Changer d'édition

Une reprise insignifiante pour Liberty Steel
Luxembourg 2 min. 21.07.2022
A Dudelange

Une reprise insignifiante pour Liberty Steel

L'avenir est donc toujours aussi incertain pour Liberty Steel Dudelange et ses quelque 160 employés.
A Dudelange

Une reprise insignifiante pour Liberty Steel

L'avenir est donc toujours aussi incertain pour Liberty Steel Dudelange et ses quelque 160 employés.
Photo: Liberty Steel
Luxembourg 2 min. 21.07.2022
A Dudelange

Une reprise insignifiante pour Liberty Steel

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Pour juillet, ce sont pas moins de 3.000 tonnes d'acier qui ont été produites en trois jours d'activité, pas grand-chose au final en comparaison avec les capacités de production réelles du site luxembourgeois.

Que de rebondissements dans la saga liée au dossier Liberty Steel à Dudelange. Reprenons: en avril dernier, le tribunal de l'entreprise de Liège prononçait la mise en liquidation de Liberty Steel. La société devait donc être liquidée en Belgique, en raison de la faillite de la banque qui finançait l'entreprise. Une décision qui n'était pas sans conséquences sur le site luxembourgeois de Liberty Steel. En effet, l'entreprise située à Dudelange dépend directement de la filiale belge, autant au niveau de la fourniture en matières premières que des liquidités financières.


Liberty Steel Flachstahl
La justice place Liberty Steel en liquidation à Liège
Alors que le prix de l'acier n'a jamais été aussi haut, le tribunal de l'entreprise de Liège a prononcé la mise en liquidation de Liberty Steel. Une décision qui ne sera pas sans conséquences sur le site de Dudelange.

Mais, contre toute attente, en juin dernier, le ministre de l'Économie Franz Fayot (LSAP) annonçait l'annulation de la liquidation par la justice belge ainsi qu'un plan d'affaires présenté par l'entreprise pour se sortir de son pétrin financier. L'entreprise doit effectivement se sortir à tout prix de ce pétrin financier. Et pour cause, depuis mars, sur le site de Dudelange, plus aucune tonne d'acier ne sort du site et les activités sont à l'arrêt. «Soit on les paye pour faire du ménage, soit on les dispense de travail et ils sont payés en restant à la maison. Les gens doivent pouvoir être rémunérés pour leur travail, avoir des perspectives», confiait d'ailleurs Robert Fornieri, secrétaire général adjoint du LCGB, en avril dernier.

Une relance de trois jours

Toutefois, il semblerait qu'en ce début de semaine, un semblant d'activité ait repris sur le site de Dudelange. Nos confrères de RTL ont en effet annoncé que l'activité a été relancée, tout du moins temporairement. Robert Fornieri indique d'ailleurs que pour juillet, ce sont pas moins de 3.000 tonnes d'acier qui ont été produites. Si cela peut sembler beaucoup, il ne s'agit que d'une infime partie des capacités réelles du site.

Ce jeudi, le syndicaliste faisait savoir dans les colonnes du Quotidien que le site luxembourgeois était à nouveau à l'arrêt. La reprise aura donc été de courte durée, mais également d'une intensité très faible, puisque l'usine a fonctionné à 5% de son potentiel de production, sur trois jours seulement. Pas de quoi réjouir Robert Fornieri, qui a confié à nos confrères que les syndicats auraient «préféré une véritable reprise, même progressive. Là, c'est quelques tonnes à peine et terminé. Ça ne change pas grand-chose à la situation et c'est surtout loin d'être suffisant au niveau des recettes générées».


L'avenir s'assombrit encore un peu plus pour Liberty Steel
La procédure de dissolution a été lancée à l'égard de Liberty Steel, sonnant plus que probablement le glas de l'entreprise. L'avenir semble bien sombre pour le site de Dudelange.

Comme il l'a déjà évoqué à plusieurs reprises, le syndicaliste parle toujours d'un climat «incertain» sur place. Alors qu'il a toujours été question d'une reprise de l'outil par un tiers, il paraîtrait aujourd'hui que Liberty Steel ne soit pas prêt à céder le site luxembourgeois. Pourtant, les repreneurs potentiels sont nombreux et une piste très sérieuse avait récemment été trouvée.

L'avenir est donc toujours aussi incertain pour Liberty Steel Dudelange et ses quelque 160 employés qui n'aspirent qu'à une chose: travailler dans de bonnes conditions.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2.000 tonnes d'acier seront produites
Le site de Dudelange redémarre cette semaine, mais que pendant deux jours ce mercredi et jeudi selon Robert Fornieri, secrétaire général adjoint du LCGB. Ce dernier voit dans cette reprise temporaire qu'une «poudre aux yeux»
Le LCGB attend toujours un retour de Liberty Steel pour valider le Plan de maintien dans l'emploi.
Alors que le prix de l'acier n'a jamais été aussi haut, le tribunal de l'entreprise de Liège a prononcé la mise en liquidation de Liberty Steel. Une décision qui ne sera pas sans conséquences sur le site de Dudelange.
Liberty Steel Flachstahl
Le tribunal des entreprises de Liège a transmis le dossier au procureur du Roi, qui va devoir se prononcer sur la dissolution ou non de la société. Voilà qui n'est pas rassurant pour le site de Dudelange.
Ce 22 juillet, la procédure de redressement juridique du site belge de Liberty Steel sera étudiée par les magistrats. Une nouvelle attendue par les 220 salariés de l'usine luxembourgeoise en lien avec l'usine liégeoise.
Liberty Steel Flachstahl
Trois mois après la faillite du principal créancier du groupe GFC-Alliance, propriétaire de Liberty Steel, OGBL et LCGB revendiquent vendredi une prise de contrôle partiel de l'Etat. Et ce, le plus rapidement possible afin de sauver les 220 emplois de l'usine de galvanisation.
Wirtschaft, Piquet, Liberty Steel, Présidents, Robert Fornieri LCGB, Stefano Araujo OGBL  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
En pleine tempête en raison du dépôt de bilan du principal financier de leur maison-mère, le site luxembourgeois fonctionne au ralenti et une majorité des personnels se retrouvent au chômage partiel, indiquent les syndicats.