Changer d'édition

La pétition pour passer à 35 heures cartonne
Luxembourg 2 min. 28.06.2022
Temps de travail hebdomadaire

La pétition pour passer à 35 heures cartonne

Le ministre du Travail Georges Engel (LSAP) a lancé une étude sur une semaine de travail à quatre jours.
Temps de travail hebdomadaire

La pétition pour passer à 35 heures cartonne

Le ministre du Travail Georges Engel (LSAP) a lancé une étude sur une semaine de travail à quatre jours.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 28.06.2022
Temps de travail hebdomadaire

La pétition pour passer à 35 heures cartonne

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Si les plus de 5.200 signatures sont validées, la pétition demandant «une semaine de 35 heures de travail à temps plein» devra être débattue à la Chambre.

Voilà une pétition qui connaît un véritable succès! En onze jours, la pétition n°2345 demandant «une semaine de 35 heures de travail à temps plein» a déjà recueilli plus de 5.250 signatures ce mardi à midi, donc plus que les 4.500 paraphes nécessaires pour organiser un débat à la Chambre. Mais avant cela, la commission des pétitions devra encore officiellement valider ces signatures.


Le respect des gestes barrières a permis aussi de limiter la propagation d'autres infections cet hiver. Moins de cas de grippe et de gastro-entérite par exemple.
Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée
Sur papier, la démarche a de quoi séduire. Dans les faits, syndicats et ministère s'accordent sur les impacts négatifs d'une telle mesure.

La pétition en question, ouverte jusqu'au 28 juillet, réclame de réduire la durée du temps de travail journalier de 8 heures à 7 heures. Selon l'auteur du texte, Gauthier Vandewoestyne, cette «baisse des horaires de travail permettrait une augmentation de la productivité horaire des salariés et un accroissement du sentiment de bien-être général».

Le modèle islandais de quatre jours

Frédéric Krier, membre exécutif de l'OGBL, dit partager l'idée générale de baisser le temps de travail et demande que des discussions se fassent au niveau national pour qu'une loi puisse encadrer une telle mesure. «Il faudra juste faire attention par rapport à la situation selon les secteurs puisqu'il y a différentes périodes de référence et de temps de travail selon les entreprises. C'est pour cette raison qu'il ne faut peut-être pas seulement regarder le temps de travail hebdomadaire, mais aussi le temps de travail mensuel ou annuel», prévient le syndicaliste. 


La Belgique envisage la semaine de quatre jours
La réforme du marché du travail a tenu éveillé le gouvernement fédéral belge cette nuit. Ce dernier s'est accordé sur un ensemble de mesures, dont la semaine de quatre jours.

Ce dernier prend pour exemple le modèle islandais qui est passé en 2019 à quatre jours hebdomadaires, avec une réduction du temps de travail. «En Islande, on voit des différences entre secteurs, ça peut être 35 ou 36 heures, et c'est négocié au niveau sectoriel», observe Frédéric Krier.

Le membre de l'OGBL dit attendre les conclusions de l'étude lancée par le ministère du Travail sur la semaine de quatre jours. Selon son cabinet, Georges Engel (LSAP)«plaide plutôt pour une réduction du temps de travail» plutôt que cette formule de quatre jours avec des horaires plus longs. Celle-ci peut en effet représenter un risque pour la sécurité au travail, notamment pour les professions à tâche manuelle.

«C'est une discussion qui est valable et que nous devons mener»

Franz Fayot, ministre de l'Economie (LSAP)

Sur les ondes de 100.7 mi-juin, son collègue Franz Fayot (LSAP) avait indiqué qu'une telle mesure ne faisait pas partie de l'accord de coalition du gouvernement et que ce serait difficile de la réaliser encore avant les prochaines élections législatives en octobre 2023. «Mais c'est une discussion qui est valable et que nous devons mener», a déclaré le ministre de l'Economie, tout en reconnaissant que les entreprises n'étaient pas très enthousiastes par rapport à cette idée en période de pénurie de main-d'œuvre. 

Le débat sur le temps de travail est loin d'être fini. Frédéric Krier estime qu'il fera partie des thèmes de campagne pour les prochaines législatives.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet