Changer d'édition

La police belge ne viendra pas en renfort ce week-end
Luxembourg 3 min. 14.01.2022 Cet article est archivé
Manifestations anti-covid

La police belge ne viendra pas en renfort ce week-end

Le week-end dernier, les manifestants du centre-ville se sont livrés au jeu du chat et de la souris avec la police. Il n'y a toutefois pas eu d'incidents graves.
Manifestations anti-covid

La police belge ne viendra pas en renfort ce week-end

Le week-end dernier, les manifestants du centre-ville se sont livrés au jeu du chat et de la souris avec la police. Il n'y a toutefois pas eu d'incidents graves.
Photo: Luc Deflorenne
Luxembourg 3 min. 14.01.2022 Cet article est archivé
Manifestations anti-covid

La police belge ne viendra pas en renfort ce week-end

Vendredi et samedi, de nouvelles manifestations auront lieu. La police accompagnera les manifestations sans soutien de l'étranger.

(S.MN. avec Maximilian RICHARD) Plusieurs manifestations contre les restrictions sanitaires sont à nouveau annoncées pour ce weekend. Ainsi, une marche blanche silencieuse aura lieu ce vendredi soir. Jusqu'à présent, ces manifestations ont toujours été déclarées officiellement et se sont déroulées dans le calme. 


Manifestation Antivax Luxembourg  18 decembre 2021 Photo © Christophe Olinger
La contestation se pacifie
Après les débordements du samedi 4 décembre, les rassemblements des contestataires aux mesures anti-covid ont été davantage encadrés. Une formule qui a fait ses preuves, samedi 18 décembre, pour le Saturday for Liberty.

La contre-manifestation face aux «covidiots» n'a cependant pas été déclarée. Des activistes ont annoncé dans les médias sociaux leur intention de barrer la route aux participants de la marche blanche. Deux autres manifestations n'ont pas non plus été déclarées samedi. Ainsi, des opposants aux vaccins et aux mesures se rassembleront tant à la gare centrale qu'à la Gëlle Fra. 

Une troisième manifestation simultanée sur le Glacis est en revanche officiellement déclarée, comme cela a déjà été le cas par le passé. Le weekend dernier, plusieurs touristes émeutiers venus de France avaient participé à une manifestation dans la capitale. Il n'y a pas eu d'incidents graves. Toutefois, les participants venus de France ont largement contribué à faire monter la température. Le ministre de la Police Henri Kox avait par la suite annoncé que le tourisme de manifestation ne serait pas toléré au Grand-Duché. L'offre policière devrait être adaptée pour les prochaines manifestations afin de contrer ce phénomène. 

Pas de risque majeur 

Interrogé à ce sujet, un porte-parole de la police a souligné que, comme par le passé, des analyses de risques avaient été effectuées en amont. «On ne veut toutefois pas donner de détails sur le nombre de policiers». Les rassemblements qui ont lieu en parallèle ont certainement une influence sur la mise en place des forces de l'ordre. La police ne semble toutefois pas partir du principe qu'il existe un risque majeur. En effet, aucun soutien n'a été demandé à la police belge pour ce weekend. 

La dernière fois que des fonctionnaires du pays voisin étaient présents, c'était le 11 décembre, lors d'une manifestation. A l'époque, des débordements avaient eu lieu et les forces de l'ordre avaient utilisé un canon à eau de la police belge contre les manifestants. Comme l'explique le porte-parole de la police, les forces de l'ordre continuent de privilégier une approche plus calme. La police tente d'encadrer également les manifestations non déclarées. Il s'agit d'éviter les actes de violence et de garantir l'ordre et la sécurité publics. 


Corona Demo 11. Dezember 2021 auf dem Glacis in Limpertsberg. (Foto: Alain Piron)
Une manifestation redoutée devant Robert-Schuman
Le site hospitalier du Kirchberg a été cité dans plusieurs appels à cortège pour les jours à venir. De quoi faire réagir le ministre de la Sécurité intérieure.

En fin de compte, l'action de la police reste toutefois conditionnée par la situation et adaptée à la situation sur place. En cas d'infractions graves, la police interviendra comme elle l'a déjà fait lors de manifestations précédentes et placera éventuellement des personnes en garde à vue. Dans le cas des manifestations non déclarées, la difficulté réside dans le fait qu'il n'y a généralement pas d'interlocuteur direct au sein des manifestants. 

Dans ce cas, les accords possibles avec les manifestants pour un déroulement largement réglementé doivent éventuellement être conclus sur place. Lors des manifestations précédentes, la circulation a été perturbée dans le centre-ville. Cela ne peut pas non plus être exclu ce weekend. Les citoyens devront se conformer aux instructions de la police. Si une situation de danger plus importante devait se développer, la police mettrait également en garde contre celle-ci, selon le porte-parole des forces de l'ordre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'opposition aux mesures anti-covid du gouvernement De Croo pourrait faire le jeu des extrémistes. Dans un récent sondage, le Vlaams Belang, parti ultranationaliste flamand conserve sa place virtuelle de première formation politique au plan national.
Protesters demonstrate against Covid-19 restrictions in Brussels, on December 26, 2021. - Cinemas, concert halls and other entertainment venues closed since December 26, 2021, as three in 10 Covid cases are now Omicron in Belgium. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Samedi 11 mais aussi dimanche 12 décembre, au moins deux rassemblements déclarés d'opposants aux mesures anti-covid doivent avoir lieu dans la capitale. Mais «trois actions» flottent aussi dans l'air.
La liberté de manifester reste protégée même dans le contexte sanitaire strict qui s'impose au rassemblement public. C'est ce qui explique que, lundi à 17h, la marche organisée pour la Journée des droits des femmes pourra bien avoir lieu.
Luxtimes,Lokales,Apo.Manifestation gegen Abtreibungsgesetz in Polen,vor der polnischen Botschaft in Limpertsberg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort