Changer d'édition

La prolongation du droit à l'IVG à 14 semaines à l'étude
Luxembourg 3 min. 23.08.2022
Des discussions prévues à la rentrée

La prolongation du droit à l'IVG à 14 semaines à l'étude

«Il est prévu d'instaurer à courte échéance un groupe de travail chargé d'établir des statistiques en matière d'IVG», a indiqué Paulette Lenert (LSAP).
Des discussions prévues à la rentrée

La prolongation du droit à l'IVG à 14 semaines à l'étude

«Il est prévu d'instaurer à courte échéance un groupe de travail chargé d'établir des statistiques en matière d'IVG», a indiqué Paulette Lenert (LSAP).
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 23.08.2022
Des discussions prévues à la rentrée

La prolongation du droit à l'IVG à 14 semaines à l'étude

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Le ministère de la Santé indique ce mardi dans une réponse parlementaire étudier la possibilité de prolonger le droit à l'IVG de 12 à 14 semaines. Le processus d'intégration de l'IVG dans la nomenclature est encore en cours.

Après la France en début d'année, le Luxembourg pourrait à son tour prolonger le délai légal d'interruption de grossesse de 12 à 14 semaines. Paulette Lenert (LSAP) a fait savoir ce mardi dans une réponse parlementaire adressée aux députés Josée Lorsché et Marc Hansen (déi gréng) qu'une telle mesure est «actuellement à l'étude». «Dans ce sens, des réunions de concertation sont prévues dès la rentrée entre le ministère de la Santé et la Société de Gynécologie et d'Obstétrique ainsi que le Planning Familial», a indiqué la ministre de la Santé. Prolonger le délai du droit à l'IVG à 14 semaines fait partie des revendications du Planning familial.


Lokal, Demo Abtreibung, vor der amerikanischen Botschaft,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Inscrire l'IVG dans la Constitution fait débat
L'inscription du droit à l'avortement dans la Constitution fait débat au Luxembourg, alors que la nouvelle Constitution n'est toujours pas finalisée.

Les députés écologistes souhaitent également comprendre pourquoi l'intégration de l'IVG dans la nomenclature de la CNS faisait encore toujours défaut au Luxembourg. 

Bientôt des statistiques sur les IVG ?

«Dans le cadre des échanges portant sur ces demandes, la création de codes spécifiques dans la nomenclature des actes des médecins et médecins-dentistes avait alors été mise en doute notamment parce que l'IVG peut être prise  en charge sous forme de codes existants et qu’il n’existait pas d’intérêt scientifique pour préciser qu’un curetage est fait hors grossesse», a expliqué Paulette Lenert dans sa réponse, alors que le ministère de la Santé avait déjà saisi la Commission de nomenclature début 2018 de quatre demandes standardisées relatives à l'IVG.

Elle a également rappelé que des discussions ont été par la suite relancées «dans le cadre des futurs travaux sur la révision du chapitre relatif à la gynécologie de la nomenclature». De tels travaux sont actuellement en cours entre la CNS et la Société luxembourgeoise de Gynécologie et d’Obstétrique (SLGO), a précisé la ministre socialiste.


L'avortement inclus dans les droits fondamentaux de l'UE ?
Le Parlement européen a demandé, ce jeudi, que le droit à l'avortement soit inscrit dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne (UE) après sa remise en cause aux Etats-Unis.

Josée Lorsché et Marc Hansen se sont également demandé s'il ne serait pas plus efficace de mettre en place au Luxembourg «des statistiques et chiffres fiables relatifs aux IVG effectivement réalisées tant dans le milieu hospitalier qu'extrahospitalier». Selon eux, cela permettrait de mettre en œuvre «une prévention efficace et ciblée». Si un tel dispositif n'existe pas encore, il devrait cependant voir le jour prochainement. «Il est prévu d'instaurer à courte échéance un groupe de travail chargé d'établir des statistiques en matière d'IVG», a répondu Paulette Lenert. 

Pour rappel, les IVG par prise de médicament peuvent être réalisées soit au Planning familial, soit auprès d’un médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique dans son cabinet médical ou à l’hôpital. Les IVG chirurgicales sont, quant à elles, effectuées dans un hôpital.

Actuellement, seuls les chiffres provenant du Planning familial renseignent sur le nombre d'IVG pratiqué. Le Planning familial indique avoir été contacté par 601 femmes en 2021 pour procéder à un avortement. Parmi elles, 516 ont décidé de procéder à une IVG.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Révocation du droit à l'IVG aux USA
La décision de la Cour suprême américaine de révoquer le droit à l'avortement a suscité plusieurs réactions en Europe, dont celle du Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.
Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel makes a statement as he arrives for the EU-Western Balkans leaders' meeting in Brussels on June 23, 2022. - The European Union, which at a summit on June 23 and 24, 2022, will discuss whether to make Ukraine a membership candidate, has admitted over 15 countries in the past three decades. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Combien de femmes concernées?
Combien d'interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées au Luxembourg et quelles sont les femmes concernées? Impossible de le dire pour l'instant. Des gynécologues témoignent de la réalité de l'avortement dans le pays.
La plupart des IVG pratiquées au Luxembourg se font par médicaments, un phénomène que les codes de la CNS ne prennent pas en compte.