Changer d'édition

La Place attend toujours sa circulaire sur le télétravail
Luxembourg 2 min. 20.01.2021

La Place attend toujours sa circulaire sur le télétravail

Évoquée en juin dernier par Claude Marx, l'idée d'un cadre spécifique pour le télétravail sur la Place se trouve toujours, pour l'heure, au stade de discussions.

La Place attend toujours sa circulaire sur le télétravail

Évoquée en juin dernier par Claude Marx, l'idée d'un cadre spécifique pour le télétravail sur la Place se trouve toujours, pour l'heure, au stade de discussions.
Photo:Guy Jallay/archive
Luxembourg 2 min. 20.01.2021

La Place attend toujours sa circulaire sur le télétravail

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Évoqué en juin dernier par Claude Marx, directeur de la CSSF, le document visant officiellement à mettre en place «le cadre sécurisé nécessaire pour le fonctionnement du secteur financier» tarde à être publié. La faute à des discussions «entre parties prenantes» qui s'éternisent

Officiellement encadré par une convention signée entre le patronat et les syndicats pour les résidents et des accords bilatéraux pour les frontaliers, le télétravail au Luxembourg devait, pour le secteur financier, faire l'objet d'un cadre spécifique. Non pas pour mettre en place des règles différentes pour les quelque 50.000 salariés de la Place, mais pour instaurer «le cadre sécurisé nécessaire pour le fonctionnement du secteur financier», selon les mots de Claude Marx, directeur de la CSSF. 


Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.

Évoquée en juin dernier et détaillée en septembre devant la commission des Finances et du Budget, l'idée visait notamment à répondre «aux problèmes de disponibilités des salariés vis-à-vis des clients, aux interrogations quant à la substance des établissements installés au Luxembourg ou bien encore dans la gestion de projets qui nécessitent une présence réelle». Sauf que quatre mois plus tard, le silence radio règne toujours autour de cette question.

Aussi bien du côté de la CSSF, que du ministère des Finances. Si le gendarme de la Place botte en touche en avançant le fait de «ne pas être la seule partie prenante dans la mise en place de cette directive», les services de Pierre Gramegna (DP) évoquent quant à eux la poursuite «des consultations entres les différentes parties prenantes». Sans aucune autre forme d'explication, que ce soit sur la nature des blocages ou sur le nombre d'interlocuteurs impliqués dans les échanges.


dr
La vie de bureau version digitale «ne va pas de soi»
A l'heure où le travail à domicile se généralise, les entreprises tentent de ne pas tomber dans le piège du tandem «boulot, dodo». Et redoublent d'efforts pour mettre en place une nouvelle forme de vie d'entreprise.

Sollicité à de nombreuses reprises sur les raisons qui expliqueraient le retard dans la mise en oeuvre de cette circulaire, le ministère se contente de préciser que «le recours massif au télétravail dans le secteur financier a permis de garantir la bonne continuité des activités» et que «mieux encadrer le télétravail reste donc une priorité pour les mois à venir, mais également pour la période de l’après-crise.» 

Selon le ministère du Travail, aucune adaptation nouvelle n'est prévue autour de cette question dans les prochains, «puisque la convention, qui sert de cadre, a été récemment adaptée aux nouvelles réalités». Seul manque, à ce jour, un règlement grand-ducal stipulant noir sur blanc que le texte paraphé par le patronat et le syndicat est d'application pour tous les secteurs d'activité. Place financière comprise. Reste donc à savoir si la circulaire voulue par la CSSF verra finalement bel et bien le jour.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail
Beaucoup d'employés le souhaitaient, beaucoup d'employeurs le craignaient, mais voilà la pratique devenue réalité avec la pandémie. Accélérant de fait les discussions et la mise en place d'un cadre légal, à plus long terme, dans plusieurs entreprises.
L'avenir reste incertain pour la Place
La crise sanitaire n'a pas épargné le secteur financier du pays. Alors que les assureurs enregistrent une baisse des primes, les banques se préparent à des défauts de paiement. Tandis que de leur côté, les fonds restructurent leurs investissements avec l'espoir que le pays reste compétitif.
Finanzplatz Luxemburg,Viaduc,,Petrusstal. Foto:Gerry Huberty
«Perturbations majeures» à prévoir sur la Place
Interrogés par Luxembourg for Finance (LFF), les cadres du secteur financier et des assurances estiment que la crise sanitaire actuelle va engendrer «un environnement opérationnel plus volatile». Ce qui devrait se traduire par une baisse des budgets de fonctionnement en 2021.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des banques parées à affronter la vague de faillites
Présent lundi devant la commission des Finances et du Budget, Claude Marx, directeur de la CSSF, assure que les établissements financiers de la Place disposent des liquidités suffisantes pour répondre aux conséquences des cessations d'activités à venir.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort