle vers l'acquisition de logements, toujours plus chers, n'est pas sans risque sur l'économie des ménages et des entreprises. Aussi, les députés viennent-ils d'adopter une loi offrant à la CSSF de nouveaux outils de contrôle.

En effet, les agents effectuant des transactions douteuses discréditent rapidement l'ensemble de la profession. Il y a dix ans, la  Chambre immobilière  a donc élaboré un code d'éthique pour lutter contre toute dérive. «Le message est clair : toute personne à la recherche d'un courtier digne de confiance devrait communiquer avec les membres de la Chambre immobilière ; les adresses se trouvent sur notre site web», note Jean-Paul Scheuren. 

Personne ne trouvera un pot d'or au bout d'un arc-en-ciel

La CIGDL compte environ 250 membres, dont 20 à 30 nouveaux membres chaque année. «Nous devons couvrir déjà 70 à 80% du marché de l'immobilier», estime son président. Et pour que le business de l'habitat se déroule clairement, l'organisme a fixé des règles. Règles que d'aucuns essayent de contourner pour espérer remporter des marchés. L'entorse la plus fréquente étant le renoncement à une part de la commission (généralement établie à 3% du tarif demandé) et attribuée au commercial. 

Mais Jean-Paul Scheuren remet vite les pieds sur terre à ceux qui rêveraient de faire fortune en s'accommodant des principes de base du métier : «Personne ne trouvera un pot d'or au bout d'un arc-en-ciel. C'est la même chose dans l'immobilier : seuls ceux qui travaillent dur sur eux-mêmes et pour leurs clients réussissent». 


Sur le même sujet

L'habitat se fait innovant à l'Ouest du Kirchberg
Le Fonds Kirchberg recherche l'investisseur qui voudra miser sur son nouveau projet d'habitat, Kiem 2050. Un concept de 155 appartements (dont bon nombre en colocation) avec ateliers bricolage, chambres d'amis ou de vastes espaces de réception à partager entre occupants.
Howald s'apprête à changer radicalement de visage
Empruntée d'ici fin 2022 par le tram sur une partie de son tracé, la rue des Scillas qui relie Hesperange à Bonnevoie va connaître d'importantes transformations. Élargie et transformée, la route accueillera de nouveaux bâtiments en lieu et place de la zone d'activité en place à l'heure actuelle.
Un fonds aux «crédits illimités» pour le logement
Dans le cadre des discussions sur le budget 2020, Henri Kox (Déi Gréng), ministre du logement, a présenté jeudi en commission parlementaire un projet de loi visant à utiliser les crédits existants de manière plus efficace.
Wachstum,Logement,Habitation,Wohnungsbau.Finanzplatz,Kirchberg.Foto:Gerry Huberty
La crise du logement avant la protection du climat
Interrogés sur leurs préoccupations concrètes, les participants au Politmonitor réalisé par TNS-Ilres pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL» placent la question immobilière en première position, devant la hausse du trafic routier et les perspectives d'avenir.
Wachstum,Logement,Habitation,Wohnungsbau.Foto:Gerry Huberty