Changer d'édition

La pression face à la peste porcine redescend
Luxembourg 3 min. 04.09.2019

La pression face à la peste porcine redescend

La pression face à la peste porcine redescend

Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 3 min. 04.09.2019

La pression face à la peste porcine redescend

Maurice FICK
Maurice FICK
La crise de la peste porcine africaine, à laquelle le Grand-Duché tente toujours d'échapper, n'est pas passée. Mais l'épizootie est en net recul côté belge. Au Luxembourg, les 48 analyses de cet été étaient bonnes et deux pièges ont été installés.

Alors qu'en début mai 2019, toutes les semaines de nouveaux cas de sangliers atteints par la peste porcine africaine étaient mis au jour en Wallonie, deux carcasses de sangliers infectées par le virus ont été repérées en juillet et une seule au mois d'août. 


«Une vraie zone blanche d'ici la fin de l'été»
Le virus préoccupe Romain Schneider depuis le début de l'année. La peste porcine africaine reste d'actualité à la frontière belgo-luxembourgeoise où une deuxième clôture pourrait être érigée. Le point en six questions avec le ministre de l'Agriculture.

Quasiment un an après la découverte du premier cas de peste porcine détecté par les autorités sanitaires belges, nos confrères de L'Avenir retenaient à la fin août que «si l’épizootie est toujours présente, elle affiche toutefois un très net recul».

Le Luxembourg reste, pour l'heure, vierge de toutes traces du fléau. Y compris dans la fameuse zone blanche qui fait tampon entre la vaste zone belge de 110.000 hectares infestée et le sud-ouest du Grand-Duché où deux battues géantes avaient été organisées début juillet. Le Laboratoire de médecine vétérinaire a analysé 23 cadavres de sangliers découverts morts ou tirés en juillet et 25 carcasses en août. 

Moins de ressources humaines l'été

«Toutes les analyses sont négatives», assure Félix Wildschutz, directeur de l'Administration des services vétérinaires, en précisant que «la plupart de ces sangliers ont été tirés dans la zone de prévention délimitée au nord par l'autoroute d'Arlon et au sud par l'autoroute d'Esch. Depuis le début de la crise 264 carcasses ont été analysées au Luxembourg, l'une est toujours en cours. Tous les sangliers tirés ou trouvés sont répertoriés sur la carte publiée par le portail de l'agriculture.

Deux bonnes nouvelles sur le front de la peste porcine au sud-ouest du Luxembourg qui continuait de préoccuper Romain Schneider, ministre de l'Agriculture (LSAP) à la fin juillet mais «il faut rester prudent», pose Félix Wildschutz.


La peste porcine africaine aux portes du Luxembourg
Depuis la mi-septembre 2018 le virus de la peste porcine africaine qui menace les éleveurs porcins via les sangliers, fait des ravages en Belgique. Le Luxembourg prend des mesures à la frontière pour tenter d'éviter l'épidémie.

Selon le directeur de l'Administration des services vétérinaires, le fait qu'il y ait eu moins de cas positifs s'explique. «En été, avec les congés, il y a moins de ressources humaines et il y a peut-être eu moins de recherches actives de cadavres. Et puis c'est moins évident à cause de la végétation», plus dense.

Deux pièges à sangliers posés

Autre phénomène connu des spécialistes: «Le virus peut s'affaiblir avec le temps et devenir moins virulent au point qu'un sanglier peut survivre et fabriquer des anticorps, cela a été le cas dans d'autres pays», explique Félix Wildschutz. 

Il rappelle l'évidence à ne pas perdre de vue: «Pour que le virus ne circule plus, il ne faut plus de sangliers». Pour dépeupler du mieux possible la zone blanche délimitée par les deux clôtures, montées en Wallonie et au sud-ouest du Luxembourg -ce qui reste le but premier du ministre de l'Agriculture- l'Administration de la nature et des forêts vient d' y«installer deux pièges à sangliers. Ce sont des enclos délimités où on essaye d’appâter les bêtes avec du maïs. Quand ils y entrent, une porte se referme automatiquement. Ils sont alors piégés et tués», raconte Félix Wildschutz. Côté belge 150 pièges de ce type ont été installés.

Pour que toute la région touchée par la peste porcine africaine soit officiellement déclarée région indemne, un an doit s'écouler après le dernier cas connu. «Les autorités belges souhaiteraient que le dernier cas soit connu au plus tard à la fin de l'année. Le dernier en date remonte au 11 août 2019», rapporte le directeur de l'Administration des services vétérinaires.


Sur le même sujet

Tous les sangliers seront abattus «d'ici fin juin»
«Nous devons faire en sorte qu'il n'y ait plus aucun sanglier dans la zone blanche d'ici fin juin», déclare Romain Schneider. Le ministre de l'Agriculture donnera aux chasseurs une «prime de 100 euros pour chaque sanglier tiré». La peste porcine menace.
La clôture sera rallongée jusqu'à Pétange
Les habitants de Bascharage ont redessiné la clôture contre la peste porcine africaine. Un tracé alternatif qui sera «probablement» pris en compte par les ministères «si c'est faisable» sur le terrain. La clôture sera prolongée dans Pétange et terminée plus tard.
Une clôture de 8 kilomètres contre la peste porcine
Comme en Belgique, le gouvernement luxembourgeois va ériger «dans les prochains jours» une clôture de 8 kilomètres de long qui s'étendra de Steinfort à Pétange. Il étudie aussi la possibilité de créer une «zone blanche» qui sera alors vidée de ses sangliers.
«118 sangliers ont été testés négatifs» à la peste porcine
Les chasseurs luxembourgeois ont participé lundi soir à une réunion pour s'informer sur l'évolution de la peste porcine africaine des deux côtés de la frontière. Depuis septembre, 1.846 sangliers ont été analysés en Wallonie et 118 au Luxembourg, épargné par le virus jusqu'ici.
Un sanglier contaminé retrouvé à la frontière
Le virus de la peste porcine se rapproche plus que jamais de la frontière luxembourgeoise. La carcasse d'un sanglier contaminé, "viropositif" a été découverte à seulement trois kilomètres du pays.
La peste porcine à nos frontières
La question n'est plus de savoir si la peste porcine va toucher le Luxembourg, mais quand, selon les spécialistes. Les éleveurs de porcs craignent surtout une interdiction d'exporter.