Changer d'édition

La remise carburant a coûté 56 millions d'euros à l'Etat
Luxembourg 2 min. 09.11.2022
Une ristourne de 7,5 centimes par litre

La remise carburant a coûté 56 millions d'euros à l'Etat

Le déficit budgétaire de cette remise carburant s'élève à 13,7 millions d'euros pour l'essence et à 42,3 millions d'euros pour le diesel.
Une ristourne de 7,5 centimes par litre

La remise carburant a coûté 56 millions d'euros à l'Etat

Le déficit budgétaire de cette remise carburant s'élève à 13,7 millions d'euros pour l'essence et à 42,3 millions d'euros pour le diesel.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 09.11.2022
Une ristourne de 7,5 centimes par litre

La remise carburant a coûté 56 millions d'euros à l'Etat

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
La ministre de l'Environnement Joëlle Welfring (Déi Gréng) estime que sans la mise en place de cette mesure, les ventes de carburant auraient encore baissé davantage au Luxembourg.

Le tourisme à la pompe luxembourgeois a plus que jamais du plomb dans l'aile. Fin octobre, le Groupement Energie Mobilité Luxembourg (GEML) tirait la sonnette d'alarme, parlant de ventes de carburant «catastrophiques». Les différentes crises qui se succèdent-la pandémie de covid-19 puis la guerre en Ukraine- ont eu un impact retentissant sur les volumes de ventes de produits pétroliers au Luxembourg, comme le rappelait le président du GEML.


Un quart des voitures immatriculées en 2022 sont électriques
La part des voitures à motorisation 100% électrique ou hybride rechargeable ne cesse d'augmenter au Luxembourg, mais elles ne représentent encore que 5% du parc national.

Pour tenter de juguler l'explosion des prix, le gouvernement a mis en place différentes aides, dont une remise de 7,5 centimes par litre de carburant. Entrée en vigueur le 13 avril dernier, elle a pris fin au 31 août. Dans une question parlementaire, le député Marc Goergen (Parti pirate) a souhaité connaître l'impact de cette mesure sur le budget de l'État.

La ministre de l'Environnement Joëlle Welfring (Déi Gréng) indique dans sa réponse que celle-ci a représenté un coût de «56 millions d'euros pour l'État». Le déficit budgétaire de cette remise carburant s'élève à 13,7 millions d'euros pour l'essence et à 42,3 millions d'euros pour le diesel.

Pas de coût supplémentaire

La ministre rappelle que cette remise carburant a été motivée par les décisions prises dans les pays voisins de mettre en place une ristourne sur l'essence et le diesel. «Sans cette mesure décidée par le gouvernement, les ventes auraient baissé encore davantage», indique la ministre de l'Environnement, qui souligne que cette remise carburant «était donc un compromis» qui n'a engagé aucun coût supplémentaire pour l'Etat.


Accord «historique» pour la fin des moteurs thermiques en 2035
Le texte approuvé prévoit de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe à partir de 2035. Ce qui revient à l'arrêt des ventes de voitures et véhicules utilitaires légers neufs à essence et diesel dans l'UE à cette date.

Les critiques ont cependant fusé à la fin de l'été quand le gouvernement a annoncé qu'il ne prolongerait pas la remise plus tard que fin août. D'autant plus qu'au même moment, la France avait décidé d'augmenter sa ristourne de 18 centimes à 30 centimes par litre. Mais le ministre de l'Énergie Claude Turmes (déi Gréng) avait coupé court aux critiques: «Selon les dernières estimations, la perte de recettes fiscales attendue pour le Luxembourg, qui résultera de la réduction française, est du même ordre de grandeur que le coût qui surviendrait si des mesures similaires, comme celles en France, étaient introduites ici au Luxembourg», avait-il expliqué dans une réponse parlementaire. Étendre la mesure n'apportait donc pas d'avantage notable.

Soutenir les objectifs climatiques

Reste que les ristournes avantageuses mises en place dans les pays voisins ont engendré une perte de compétitivité énorme pour le secteur pétrolier au Luxembourg. Qui dit cependant vouloir soutenir les objectifs climatiques du gouvernement.

Le ministre de l'Énergie avait rappelé à l'époque que le tourisme à la pompe n'est désormais plus un objectif, mais que «le pays doit réduire ses émissions de CO2 de 55% d'ici à 2030. Cela comprend également la réduction progressive de la vente d'essence et de diesel.» Le but étant qu'à moyen terme, «moins de personnes de l'étranger viennent se ravitailler au Luxembourg, comme c'est le cas aujourd'hui».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le secteur pétrolier s'adapte
Face à la montée des prix de l'énergie, le Groupement Energie Mobilité Luxembourg (GEML) (anciennement GPL) tire la sonnette d'alarme et fait part de ses inquiétudes vis-à-vis du futur du secteur pétrolier au Grand-Duché.
WI , Conférence de presse Groupement pétrolier sur l'actualité dans le secteur , Romain Hoffmann . Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Automobile Club Luxembourg
Les voitures neuves sont rares sur les routes du Luxembourg, les voitures d'occasion sont en plein boom. L'Automobile Club le ressent au niveau du nombre d'interventions effectuées.
La station-service du Findel proposant du CNG stoppera de vendre ce carburant. En mars 2023, ce sera au tour de la station-service de Merl de prendre la même décision, mettant un terme à la vente de gaz naturel comprimé au Luxembourg.