Changer d'édition

La prévention au cœur de la lutte contre les drogues
Luxembourg 2 min. 12.10.2020 Cet article est archivé

La prévention au cœur de la lutte contre les drogues

Près de 80 mesures ont été mises au point entre les différents acteurs de terrain et les ministères compétents.

La prévention au cœur de la lutte contre les drogues

Près de 80 mesures ont été mises au point entre les différents acteurs de terrain et les ministères compétents.
Archives LW
Luxembourg 2 min. 12.10.2020 Cet article est archivé

La prévention au cœur de la lutte contre les drogues

Une communication plus ciblée et une meilleure coordination sont au programme du cinquième plan d'action national de lutte contre la toxicomanie qui a été présenté ce lundi par le ministère de la Santé.

(ER) - «Le plan d'action 2020–2024 s'articule sur deux piliers: la réduction de la demande et de l'offre.» Paulette Lenert (LSAP) a présenté ce lundi les grands axes de la stratégie nationale en matière d'addictions. Pour la ministre de la Santé, plus que jamais, la prévention est un élément capital dans le but de réduire la demande. 

«Nous devons informer de façon objective et fiable sur l'usage de ces substances mais aussi les effets et conséquences potentielles», a rappelé la ministre pour qui «il est important de mettre un accent particulier sur les jeunes notamment en milieu scolaire». 


Cannabis bleibt die meistkonsumierte illegale Droge in Europa.
«Ne pas rééditer les erreurs en matière de cannabis»
Le Centre de prévention des toxicomanies (CePT) fête ses 25 ans et s'offre un nouveau nom. Le nouveau Centre national des préventions et des addictions (cnapa) va accompagner le gouvernement dans le processus de légalisation du cannabis.

L'autre levier sur lequel comptent intervenir les autorités visent à contrecarrer l'offre. La stratégie antidrogue de l'UE pour les années 2013-2020 a pour objectif de réduire drastiquement la disponibilité des drogues illicites. Dans ce contexte, une attention particulière sera accordée aux nouvelles technologies. Que ce soit dans la distribution ou la production, ces dernières jouent un rôle important.

Outre la prévention, une meilleure coordination entre les différents acteurs est essentielle dans la réussite de l'action. «La lutte antidrogue est une compétence partagée entre différents portefeuilles ministériels mais il n'existe pas de pouvoir décisionnel centralisé, il est d'une importance capitale de mettre en place des mécanismes de coordination», peut-on lire dans le rapport. 

Mis sur pied pour la première fois il y a 20 ans, le plan d'action de lutte contre les drogues semble porter ses fruits. Si de nombreuses actions sont encore à l'agenda, le nombre de décès liés aux drogues illicites a diminué au Grand-Duché. Si en 2000, 26 personnes sont mortes à cause d'une surconsommation de drogues, le chiffre a été divisé par six en 2018.  

Des offres telles que les salles d'injection et d'inhalation supervisées, le programme de traitement assisté à l'héroïne ou encore une couverture élevée des traitements de substitution ont certainement contribué à cette évolution. Le Luxembourg se situe d'ailleurs largement en dessous de la moyenne observée au sein de l'Union européenne.

Parmi ce plan d'action 2020-2024, outre l'extension du programme de traitement assisté à la diacétylmorphine, quelques projets de grande envergure se retrouvent dans les cartons comme la création d'un centre thérapeutique pour mineurs toxicodépendants, la décentralisation des offres de réduction des risques et dommages au niveau local et régional ou encore la mise sur pied d'un dispositif d'échange et de récupération de seringues pour usagers de drogues fonctionnant sept jours sur sept. 

Au total, le plan 2020-2024 englobe quelque 80 mesures mises au point entre les différents acteurs de terrain et les ministères compétents. A l'instar de ses prédécesseurs, ce plan d'action gouvernemental sera également soumis à une évaluation externe finale.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le ministère de la Santé entend bien faire un effort sur des opérations de sensibilisation. Actuellement, il ne consacre que 2,2% de son budget aux conseils sur les gestes à adopter pour rester en forme.
Alors que la légalisation sur la drogue douce est annoncée pour 2021, les contours du futur projet de loi ont été dévoilés. Mise en place de 14 points de vente, quantité limitée autorisée ou création de deux licences nationales figurent dans un document inédit, révélé lundi par nos confrères de la radio 100,7.
L'objectif poursuivi par le législateur n'est pas de normaliser ou de banaliser la consommation de cannabis, mais d'en encadrer la consommation et la vente
Le ministère de la Santé publie ce lundi son rapport national sur la consommation de drogues illicites. La baisse de consommation observée ces dernières années semble se confirmer.
Drugs Drogen Fixerstuff
Annoncée à plusieurs reprises par le gouvernement, la mesure devrait «prochainement» aboutir à un projet de loi, a annoncé Etienne Schneider (LSAP), ministre de la Santé, mardi. La future disposition pourrait entrer en conflit avec des conventions internationales ratifiées par le pays.
Le seul producteur de cannabis actuel du pays pourra se frotter les mains lorsque la légalisation entrera en vigueur.
Lors des sept premiers mois de l'année, la délinquance liée au trafic de stupéfiants a augmenté de plus de 62% dans la capitale, surtout dans le quartier de la gare et à Bonnevoie. Face à ce fléau, riverains et commerçants restent mobilisés.
Polizei Razzia Drogenkontrolle Drogen Rue de Strasbourg Bahnhofsviertel Festnahme Verhaftung
Le ministère de la Santé a confirmé ce vendredi qu'une «chaîne de production et de vente nationale sera instaurée sous contrôle de l'Etat», dans la future loi légalisant le cannabis sur le territoire.