Changer d'édition

La pression monte autour du logement
Luxembourg 4 min. 05.10.2020 Cet article est archivé

La pression monte autour du logement

L'offre en logements abordables est clairement insuffisante estiment de nombreuses associations.

La pression monte autour du logement

L'offre en logements abordables est clairement insuffisante estiment de nombreuses associations.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 05.10.2020 Cet article est archivé

La pression monte autour du logement

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Le programme du gouvernement voué à multiplier les habitations abordables ne fait pas l'unanimité. De nombreuses associations estiment que la situation empire au fil des mois et comptent le rappeler aux autorités samedi prochain lors d'une manifestation organisée à Luxembourg.

«D'ici 2024, 4.000 logements abordables supplémentaires seront sortis de terre.» Henri Kox (Déi Gréng) n'était pas peu fier d'annoncer vendredi que le Fonds spécial du logement, qui est entré en vigueur le 1er avril dernier, a déjà investi plus de 550 millions dans la création ou la rénovation de nouveaux logements. 

Une goutte d'eau dans l'océan pour certains acteurs. A commencer par Jean-Michel Campanella qui estime que «les solutions apportées sont clairement insuffisantes». Dans une interview accordée au Quotidien, le président de l'association Mieterschutz Lëtzebuerg (défense des locataires) demande «un vrai plan d'urgence pour faire face aux plus de 30.000 logements abordables et aux quelque 4.000 logements sociaux manquants».


Bauarbeiter, Neubau, Arbeiter, Chantier, Ouvriers, Foto Lex Kleren
3.600 logements abordables en cours de réalisation
Le ministère du Logement aura investi 550 millions pour soutenir cet effort dans la production d'appartements ou logements accessibles au plus grand nombre. Et Henri Kox promet plus encore pour l'avenir.

Ce pacte Logement 2.0 est bien loin de faire l'unanimité. Après l'ADR en août, l'OGBL a mis en avant les points faibles de cette politique. «Le contingent de 10% de logements abordables dans les nouvelles constructions n'est pas suffisant pour contrecarrer la spéculation immobilière», estime le syndicat. 

La semaine dernière, c'est le principal parti de l'opposition qui est monté au créneau en épinglant le manque d'ambition de ce programme. Une «imposture politique» selon Martine Hansen. Le CSV regrette notamment que le Pacte proposé par le ministre du Logement évoque principalement la construction d'appartements locatifs et que le segment des ventes soit négligé.

Pour rappel, le pacte 2.0, initié par le ministre «vert», vise à créer davantage de logements abordables et à mobiliser les terrains en jachère et des logements vacants. Mais la situation au pays est de plus en plus tendue. Une situation que Jean-Michel Campanella  qualifie de «catastrophique». 

Personnes isolées, familles monoparentales sans oublier une partie de la classe moyenne, Jean-Michel Campanella précise encore dans le Quotidien que la situation devient  «très compliquée pour beaucoup». «Les prix actuels excluent par exemple les gens seuls, qui ne peuvent pas accéder à un logement social, car la priorité pour ces logements est accordée aux grandes familles», dit-il.   

Après avoir mis en évidence la problématique du logement il y a une dizaine de jours à Esch, de nombreuses associations se sont donné rendez-vous ce samedi 10 octobre dans les rues de la capitale pour dénoncer la situation. 

Plus que jamais, et malgré le contexte de crise sanitaire, la problématique du logement constitue une des priorités des autorités luxembourgeoises. Le coût de l'habitat grimpe plus vite que les revenus, les dépenses des ménages pour cette seule part de leur budget ne cessent d'augmenter. Jean-Michel Campanella évoque notamment certaines personnes qui consacrent «environ 40% de leur salaire et dans certains cas, cela peut aller jusqu'à 60%». C'est dire l'urgence de la situation. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le CSV tacle le Pacte Logement
Selon le principal parti d'opposition, la version 2.0 du Pacte Logement serait un monstre bureaucratique et créerait plus de problèmes qu'elle n'offrirait de solutions pour maîtriser l'offre immobilière.
IPO,Wohnungsbau-Pacte Logement.SNHBM.Sozialer Wohnungsbau.hier:Olm.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La rentrée sociale donne la fièvre à l'OGBL
Le syndicat a formulé cinq axes d'actions pour le maintien des emplois, du pouvoir d'achat ou une réforme de la fiscalité notamment. Le comité national réclame une nouvelle réunion d'urgence des partenaires sociaux.
Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La colocation au cœur d'une manifestation à Esch
Pour la troisième fois depuis la mi-juin, plus de 120 personnes ont rappelé leur intérêt en faveur des appartements partagés. Ces habitants ont aussi mis en évidence la problématique du logement au pays.
Eine Stunde lang hörten sich die Demonstranten Reden an.
«Chez papa-maman» reste une bonne adresse
Environ 20% des Luxembourgeois âgés de 25 à 34 ans vivent encore chez leurs parents, selon une récente enquête d'Eurostat. Un choix affectif, une habitude culturelle ou une nécessité financière?
Vers plus de protections pour le locataire
Mieux encadrer les frais d'agence, abaisser le montant de la garantie locative, préciser dans le bail le montant du plafond légal du loyer figurent parmi les mesures que souhaite appliquer au marché locatif le ministre du Logement.
Les prix de l'immobilier n'en finissent plus de croître
Au dernier trimestre 2019, les prix d'achat des logements ont enregistré une hausse de 11%, selon les dernières données du Liser. Une croissance à deux chiffres pour le troisième trimestre consécutif qui marquera le pas début 2020. Avant de repartir, estiment les experts.