Changer d'édition

La petite graine bio tarde à germer
Luxembourg 3 min. 02.10.2020 Cet article est archivé

La petite graine bio tarde à germer

Les résidents luxembourgeois consomment seulement 12% de produits bio en moyenne.

La petite graine bio tarde à germer

Les résidents luxembourgeois consomment seulement 12% de produits bio en moyenne.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 02.10.2020 Cet article est archivé

La petite graine bio tarde à germer

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Si le Luxembourg entend consacrer 20% de ses parcelles à l'agriculture biologique d'ici 2025, et jusqu'à 100% à l'horizon 2050, le chemin à parcourir pour atteindre ces objectifs reste encore long.

Le Grand-Duché ne manque pas d'ambition pour assainir ses cultures. Après avoir banni le glyphosate des champs, le gouvernement souhaite consacrer 20% de ses parcelles à l'agriculture biologique d'ici 2025, et même 100% à l'horizon 2050. Mais le chemin à parcourir s'annonce encore long. A ce jour, à peine 5% des parcelles agricoles luxembourgeoises sont en effet converties au bio. 

Aussi, pour inciter plus d'agriculteurs à franchir le pas, le gouvernement n'hésite pas à mettre la main à la poche. En 2017, le Premier ministre Xavier Bettel (DP) avait ainsi annoncé des primes étatiques - de 270 à 1.350 euros par hectare et par an - pour les paysans qui décideraient de convertir une partie de leur exploitation au bio. Seulement, en trois ans, seuls un agriculteur et un vigneron ont sollicité cette aide. 

Un faible engouement que le ministre de l'agriculture Romain Schneider (LSAP) justifie par les difficultés techniques inhérentes. «En pratique, il est plus facile de gérer une conversion totale que partielle», souligne-t-il. Et pour cause: les conditions de production du biologique sont très strictes et peu compatibles avec les méthodes dites traditionnelles. En outre, l'agriculture biologique bannit l'usage de pesticides. Les paysans qui font le choix de combiner les deux techniques n'ont donc logiquement pas le droit de mélanger les cultures au risque de se voir interdire de les vendre sous l'étiquette «bio». 

Ceux qui sautent le pas du 100% bio sont donc (un peu) plus nombreux. En trois ans, «28 paysans ont opté pour une conversion totale», précise Cathy Giorgetti, porte-parole du ministère de l'Agriculture. Au total, le Luxembourg compte donc à ce jour 149 exploitations biologiques ou en phase de conversion

Mais pour Ekkehart Schmidt, porte-parole de l'association Etika, la transition se trouve freinée par les réticences de nombreux autres agriculteurs. «Beaucoup de cultivateurs souhaitent se convertir, mais il y a des blocages psychologiques, des incertitudes et de potentielles pertes de revenus», regrette-t-il. Encore plus pesantes sont les contraintes concernant l'octroi de la certification bio : «Il faut payer des frais de contrôle, le travail administratif est complexe pour à la fin, peut-être, ne pas gagner plus», résume Ekkehart Schmidt.  

Des barrières qui justifient la nécessité d'un plan d'action plus large. «Il faut que l'ouverture des marchés, l'éducation et la sensibilisation des consommateurs soient également au centre de nos préoccupations», milite ainsi Daniela Noesen, directrice de l'asbl Vereenegung fir Biolandwirtschaft Lëtzebuerg. A ce jour, les ménages luxembourgeois consacrent en moyenne 12% de leurs dépenses alimentaires aux produits bio

Le gouvernement, lui, prend sa part de responsabilité. Quatre projets-pilotes seront ainsi mis en place cette année afin notamment de promouvoir la filière bio luxembourgeoise et «voir si on peut relever le défi», souligne le ministre de l'Agriculture. Ces derniers consisteront ainsi à introduire, dans des cantines, des produits provenant de «3/5e de la production régionale et 2/5e de l'agriculture biologique».

Car si les chiffres sont encore loin des ambitions affichées par le gouvernement à l'horizon 2025, l'essentiel, souligne Romain Schneider, reste de «montrer qu'on va dans la bonne direction».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le boom du bio se fait attendre
Les dépenses alimentaires pour l'achat de produits biologiques plafonnent depuis bientôt dix ans au Luxembourg. L'enquête sur le budget des ménages du Statec a scruté le phénomène de près.
Cactus
Local, équitable, durable, bio, voici «gringgo.lu»
Cette plateforme en ligne contrôle les fournisseurs au regard de normes écologiques et sociales très strictes. L'e-boutique basée à Beckerich se présente comme une sorte d'Oekofoire permanente, ou le pendant du géant Amazon pour le shopping équitable.
Cinq millions d’euros pour soutenir l'agriculture
Romain Schneider a présenté ce mardi son plan de relance pour le secteur. La pandémie du covid-19 n'a épargné personne et certaines filières souffrent de la crise. Le paquet de mesures pour le secteur agricole fait la part belle au local et au bio.
De la paille est chargée sur un tracteur le 27 juillet 2011 à Bray-sur-Seine, en Seine-et-Marne où une caravane de 60 tracteurs se ravitaille. Les agriculteurs de l'Ain vont y trouver, après un périple de plus de 300 kilomètres, 1.000 tonnes de paille à rapporter dans leurs élevages affectés par la sécheresse en mai dernier, dans le cadre d'un "convoi de solidarité". AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
De nouvelles aides en faveur de l'agriculture bio
Comme le prévoit l'accord de coalition, l'objectif du Luxembourg est d'atteindre au moins 20% des surfaces agraires exploitées sans pesticide à l'horizon 2025. Pour résorber son retard et réaliser son objectif, le gouvernement a décidé d'accorder un nouveau coup de pouce aux producteurs.
Bio-Gemüse,Foto:Gerry Huberty
Cultiver sans pesticide mérite un coup de pouce
L'État aide les agriculteurs dépendant des pesticides à adopter des pratiques plus saines, mais le Mouvement Écologique aimerait bien que le Ministère apporte aussi plus de subsides aux exploitants déjà convertis.
Tous beaux, tous bio
Au Luxembourg, la production et la consommation d'œufs issus de l'agriculture biologique ne font qu'augmenter
Wirtschaft , Jos Houtmann bio-ovo, Bio Eier - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort