Changer d'édition

La réserve sanitaire pèsera 10,3 millions d'euros
Luxembourg 3 min. 15.05.2020

La réserve sanitaire pèsera 10,3 millions d'euros

700 réservistes volontaires pour combattre le covid-19 sont toujours mobilisés.

La réserve sanitaire pèsera 10,3 millions d'euros

700 réservistes volontaires pour combattre le covid-19 sont toujours mobilisés.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 15.05.2020

La réserve sanitaire pèsera 10,3 millions d'euros

Maurice FICK
Maurice FICK
Créé pour faire face à la crise sanitaire s'annonçant à la mi-mars, le contingent de soignants a compté jusqu'à 1.500 salariés. Des CDD étatiques se poursuivront jusqu'au 29 mai.

Aussitôt, les premiers signes d'alerte de la pandémie liée au coronavirus mesurés dans les services de soins intensifs, une réserve sanitaire nationale inédite s'est constituée au pas de course au Luxembourg. Face au pic de nouvelles infections (263 cas avaient été enregistrés pour la seule journée du 26 mars) le Luxembourg réorganisait entièrement son système de santé et devait, en moins d'une semaine, rendre opérationnel ses quatre centres de soins avancés régionaux. 

Un défi dépendant directement des personnels médicaux disponibles dans le contexte luxembourgeois très particulier. «Toute notre économie, tout notre secteur de la santé risquent de s'écrouler avec l'absence des frontaliers», avait avoué dès le 16 mars la ministre de la Santé. Paulette Lenert (LSAP) confirmait dans sa récente réponse à la question urgente de la députée Diane Adehm (CSV)  que les spectres d'une «fermeture des frontières, respectivement la réquisition du personnel frontalier auraient abouti à une crise non gérable, de sorte que la constitution d'une large réserve sanitaire s'imposait».


Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
La réserve sanitaire se met en veille
Les personnes recrutées par l'Etat pendant l'état de crise ont reçu l'autorisation de reprendre leurs activités mais elles devront rester à disposition du ministère de la Santé à raison de 16h par semaine selon Marc Hansen. Une approche que ne partage pas l'opposition qui évoque un système inégalitaire.

Médecins, infirmiers et infirmiers gradués, kinésithérapeutes, podologues, ostéopathes, mais aussi étudiants du Lycée technique des professions de santé (LTPS), au final 1.489 résidents issus du secteur de la Santé dans son ensemble ont formé cette nouvelle «armée» de réservistes pour combattre le covid-19. Ils ont été engagés en CDD en tant qu'employés de l'Etat. 

Le recrutement temporaire au sein de la réserve s'est officiellement achevé le 4 mai avec le retour aux activités médicales non urgentes dans les hôpitaux. Pas moins de 700 réservistes, travaillant en centres hospitaliers, dans les centres de soins avancés et en maisons de soins, étaient toujours mobilisés en date du 7 mai, fait savoir la ministre de la Santé. Un chiffre qui évolue quotidiennement.


Les médecins vont déjà toucher une partie de leur dû
Près de 18.900 euros. C'est la somme que la CNS promet de verser dès «cette semaine» aux médecins et aux dentistes mobilisés pour endiguer la pandémie et donc privés de revenus durant deux mois.

Paulette Lenert révèle, au passage, que le coût total de ces contrats d'employés d'Etat «est estimé à 10,334 millions d'euros, charges patronales incluses». Pour disposer d'une réserve sanitaire activable à tout moment, des professionnels de la santé qui exercent de façon libérale, se sont vu proposer un CDD de 16 heures. Parallèlement, le ministère de la Santé a proposé des CDD variant entre 20 et 40 heures par semaine à des infirmiers, aides-soignants, étudiants en médecine et du LTPS mais aussi à des personnes sans activité professionnelle.

Le 3 mai 2020, avec l'aval du ministre de la Fonction publique, Marc Hansen (DP), Paulette Lenert a autorisé ces employés temporaires de l'Etat engagés pour enrayer la pandémie à exercer jusqu'au 29 mai 2020. Un vrai geste pour les étudiants du LTPS. De leur côté, les médecins attendent toujours les premiers versements. La CNS a promis jeudi d'accélérer le mouvement.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un geste pour les étudiants de la réserve sanitaire
Après une valse-hésitation, les étudiants du Lycée technique des professions de santé (LTPS) obtiennent finalement gain de cause. Ils pourront ainsi poursuivre leur contrat à durée déterminée jusqu'à la fin du mois de mai, indique lundi la ministre de la Santé.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
La réserve sanitaire se met en veille
Les personnes recrutées par l'Etat pendant l'état de crise ont reçu l'autorisation de reprendre leurs activités mais elles devront rester à disposition du ministère de la Santé à raison de 16h par semaine selon Marc Hansen. Une approche que ne partage pas l'opposition qui évoque un système inégalitaire.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Une prime aux soignants ne suffit pas
Afin de tirer les bonnes leçons de la crise, il faut écouter les salariés du secteur de la santé estime l'OGBL ce lundi. Le syndicat salue l'idée d'une aide financière, mais souligne que le plus important est de fournir de bonnes conditions de travail dans un secteur au rôle vital pour la société.
Lokales, Corona-Virus Covid19,  Covid-Intensivstation CHDN Ettelbrück, ( schriftliches Einverständnis des Patienten zur Publikation )Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Etudiants hier, en renfort aujourd'hui
Les étudiants du Lycée technique des professions de santé (LTPS) sont mobilisés pour donner un coup de main dans la lutte contre le covid-19. Tous ceux qui suivent une spécialisation sont d'ores et déjà sur le terrain pour un stage pour le moins inédit.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
La réserve sanitaire se constitue au pas de course
Infirmiers, médecins spécialistes mais aussi agents administratifs. Tous les professionnels disponibles et tous les volontaires prêts à soutenir le secteur de la santé et des soins doivent se manifester rapidement sur la plateforme govjobs.lu