Changer d'édition

La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale: «Épauler les enseignants» et «impliquer les parents»
Luxembourg 5 min. 11.09.2014 Cet article est archivé

La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale: «Épauler les enseignants» et «impliquer les parents»

Claude Meisch s'est fixé comme but de concrétiser l'apprentissage des langues de façon naturelle dans les crèches (les enfants ont alors entre 1 et 3 ans) dès "la Rentrée 2016-2017". Et il le reconnaît: "C'est ambitieux".

La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale: «Épauler les enseignants» et «impliquer les parents»

Claude Meisch s'est fixé comme but de concrétiser l'apprentissage des langues de façon naturelle dans les crèches (les enfants ont alors entre 1 et 3 ans) dès "la Rentrée 2016-2017". Et il le reconnaît: "C'est ambitieux".
Photo: Maurice Fick
Luxembourg 5 min. 11.09.2014 Cet article est archivé

La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale: «Épauler les enseignants» et «impliquer les parents»

Première Rentrée pour Claude Meisch, le ministre de l'Éducation nationale, qui a annoncé jeudi au Lycée Aline Mayrisch les axes prioritaires de la politique éducative et les nouveautés pour cette Rentrée.

Première Rentrée pour Claude Meisch, le ministre de l'Education nationale, qui a annoncé jeudi au Lycée Aline Mayrisch les axes prioritaires de la politique éducative et les nouveautés pour cette Rentrée.

Le lundi 15 septembre, jour de la Rentrée scolaire au Luxembourg, sera un grand jour pour les 189 élèves qui feront leurs premiers pas dans le secondaire dans les bâtiments flambant neufs du Lënster Lycée. Une première rentrée lycéenne à Linster avec l'ouverture de sept classes de 7e, quatre classes de 10e et deux "classes de cohabitation". Chacune accueillera 8 élèves à besoins spécifiques.

L'ensemble des 156 écoles fondamentales entameront aussi leur 2e Plan de réussite scolaire. Tandis que trente d'entre elles testeront cette année le nouveau modèle de bilan intermédiaire dans lequel "nous avons fortement réduit le nombre d'évaluations de sorte que ce sera aussi plus simple à comprendre pour les parents", assure le ministre de l'Education nationale. Il sera généralisé dans toutes les écoles à la Rentrée 2016-2017.

Autres nouveautés pour cette Rentrée 2014-2015: pour la première fois est offerte une nouvelle section "sciences sociales" dans le régime technique pour accéder ensuite à un diplôme d'éducateur ou faire un bac dans une section sociale. Huit lycées proposent la nouvelle section cette année.

Pour la première fois aussi, l'épreuve ouvrant sur l'étude PISA -elle se déroulera en avril et mai 2015- se fera sur ordinateur. Enfin, 20 classes supplémentaires du précoce et du préscolaire participent au projet-pilote "assistant de langue portugaise au cycle 1".

Claude Meisch: L'enseignant je le vois comme un expert de l'apprentissage".
Claude Meisch: L'enseignant je le vois comme un expert de l'apprentissage".
Photo: Maurice Fick

Le ministre de l'Education nationale est d'avis que "donner de meilleures chances de réussite aux enfants ne fonctionne que si l'on donne la liberté nécessaire aux acteurs et qu'ils trouvent la motivation nécessaire". Claude Meisch n'est pas pour l'approche qui consiste à dicter toutes les mesures du haut vers le bas mais est persuadé que "le développement de l'école se fait dans la salle de classe, dans les rapports au quotidien entre l'enseignant et ses élèves".

"L'enseignant est un des facteurs-clefs pour la réussite scolaire. Je le vois comme un expert de l'apprentissage", pose le ministre. L'un des axes prioritaires de son ministère en cette Rentrée est d"épauler les enseignants" en leur proposant une formation initiale et continue à la hauteur de l'enjeu.

L'IFEN ouvrira en 2015

Raison pour laquelle sera créé dans un an l'Institut de formation de l'Education nationale (IFEN). Il doit ouvrir ses portes à la Rentrée 2015. Le projet de loi sera soumis au Conseil de gouvernement cet automne. L'IFEN organisera le stage d'insertion et la formation continue pour les professeurs mais aussi pour le personnel socio-éducatif.

L'examen-concours de professeur sera réformé en y incluant dorénavant des notions de base en didactique et de pédagogie. Il est aussi question de créer, en collaboration avec l'Université du Luxembourg, un vrai master en didactique de l'enseignement. De sorte à permettre à l'avenir aux détenteurs d'un bachelor d'être admis au concours de recrutement aujourd'hui réservé à ceux qui ont un master dans une discipline particulière.

Mais la réussite des élèves dépend aussi de l'engagement des parents a clairement souligné le ministre. "Collaborer avec les parents doit devenir une véritable forme de culture", estime Claude Meisch. Et ce contact doit être recherché, "dès la crèche. Il s'agit de dire aux parents qu'ils ont une importante responsabilité pour la réussite scolaire de leurs enfants". L'image qu'ils renvoient de l'école, l'intérêt qu'ils portent à ce qu'y fait leur enfant, ses résultats, sont autant de sources de motivation pour l'enfant.

Le ministère veut renforcer l'implication des parents dans la vie scolaire. Si au fondamental, les parents siègent déjà au Comité scolaire depuis 2009, "nous allons voir comment créer un organe de représentation des parents au niveau ministériel et créer une base légale pour les représentants des parents d'élèves au lycée", assure Claude Meisch.

Multilinguisme dès la crèche

Une autre priorité que Claude Meisch avait déjà annoncé début juillet est de garantir à l'avenir le multilinguisme dans les crèches pour mieux préparer les jeunes enfants à l'école. Un axe prioritaire. L'idée étant de créer un cadre d'accueil où l'enfant soit, dès son plus jeune âge, en contact régulier et naturel avec deux ou plusieurs langues parlées au Luxembourg.

"On ne profite pas de la chance de la présence des langues au Luxembourg pour mettre plus tôt, les enfants, au contact avec ces langues. C'est important, pour améliorer de façon plus naturelle l'accès à la langue française", juge le ministre de l'Education nationale. Avant de lâcher: "Nous nous sommes fixés comme but de lancer l'initiative pour la Rentrée 2016-2017".

Maurice Fick


Sur le même sujet

Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort
Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves
Pour renforcer leur rôle de partenaires incontournables de l'école, les parents des écoliers et lycéens seront représentés par un groupe de 12 représentants nationaux dès février. Ils seront désignés parmi les représentants locaux élus au courant de cet automne.
Charlemagne: première école francophone à enseigner le luxembourgeois dès le primaire.Foto:Gerry Huberty
Rentrée scolaire: le ministre fait le point: Un enseignement «multilingue, différencié et centré sur l'enfant»
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba