Changer d'édition

La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois
Luxembourg 2 min. 18.09.2019

La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois

Le lait luxembourgeois devrait être privilégié pour les yaourts grecs produits à Bettembourg.

La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois

Le lait luxembourgeois devrait être privilégié pour les yaourts grecs produits à Bettembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 18.09.2019

La porte de Fage s'entrouvre au lait luxembourgeois

Alors que le projet d'une usine de yaourts à Bettembourg alimente toujours la controverse, le ministre de l’Économie a tenté de rassurer le milieu agricole. Etienne Schneider indique que la société à l'intention de s'approvisionner sur le marché local et régional.

(DH) -  «Les critères de sélection seront la disponibilité garantie de lait, le respect des exigences de qualité et le prix demandé», a répondu Etienne Schneider (LSAP) à la question parlementaire posée par Gusty Graas. Le député DP se faisait l'écho des inquiétudes des producteurs de lait au sujet de la fourniture de la fabrique de yaourts Fage, prévue à Bettembourg. 

Le ministre de l’Économie s'est aussi voulu rassurant en soulignant que la société grecque «entend s'approvisionner sur les marchés local et régional». Il a par ailleurs souligné que la proximité avec l’usine serait aussi un atout en termes de compétitivité et que les fournisseurs potentiels seront contactés «une fois la construction de l'usine entamée, douze mois avant le commencement de la production».

La production laitière luxembourgeoise est en constante augmentation depuis plus de vingt ans. Elle avoisinait les 387.000 litres en 2017.

Tensions au sein du conseil communal

Posée par un député originaire de Bettembourg, la question n’est pas anodine. En effet, l’implantation d’une usine de fabrication de yaourts sur un site de 15 ha au cœur de la zone industrielle Wolser divise au sein même de la coalition (DP, Déi Gréng et CSV) de la commune.  

«Cela risque de devenir un problème politique», avait commenté Etienne Schneider qui s'était montré courroucé lorsque l'usine Knauf avait choisi Illange plutôt que le Grand-Duché, en 2018. Le CSV, de son côté, avait même condamné la «double morale» de Josée Lorsché (Déi Gréng). «En tant qu’échevine, elle est contre le projet, mais en tant que présidente de la fraction verte à la Chambre elle est pour. Cette double morale est assez ridicule», avait lancé Claude Wiseler. 


L'impact écologique de Fage inquiète toujours autant
Les grandes quantités d'eau que l'usine utilisera pour produire ses yaourts grecs mais aussi les rejets dans l'Alzette poussent Josée Lorsché (Déi Gréng) à s'opposer au projet. D'autant que l'eau potable viendra à manquer dans dix ans.

Pour mémoire, Josée Lorsché (Déi Gréng), échevine de Bettembourg,  avait réaffirmé son opposition. Elle se positionnait en raison des questions relatives à la consommation d’eau de l’usine et à la température des eaux de rejet qui finiront dans l’Alzette. 

Le projet Fage à Bettembourg est annoncé depuis juillet 2016. Au 31 décembre 2018, la multinationale avait déjà injecté 41 millions d’euros sur un total estimé à 100 millions d’euros.

Un rapport d’évaluation d’incidence est attendu et sera versé au dossier de commodo et incommodo, qui pourra ensuite être consulté par le public.


Sur le même sujet

Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.
L'impact écologique de Fage inquiète toujours autant
Les grandes quantités d'eau que l'usine utilisera pour produire ses yaourts grecs mais aussi les rejets dans l'Alzette poussent Josée Lorsché (Déi Gréng) à s'opposer au projet. D'autant que l'eau potable viendra à manquer dans dix ans.