Changer d'édition

La poubelle grise reste encore trop remplie
Luxembourg 3 min. 10.03.2020

La poubelle grise reste encore trop remplie

La poubelle grise reste encore trop remplie

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 10.03.2020

La poubelle grise reste encore trop remplie

Maurice FICK
Maurice FICK
Près de 30 kg de déchets en moins par habitant et par an au Luxembourg. La nouvelle analyse menée par l'administration de l'Environnement montre l'effort de tri réalisé endéans cinq ans mais pointe l'émergence de déchets problématiques dans la poubelle grise, comme les médicaments.

Si les déchets électriques et électroniques (DEEE) sont effectivement recyclés dans les règles de l'art, des efforts constants pour collecter davantage de plastique dans le Nord par exemple, sont développés avec plus ou moins de succès. Le couperet vient de tomber en même temps que la nouvelle analyse des déchets ménagers 2018-2019 pour tous les déchets ménagers qui continuent de remplir les poubelles grises

En comparaison à la dernière analyse de la même envergure menée par l'administration de l'Environnement en 2013-2014, le volume de déchets a bien baissé. «Au total, il y a encore 193,7 kg de déchets par personne et par an générés dans la poubelle grise», résume Stéphanie Goergen. Ce qui fait tout de même 29,5 kg de moins que cinq ans auparavant.


Objectif «zéro déchet»
Alors que la chasse au plastique prend de l'ampleur dans le monde, le Luxembourg lance ce lundi une nouvelle stratégie. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, invite ainsi la population à proposer ses idées, concrètes, pour lutter contre ce fléau.

C'est la bonne nouvelle: «Il y a 13,2% de déchets en moins dans notre poubelle grise. Ce qui signifie que des efforts de recyclage sont faits. Des fractions de déchets sont mieux triés», retient Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ministre de l'Environnement. 

Mais à y regarder de plus près, il y a un «hic» dans la poubelle: «On voit aussi très bien que des fractions comme les produits d'hygiène corporelle, les capsules de café et les médicaments sont plus nombreux dans la poubelle grise. On retrouve également plus de médicaments dans le système de la SuperDrecksKëscht». 

Directives transposées «avant cet été»  

En clair, il existe toujours, et c'est le message envoyé ce mardi matin par le ministre de l'Environnement, un grand potentiel de réduction des fractions de déchets ménagers. «On peut les réduire de 65%», estime sans sourciller  Stéphanie Goergen. Qui dégaine aussitôt les solutions pratiques: «Mettre les biodéchets dans la bio-poubelle ou utiliser la collecte séparée pour papier et carton qui existe dans toutes les communes. On peut aussi y parvenir via des campagnes d'information lorsque les communes développent des structures de collectes séparées et inciter les gens à les utiliser».


Davantage de tri dans vos déchets
Le sac bleu de Valorlux élargit sa gamme de produits recyclables. 48 communes du pays vont désormais pouvoir jeter davantage de produits plastiques dans ce sac, pour permettre un meilleur tri.

Le plastique représente un autre gros potentiel. Il «pèse» 32 kg dans la poubelle grise actuellement et, pour la première fois, l'analyse a pris sous la loupe les plastiques à usage unique (coton-tiges, touillettes, gobelets, assiettes et couverts). Une fraction qui disparaîtra de la poubelle grise avec l'entrée en vigueur de la directive qui les bannira définitivement du paysage commercial luxembourgeois d'ici mi-2021.

Parmi les directives dites de l'économie circulaire, la plus connue est celle qui concerne les plastiques à usage unique mais il en existe cinq autres qui fixent les taux pour différentes fractions de déchets. «Nous envisageons de transposer les directives européennes au niveau national et déposer les projets de loi avant cet été» et donc «nous allons retravailler la loi sur les déchets qui est pour le Luxembourg la base pour parvenir à réduire les déchets», pose Carole Dieschbourg. 

La ministre envisage de plancher sur les systèmes de taxation avec les communes pour avoir les meilleurs résultats possible sur base du principe du pollueur-payeur. Les communes en pointe sont «celles qui ont le plus de fractions séparées» et qui disposent de systèmes de pesage par fraction. Elle ne le dira pas mais parlent des communes du sud du pays.


Sur le même sujet

Le CHEM prêt à revoir la destruction de ses déchets
Le Luxembourg ne dispose toujours pas d'unité de traitement pour les détritus issus des soins. Mais le Centre Emile Mayrisch et un partenaire privé vont, localement, expérimenter une nouvelle technologie d'ici la fin de l'année.
Les déchets électriques recyclés dans les règles de l'art
Si des milliers de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques quittent illégalement l’Europe pour être expédiés en Afrique ou en Asie, Carole Dieschbourg, ministre de l'Environnement, affirme que le Luxembourg respecte bien les dispositions prises en matière de traitements de ce type d'appareils.
La capitale produit 66 tonnes de déchets par an
La lutte contre la pollution et le dépôt de déchets sauvages se poursuit pour la ville de Luxembourg, qui a présenté jeudi matin son bilan et ses perspectives d'avenir sur cette question de gestion de ses résidus.
ING Night Marathon Luxembourg 2018, Rond point Schuman,Photo: Guy Wolff
Les ordures ménagères passées au crible
Qu'est-ce qui finit dans vos poubelles grises? Alors que le ministère de l'Environnement présente ce lundi sa stratégie «zéro déchet», petit tour dans la «SuperDrecksKëscht» où 30 tonnes de déchets ont été analysées à la loupe pour une étude.
Objectif «zéro déchet»
Alors que la chasse au plastique prend de l'ampleur dans le monde, le Luxembourg lance ce lundi une nouvelle stratégie. La ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, invite ainsi la population à proposer ses idées, concrètes, pour lutter contre ce fléau.
Luxembourg: ils se bougent contre le plastique
Ils veulent réduire drastiquement la pollution plastique dans les magasins au Luxembourg. Après une pétition à succès sur le site change.org - et plus de 15.000 signatures -, un groupe de citoyens luxembourgeois poursuit sa mobilisation avec une deuxième pétition, cette fois sur le site de la Chambre des députés, qui a également porté ses fruits: 4.500 signatures plus tard, il y aura bien un débat national sur ce sujet.