Changer d'édition

La question que chaque voyageur se pose...
Luxembourg 3 min. 25.05.2020

La question que chaque voyageur se pose...

Le covid-19 perd facilement de son activité face à des désinfectants courants ont prouvé les études.

La question que chaque voyageur se pose...

Le covid-19 perd facilement de son activité face à des désinfectants courants ont prouvé les études.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 25.05.2020

La question que chaque voyageur se pose...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le covid-19 s'est-il installé avant vous dans le tram, bus et wagons? En tout cas, pour limiter le risque de contamination, ces moyens de transport sont bien désinfectés au quotidien. Le ministre de la Mobilité, François Bausch, vient de détailler les mesures d'hygiène mises en place.

Oui, les CFL ont bien eu vent d'un voyageur contaminé par le covid-19 circulant dans un de leur wagon. C'était même le 6 mars dernier, a informé lundi le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng). Sitôt le fait connu, la compagnie de chemin de fer a aussitôt isolé la rame et désinfecté l'intérieur du sol au plafond. Aujourd'hui, les équipes de nettoyage ont tout un protocole à suivre. A commencer par le soin apporté à bien nettoyer les zones de contact (tablettes, barres d'appui, lavabos, portes, poignées). «Cela est fait au moins une fois par cycle de 24 heures», rassure le ministre.

Ainsi, face aux interrogations du député CSV Serge Wilmes, un point détaillé a-t-il était fait sur les mesures prises dans les transports en commun désormais. Que ce soit gratuit est une chose, mais si trains, bus et tram veulent retrouver une bonne fréquentation, les compagnies doivent assurer un nettoyage performant et donc rassurer la clientèle présente ou hésitante. Côté CFL, c'est ainsi que non seulement les équipes d'entretien ont été renforcées mais que l'attention à l'hygiène a été décuplée. Comme le prouvent ces nettoyages systématiques pour tout train stoppant en gare de Luxembourg ou Pétange.

Gares et mobiliers d'accueil font eux aussi l'objet d'un passage au désinfectant régulier, a minima une fois par jour. Le virus étant sensible à des nettoyants classiques, la mesure est efficace. Et puis, quand les rames rentrent au dépôt, elles subissent une pulvérisation en règle pour débarrasser l'intérieur de toute trace virale.

Pour les bus de la Ville de Luxembourg, François Bausch assure que chaque zone de contact est là aussi désinfectée au moins une fois par jour, du lundi au vendredi. Et une fois par semaine, chaque bus est assaini de fond en comble. Les chauffeurs, eux, se sont vu remettre du gel hydroalcoolique pour exercer en toute tranquillité d'esprit leur circuit. Sachant que le contact avec les passagers est aujourd'hui fortement réduit.Non seulement avec la gratuité il n'y a plus de vente de billets en vis-à-vis, mais les usagers des bus sont invités à monter via les portes arrière.

Même la carrosserie

Idem pour les conducteurs des liaisons bus RGTR ou des TICE. Pour ce réseau, appel a été fait à une société spécialisée pour veiller à la propreté des bus qui, de retour au dépôt à Esch-sur-Alzette ou à l'occasion de pause, reçoivent l'indispensable nettoyage. François Bausch va même jusqu'à indiquer le produit désinfectant employé, Asept 90 pour celles et ceux que cela intéresse...

Il va de soi que le tram lui aussi est contraint à un brin de toilette plus fréquent et plus poussé. Chaque nuit, Luxtram nettoie et désinfecte entièrement ses rames. Compris la carrosserie extérieure. Si les traminots aux commandes (isolés dans leur cabine) n'ont guère à craindre de la présence des passagers et ne sont pas tenus de porter un masque, leurs collègues en atelier ou dans les parties administratives sont eux obligés de revêtir l'indispensable protection buccale. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente
Plusieurs municipalités, en Europe comme de l'autre côté de l’Atlantique, ont profité du virus pour accélérer la mise en place d'infrastructures dédiées à la mobilité douce. Si le Luxembourg prône habituellement les alternatives à la voiture, le silence semble toutefois de mise au sein du gouvernement. Du moins, pour le moment.
Radweg Kirchberg, Verkehr, Mobilität, Transport, fahrrad, Mobilité, piste cylable,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le délicat retour à la normale des transports publics
Au ralenti durant de longues semaines, trains, bus et tram ne tournent pas encore efficacement. Confrontés aux questions de retards mais aussi d'hygiène, le ministre de la Mobilité annonce que «le train fonctionnera tout à fait normalement d'ici deux semaines».
34 nouvelles automotrices pour répondre à la demande
François Bausch, le ministre des Transports, a confirmé que les CFL s'équiperont prochainement de nouveau matériel pour faire face à l'augmentation constante des passagers. La future gratuité des transports en commun, le 1er mars, devrait encore intensifier le phénomène.
Foto eines Zugs der Linie 10 (RE10) vor der Abfahrt am Bahnhof Luxemburg / Foto: Armand WAGNER
Transports gratuits au Luxembourg: les réponses aux questions
La gratuité des transports est sans conteste l'une des mesures phares du gouvernement Bettel pour cette coalition 2018-2023. Le Luxembourg est en effet le premier pays à introduire une telle mesure à l'échelle nationale. Quelles en sont les modalités? Réponses.
Lokales, 1 Jahr Tram, Mobilität,Kirchberg. Foto: Gerry Huberty
«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025
Rendre le trafic plus fluide aux heures de pointe au Luxembourg d'ici 2025, en transportant 20% de personnes de plus qu'aujourd'hui. Pour y parvenir, la nouvelle stratégie pour une Mobilité Durable (MoDu 2.0), dévoilée mardi par le ministre François Bausch, vise quatre grands objectifs chiffrés, propose une cinquantaine de mesures et liste les grands projets en cours et à venir.