Changer d'édition

La réforme du système de santé se prépare
Luxembourg 3 min. 23.02.2021

La réforme du système de santé se prépare

La réforme du système de santé se prépare

Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 23.02.2021

La réforme du système de santé se prépare

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Initiée quelques mois avant le début de la pandémie pour tenter de pallier les lacunes actuelles, la table ronde Santé a initié à ce jour 13 projets, tous voués à réformer le système actuel. Tour d'horizon des changements à venir.

Quelque peu bouleversée par l'arrivée du covid-19 et de ses conséquences, la réflexion sur la refonte du système de santé avance malgré tout. Preuve en est la présentation, ce mardi, de 13 projets concrets destinés à élaborer le futur plan national de santé. Autrement dit, la stratégie qui doit permettre au Luxembourg de combler les lacunes actuelles. Qu'il s'agisse de sa dépendance aux personnels soignants venus d'au-delà des frontières, de sa pénurie à venir de médecins ou de la nécessaire réorganisation des missions attribuées aux différents acteurs du système de soins.


«Le pays a vécu sur une fausse sécurité sanitaire»
Si le Luxembourg vit depuis près d'un an en pleine crise sanitaire, la situation des personnels soignant était critique bien avant l'arrivée du covid-19. Explication et perspective avec Marie-Lise Lair, à l'origine du dernier état des lieux sur le système de santé.

Issus des réflexions de trois des six groupes de travail initiés, les projets présentés mardi visent notamment à rétablir l'attractivité du Luxembourg sur le plan médical pour attirer à nouveau des compétences fortement recherchées. D'où l'idée de créer une nouvelle forme juridique permettant aux médecins libéraux et aux professions de santé exerçant hors de l'hôpital de travailler ensemble dans des structures communes. Avec comme idée sous-jacente de partager les expériences et les coûts, mais aussi de permettre un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Un projet notamment soutenu par les étudiants en médecine.

«Si nous voulons renforcer les soins primaires et la prévention, la proximité avec le patient est importante», assure Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, tout en estimant que ce projet ne doit pas transformer les médecins «en hommes d'affaires» ou permettre «des investissements dans de telles structures». L'idée consiste avant tout à «réglementer la coopération entre médecins, mais aussi avec d'autres acteurs libéraux comme les infirmières ou les sages-femmes afin d'offrir les meilleurs services possible», assure-t-elle.


CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Les futurs médecins en appellent aux politiques
Mises en exergue par la pandémie de covid-19, les difficultés du Luxembourg à trouver du personnel médical en nombre suffisant apparaissent comme l'un des grands chantiers à venir du gouvernement. Pour l'association luxembourgeoise des étudiants en médecine (Alem), le temps est compté.

Autre chantier mis sur les rails, la question de l'évaluation des compétences et de la formation. Très attendu, notamment par les représentants des infirmiers et infirmières, ce projet vise notamment à «considérer la création de nouveaux rôles parmi les professionnels de santé». Comprenez la possibilité d'introduire les fonctions d'infirmiers de pratique avancée, capables de prendre en charge des gestes aujourd'hui réalisés par des médecins. Un premier pas dans ce sens devrait être l'introduction d'un bachelor pour les infirmières qui pourrait être validé en Conseil de gouvernement en mars ou en avril prochain.

Outre la création d'un parcours idéal pour le patient ou la création d'un fonds d'indemnisation pour les patients ayant subi un préjudice au cours de leur traitement, la table ronde Santé a également mis en avant les bénéfices de la digitalisation du secteur. Notamment via l'introduction du paiement direct des praticiens destiné à éviter que le patient n'avance le montant pris en charge par la CNS. Ce dispositif débutera en 2021 via le transfert de document et sera pleinement déployé en 2023. Le paiement direct instantané, lui, est prévu au-delà de cet horizon.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le pays a vécu sur une fausse sécurité sanitaire»
Si le Luxembourg vit depuis près d'un an en pleine crise sanitaire, la situation des personnels soignant était critique bien avant l'arrivée du covid-19. Explication et perspective avec Marie-Lise Lair, à l'origine du dernier état des lieux sur le système de santé.
Les futurs médecins en appellent aux politiques
Mises en exergue par la pandémie de covid-19, les difficultés du Luxembourg à trouver du personnel médical en nombre suffisant apparaissent comme l'un des grands chantiers à venir du gouvernement. Pour l'association luxembourgeoise des étudiants en médecine (Alem), le temps est compté.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Au chevet du système de santé
Connues avant la pandémie, les lacunes du système de soins au Luxembourg ont été exacerbées par l'arrivée massive de patients infectés par le covid-19. Le chantier à venir destiné à combler les manquements s'annonce pour le moins complexe. Exemple avec les infirmières.
Lokales,Die Arbeit des Pflegepersonals in Corona-Zeiten,CHL,Klinik,Hospital,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La santé et les soins en état préoccupant
Face à l'évolution en nombre et en âge de la population, le Luxembourg peine à recruter ou à former suffisamment de professionnels. Aussi le ministère envisage-t-il une nouvelle politique à mener afin de rendre plus attirantes les professions en manque de personnels.
Aortenaneurysma OP lokale Betäubung, Foto Lex Kleren