Changer d'édition

La rénovation énergétique surfe sur les aides
Luxembourg 4 min. 11.11.2020

La rénovation énergétique surfe sur les aides

La rénovation énergétique surfe sur les aides

Photo : Shutterstock
Luxembourg 4 min. 11.11.2020

La rénovation énergétique surfe sur les aides

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'effort supplémentaire dans les soutiens accordés, depuis mai, par le gouvernement aux particuliers souhaitant améliorer l'efficacité thermique de leur logis porte ses fruits.

Deux ministres pour un double effet. Quand, en mai dernier, Claude Turmes (Energie) et Carole Dieschbourg (Environnement) avaient présenté ensemble le volet écologique du plan de redémarrage national, «Neistart Lëtzebuerg», ils n'avaient pas caché que l'ambition était autant d'assurer de l'activité pour l'artisanat que développer l'envie des habitants d'investir dans l'amélioration énergétique de leur habitat. Cinq mois après, il semble que cette «relance verte» soit bien enclenchée.

Ainsi, les ministres écologistes assurent-ils que le grand public a été sensible à cette annonce. Et plus encore aux 20 à 25 millions d'euros d'aides nouvelles qui étaient mis sur la table pour ces "clever primes". L'heure n'est pas encore au bilan, mais déjà le frémissement se fait sentir : le nombre de demandes d'accord de principe de travaux (devant obligatoirement être adressées à l'Administration de l'Environnement au préalable) a significativement augmenté. «Depuis le 1er mai, environ 300 demandes d'accord de principe ont été introduites, contre 200 pendant la même période en 2019», salue le duo Déi Gréng.

Et s'ils ne détaillent pas encore le montant des soutiens accordés (et donc le volume des travaux entrepris), Carole Dieschbourg et Claude Turmes indiquent que en comparaison avec 2019, «le nombre de contacts (hotline, conseils de base en énergie (gratuits) réalisés par myenergy, a été multiplié par 2,5 pour les mois de juin à septembre». Autre signe, à leurs yeux, que les particuliers cherchent à bénéficier des incitations proposées. 

L'intérêt ne devrait d'ailleurs pas redescendre car, pour l'an prochain, les travaux d'isolation, de changements de source de chaleur et autres remplacements de toiture ou vitrage continueront à être soutenus. Et cela via de nouveaux dispositifs que le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), avait déjà laissé entendre lors de la présentation du budget 2021.


Color image of a man's hand preparing to charge an electric car.
Coup de boost pour les bornes électriques privées
Le nouveau régime d'aide financière aux stations de recharge électriques à domicile est opérationnel depuis ce mardi. Le but est d'assurer la transition vers la mobilité électrique.

Ainsi, les travaux de rénovation énergétique pour des bâtiments à partir de 10 ans (au lieu de 20 ans) bénéficieront ainsi «d'un taux de TVA super réduit (3%) et le délai d'amortissement sera accéléré pour les investissements pour des travaux de rénovation énergétique», rappellent les ministres. Sachant que d'autres mesures favorables aux particuliers figurent encore au programme des mois à venir, en plus des désormais bien connues PRIMehouse.

Par ces soutiens, le gouvernement ne cache pas vouloir que le nombre de rénovations énergétiques et la qualité de ces travaux progressent. A priori, ce type de chantier ne concernerait encore que de 0,4 à 1% des bâtiments résidentiels chaque année. La marge de progrès est donc grande. Actuellement, seulement 42% des ménages indiquent avoir réalisé des mesures de rénovation énergétique au cours des 10 dernières années.

Même l'Etat s'y met

De son côté, l'Etat ne se contente pas d'aider les citoyens, il donne aussi l'exemple en améliorant, lui aussi, l'efficacité énergétique de ses bâtiments (résidentiels ou bureaux). «Une vingtaine de projets d'assainissement énergétique sont actuellement en cours d'étude ou d'exécution», assurent les ministres de l'Energie et de l'Environnement. Et chaque année les administrations consacrent de l'ordre de 9 millions d'euros à ces travaux.

Mieux encore, le pays est allé au-delà de ce que lui impose la directive européenne sur la performance énergétique de ses bâtiments. Il devait «assainir» 3% de ses bâtiments publics entre 2014 et 2020 (soit 15.570 m2), l'objectif était déjà atteint et dépassé en 2018 (18.900 m2 entrepris). Et Claude Turmes et Carole Dieschbourg de déjà annoncer : «Un total de 23.000 m2 assainis sera atteint fin 2020».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La norme A+ fait son entrée sous les toits
Le ministère de l'Energie encouragera les constructions neuves abandonnant les chaudières à énergie fossile. L'incitation par prime plutôt que l'obligation : la méthode douce a été retenue pour faire un nouveau pas vers l'habitat 0 carbone.
L'électricité verte, ce n'est pas que du vent
Le Luxembourg a produit 15,9% de l'électricité consommée l'an dernier. Et si la plus grande part provient des énergies renouvelables, les productions liées à la biomasse et à l'éolien ont le plus progressé en 2019.
La PRIMe House rencontre le succès
Le régime d'aides financières qui met l'accent sur la construction et la rénovation de logements durables a le vent en poupe depuis sa mise en pratique. En effet, quelque 1.800 primes ont été accordées depuis 2017, selon les chiffres donnés par le ministre Henri Kox.