Changer d'édition

La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne
Luxembourg 2 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne

De nombreux citoyens s'opposent à l'ouverture progressive des écoles prévue à partir du 4 mai. La pétition sur cette question a dépassé le quorum de 4.500 signatures alors qu'elle a seulement été ouverte à signature vendredi 24 avril.

La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne

De nombreux citoyens s'opposent à l'ouverture progressive des écoles prévue à partir du 4 mai. La pétition sur cette question a dépassé le quorum de 4.500 signatures alors qu'elle a seulement été ouverte à signature vendredi 24 avril.
Photo: Getty Images
Luxembourg 2 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

La pétition contre l'ouverture des écoles cartonne

En moins de trois jours, la pétition 1550 a largement atteint le quorum requis des 4.500 signatures pour provoquer un débat à la Chambre des députés. Plus de 5.500 personnes réclament que crèches, écoles et lycées n'ouvrent pas avant septembre.

(MF avec mig/rc) - Malgré son annonce, samedi, sur le dépistage gratuit de tous les élèves et personnes volontaires, et ses tentatives de rassurer les parents, le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch a du souci à se faire. Si nombre de voix, dont celles des syndicats, s'élevaient ces derniers jours contre son plan de réouverture progressive des établissements scolaires à compter du 4 mai, la fronde est désormais mesurable.

Mise en ligne ce vendredi 24 avril, la pétition 1550, avalisée par la commission parlementaire ad hoc avec toute une flopée d'autres pétitions allant dans le sens de maintenir les écoles fermées, a démontré combien la décision gouvernementale est loin de faire l'unanimité.


Tous les élèves pourront bientôt se faire tester
«Toute la population devrait pouvoir être testée», a déclaré le ministre de l'Education nationale Claude Meisch. A commencer par les lycéens et enseignants qui effectueront leur rentrée début mai. Le conseil de gouvernement a donné son feu vert à un «monitoring à large échelle».

La pétition qui réclame une «ouverture de toutes les écoles, lycées, crèches, maisons relais seulement en septembre pour protéger tous les enfants» comptabilisait ce dimanche à 16h30 pas moins de 5.530 signatures. Le quorum des 4.500 paraphes requis pour déclencher un débat à la Chambre des députés a donc très vite été atteint.         

Le problème est que la pétition reste ouverte à signature jusqu'au 6 juin 23h59, alors que toutes les écoles et les crèches devraient déjà être ouvertes. Mais à quoi sert un tel débat si ce qui doit être évité est entré en vigueur depuis longtemps ? La question avait préalablement été posée par la Commission des pétitions sous la direction de sa présidente Nancy Arendt (CSV). 


Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)
Une volée de pétitions pour maintenir les écoles fermées
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.

Selon la réglementation, le délai de 42 jours doit être respecté. Comme l'a expliqué Nancy Arendt en réponse à la demande de Luxemburger Wort, un comité d'experts discutera de la marche à suivre au cours de la semaine prochaine, si le quorum était atteint. 

«Mais nous avons convenu que nous n'outrepasserions pas les procédures», a déclaré Mme Arendt. «Cela peut être modifié, mais doit être soumis à un vote du Parlement». Nancy Arendt est convaincue que la question de l'ouverture des écoles sera de toute façon débattue.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les classes à nouveau réunies dès le 29 juin
«Un pas de plus vers la normalité». C'est en ces termes que Claude Meisch a qualifié ce vendredi le rassemblement des groupes A et B dans chaque classe d'ici dix jours et jusqu'au 15 juillet. Un retour «justifié», selon le ministre de l'Éducation nationale, dans l'optique de la rentrée de septembre.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le retour sur les bancs de l'école au centre du débat
Alors que quelque 6.000 élèves de classes terminales devront reprendre lundi le chemin des lycées, les interrogations restent nombreuses sur les suites à donner pour le reste des élèves. Les députés échangeront mercredi sur ce sujet suite au succès de la pétition demandant un retour en septembre.
Débat Etat de la nation 2019 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Tous les élèves pourront bientôt se faire tester
«Toute la population devrait pouvoir être testée», a déclaré le ministre de l'Education nationale Claude Meisch. A commencer par les lycéens et enseignants qui effectueront leur rentrée début mai. Le conseil de gouvernement a donné son feu vert à un «monitoring à large échelle».
Que les cours des terminales deviennent facultatifs
Le retour annoncé des élèves de dernière année de secondaire le 4 mai prochain ne plaît pas à l'UNEL et au SEW/OGBL qui demandent vendredi la mise en place d'une dispense de présence physique jusqu'à la fin de l'année. Tout en demandant la possibilité de rencontrer les enseignants.
Lokales, Escher Lyzeum, Lycée de garçons, Examen, Abi Abschluss Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask
Une volée de pétitions pour maintenir les écoles fermées
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.
Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)