Changer d'édition

La pandémie n'entraîne pas plus de suicides
Luxembourg 2 min. 10.11.2020 Cet article est archivé

La pandémie n'entraîne pas plus de suicides

Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.

La pandémie n'entraîne pas plus de suicides

Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.
Photo: Licence CC
Luxembourg 2 min. 10.11.2020 Cet article est archivé

La pandémie n'entraîne pas plus de suicides

Selon la ministre de la Santé, le nombre de personnes se donnant volontairement la mort ne serait pas en hausse en 2020. Le virus aurait néanmoins donné des idées noires à davantage de résidents qu'en temps normal.

(ASdN) - Les études l'ont montré : la crise sanitaire a affecté le moral des résidents. Pour autant, le virus n'aurait pas gonflé le nombre de suicides, affirme la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) dans une réponse parlementaire publiée ce mardi. Selon les données du ministère, aucune hausse des décès par lésions auto-infligées n'aurait été enregistrée. Et ce, «même en élargissant l'analyse aux événements dont l'intention n'est pas déterminée», précise la ministre. 

De son côté, le Centre d'information et de Prévention (CIP) observe une certaine constance. En moyenne, une trentaine d'appels sont traités par mois pour des envies suicidaires, détaille Paulette Lenert. Si le CIP a même enregistré une baisse des appels pour soutien psychologique durant le confinement, les hotlines mises en place par le gouvernement, tout comme le service d'aide psychologique de Caritas, ont eux rencontré un grand succès

Car avec la crise sanitaire, les résidents seraient bel et bien plus nombreux à avoir des idées noires. Le site Covid19-psy, créé le 6 avril dernier, a été visionné par 10.137 internautes. Soit une cinquantaine des personnes par jour. Une nette évolution également observée par le KJT (Kanner-Jugendtelefon). Si seuls 24 contacts avec des «symptômes de suicidalité aiguë» avaient été enregistrés en 2019 auprès de la Online-Help, ils étaient déjà 33 à ce jour en 2020. 

En mai dernier, Paulette Lenert avait affirmé avoir pris connaissance des «chiffres effrayants concernant les suicides», en particulier chez les jeunes. Selon elle, ce sont en moyenne entre 70 et 80 personnes par an qui se donnent volontairement la mort au Luxembourg. Et le nombre de tentatives serait quant à lui 10 à 20 fois plus important. 

En Europe, la Lituanie, la Slovénie et la Lettonie se trouvent sur le triste podium des taux de suicide les plus élevés en 2017. Selon les données Eurostat, le Grand-Duché se place lui à la 24e place

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Durant les 104 jours où elle a fonctionné, la ligne de consultation sur le coronavirus a reçu une moyenne de 770 appels quotidiens. L'important consiste à présent à bien gérer les séquelles potentielles de la crise sur la santé mentale des citoyens.
Lokales, CGDIS, Hotline Mitarbeiter, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Distanciation sociale, peur, incertitude... Les chercheurs de l'université du Luxembourg cherchent à savoir comment cette situation exceptionnelle peut affecter la santé mentale de la population. Avec un objectif : celui de mieux soutenir les personnes touchées, mais aussi aider les politiques dans leurs prises de décisions.
Soziale Isolation, Angst, Ungewissheit: Die aktuelle Situation ist für die einen schwerer zu ertragen als für andere. Die Forscher wollen herausfinden, welche Faktoren dabei eine Rolle spielen.
Au pic de la crise (et des peurs), la ligne de consultation sur le coronavirus a reçu jusqu'à 1.700 appels par jour. A compter de samedi, et compte tenu de la régression de l'épidémie, l'accueil téléphonique réduit ses horaires.
Sur le «front» de la pandémie depuis de longues semaines, le personnel médical demeure sous pression. Pour autant, le ministère et les personnels de santé s'accordent à dire que tout a été mis en place pour minimiser les impacts psychologiques de la crise sanitaire.
TOPSHOT - Katie Ffolloitt-Powell (R) and Mike Carr of the Patient Transport Services of South Central Ambulance Services move an elderly non-COVID-19 patient from hospital to a care home  near Portsmouth, south England on May 5, 2020. - As the list of recognised Covid-19 symptoms grows, paramedic crews like those with the South Central Ambulance Service are forced to treat every patient as being a potential case, often requiring specialised personal protective equipment (PPE). Paramedics now routinely don what the NHS refers to as Level 2 PPE, like face masks and disposable aprons. (Photo by Leon Neal / POOL / AFP)
Signe du mal-être croissant de la population en période de confinement, l'association caritative fait face à une explosion de demandes de soutien moral de la part de ses 140 bénéficiaires. Trois psychologues répondent à ces requêtes par téléphone et visioconférence.
Anxiétés, soucis domestiques ou liés au télétravail, solitude: la hotline ouverte au début de la crise du covid-19 offre aussi un soutien psychologique multilingue. Depuis le 1er avril, deux psychologues dûment qualifiés veillent au bien-être des citoyens confinés en détresse.
Dix-huit lignes sont désormais activées pour répondre à toutes les inquiétudes en lien avec l'épidémie de coronavirus. A l'appareil, les personnels du CGDIS et d'autres administrations répondent 24h/24.