Changer d'édition

La pauvreté change de visage
Luxembourg 3 min. 26.10.2020 Cet article est archivé

La pauvreté change de visage

Signe important de la dégradation de la situation d'une frange de la population, l'arrivée de «nouveaux visages» au sein des restaurants sociaux du pays traduit les effets de la crise sur les plus fragiles.

La pauvreté change de visage

Signe important de la dégradation de la situation d'une frange de la population, l'arrivée de «nouveaux visages» au sein des restaurants sociaux du pays traduit les effets de la crise sur les plus fragiles.
Photo: Chris Karaba/archive
Luxembourg 3 min. 26.10.2020 Cet article est archivé

La pauvreté change de visage

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Il n'aura pas fallu attendre la vague de faillites liée aux mesures sanitaires imposées au Grand-Duché pour voir progresser fortement le nombre de personnes en situation précaire. Et notamment ce que les acteurs de terrain nomment «les nouveaux pauvres».

De l'aveu même du Statec, «les inégalités se creusent et augmentent constamment depuis 2017» au Grand-Duché. Et la crise née de la pandémie de covid-19 ne risque pas d'arranger la situation. Si en 2019, 2,5% de la population résidente pouvait être considérée comme pauvre, soit quelque 15.000 personnes, ce chiffre ne possède d'ores et déjà plus aucune pertinence, à en croire les acteurs de terrain.


Du monde aux restaurants de la Stëmm, Reportge à la Stëmm, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
La file se rallonge dans les restaurants sociaux
Plus de 15.000 résidents vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg et le nombre de personnes en situation de détresse augmente. Un fait que la Stëmm vun der Strooss constate clairement dans ses deux restaurants sociaux à Luxembourg et Esch. Et l'année n'est pas finie.

Déjà fortement sollicitée, la Stëmm vun der Strooss enregistre depuis plusieurs mois une forte progression du nombre de ses visiteurs. Désormais, ce sont 280 repas qui sont servis quotidiennement dans les restaurants sociaux d'Esch-sur-Alzette. Mais depuis le début de la pandémie, les deux sites sont fréquentés «chaque jour par de nouveaux visages», assure Alexandra Oxacelay. Pour la directrice de l'association, les profils de ces nouveaux visiteurs ne laissent que peu de doute sur les raisons de leur présence. 

A savoir des personnes qui se trouvaient «en contrat à durée déterminée, en intérim» ou «qui avaient déjà du mal à joindre les deux bouts avant la crise», estime-t-elle en évoquant une population de «nouveaux pauvres». L'analyse recoupe le constat dressé par le Centre d'aide sociale et associative au Luxembourg, asbl dédiée au soutien à la communauté lusophone du pays. Si l'association soutient des familles avec des enfants en bas âge et de jeunes adultes avec un faible niveau d'étude, elle se retrouve de plus en plus à gérer des dossiers émanant de personnes intégrées mais jusqu'à présent passées sous les radars.


Au 1er janvier 2019, le Luxembourg comptait officiellement 613.894 habitants, selon le Statec.
La crise frappe déjà de plein fouet les lusophones
Alors que Jean Asselborn s'est rendu mardi au Portugal pour souligner «l'apport de la communauté au développement économique, social et culturel» du Luxembourg, les organisations de soutien tirent le signal d'alarme sur les conséquences concrètes de la pandémie de cette partie de la population.

Restaurationnettoyage ou bien encore des chauffeurs de taxis... Voilà autant de secteurs touchés de plein fouet par le ralentissement économique lié aux mesures sanitaires instaurées pour lutter contre la pandémie. Selon les dernières données du Statec, la communauté portugaise apparaît comme la première victime de la situation. En 2018, ils étaient 31,2% à être considérés comme pouvant basculer vers la pauvreté, contre 15,9% pour les Français et 11,6% pour les Luxembourgeois.

Et la situation ne devrait pas s'améliorer d'ici la fin de l'année, puisque Xavier Bettel (DP) a annoncé, vendredi, la mise en place d'un couvre-feu d'une durée d'un mois. Autrement dit, le renforcement des mesures sanitaires, synonymes, pour un temps encore, de limitation de l'activité économique. Et donc de la possibilité, pour une frange de la population, de bénéficier de revenus liés à leur travail. De quoi creuser encore un peu plus le fossé social, le Luxembourg faisant déjà figure de mauvais élève européen en matière de travailleurs pauvres. 

Selon les données Eurostat, 12% de la population active se trouvait, en 2019, en risque de pauvreté au Luxembourg. Un score bien au-delà de la moyenne européenne, fixée à 9%. Seule la Roumanie obtient un taux de risque plus élevé (15,4%). A noter que dans les pays de la Grande Région, la Belgique tire nettement son épingle du jeu, avec un score de 4,8%.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face à la progression de la vaccination au Luxembourg, les experts de la direction de la Santé estiment qu'un changement de stratégie sanitaire est nécessaire face à la pandémie. Cette dernière pourrait perdre de sa superbe dans les prochains mois, en cas d'absence de nouveau(x) variant(s).
Si depuis 2017 le nombre de résidents portugais recule légèrement au Luxembourg, le phénomène est à relativiser pour Antonio Gamito. L'ambassadeur du Portugal estime que la crise sanitaire a notamment freiné les nouvelles arrivées.
Alors que Jean Asselborn s'est rendu mardi au Portugal pour souligner «l'apport de la communauté au développement économique, social et culturel» du Luxembourg, les organisations de soutien tirent le signal d'alarme sur les conséquences concrètes de la pandémie de cette partie de la population.
Au 1er janvier 2019, le Luxembourg comptait officiellement 613.894 habitants, selon le Statec.
Pas question pour le ministre des Finances de jouer défensif. Face à la crise sanitaire et économique, Pierre Gramegna a déposé, mercredi, un projet de budget 2021, volontariste en matière d'investissements mais aussi de soutien.
L'association a dressé le bilan de son opération helpline mise en place durant le confinement. Mais au-delà des chiffres, Marie-Josée Jacobs et son équipe lancent un appel au gouvernement pour qu'il redouble d'efforts pour lutter contre la pauvreté.
ACHTUNG: SPERRFRIST 21. JANUAR 01:01 UHR. FREI F‹R MONTAGSUASGABEN UND E-PAPER - ARCHIV - 04.07.2017, Sachsen, Dresden: ILLUSTRATION - Eine Bettlerin sitzt am Eingang der Katholischen Hofkirche und bittet um Almosen. Zur Bek‰mpfung der Ungleichheit in Deutschland fordert die Organisation Oxfam einen hˆheren Mindestlohn sowie eine st‰rkere Belastung von Vermˆgenden, Konzernen, Erbschaften und hohen Einkommen. (zu dpa ´Oxfam fordert hˆheren Mindestlohn und st‰rkere Belastung von Reichenª vom 20.01.2019) Foto: Sebastian Kahnert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Evolution de la population luxembourgeoise depuis 2011
Au cours des cinq dernières années la population totale du Luxembourg a augmenté de 12.5%. La population étrangère quant à elle a connu un accroissement de 22.1% pour atteindre près de 47% de la population totale au 1er janvier 2016.
Au cours des cinq dernières années la population totale a augmenté de 12.5%