Changer d'édition

La pandémie condamne le Luxembourg au ralenti
Luxembourg 4 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

La pandémie condamne le Luxembourg au ralenti

A partir de ce lundi, écoles et université sont désertées pour deux semaines.

La pandémie condamne le Luxembourg au ralenti

A partir de ce lundi, écoles et université sont désertées pour deux semaines.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

La pandémie condamne le Luxembourg au ralenti

Les mesures draconiennes adoptées par le gouvernement face à l'impact du coronavirus et les initiatives du secteur privé commencent à peser sur l'économie du pays. Pour un temps, nos habitudes de vie vont changer.

(DH) - Avec 77 cas officiellement recensés et un décès liés au coronavirus, des établissements d'enseignement fermés au moins jusqu'au 29 mars et de «sévères limitations» dans les possibilités de sortie avec la fermeture des restaurants, cafés et autres musées, le Luxembourg se barricade. Objectif: «prévenir la propagation du virus», selon Xavier Bettel, quitte à transformer le pays en camp retranché.

Ce lundi, c'est bien plus qu'un quart de la population résidente qui se retrouve directement impactée par les diverses décisions annoncées pour maintenir ce cordon sanitaire. Charge à eux de jongler entre droit au congé pour raisons familiales, système D et télétravail. Comme en Belgique, en France ou en Allemagne, les résidents se retrouvent face à une situation quasi inédite où tout va tourner au ralenti.


Des activités publiques «sévèrement limitées»
Xavier Bettel annonce ce dimanche soir la fermeture des restaurants, des cafés et des musées. Les épiceries, elles, resteront ouvertes. Cette annonce intervient près de 48 heures après l'annonce du premier décès lié au virus et 72 heures après la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu'au 29 mars.

Si les administrations vont assurer un service minimum - sur rendez-vous -, et alors que l'industrie souffre d'un manque d'approvisionnement, les entreprises, notamment les PME, sont frappées de plein fouet. Le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et de l'événementiel pâtit déjà d'une perte de clientèle. L'interdiction des manifestations en milieu confiné rassemblant plus de 100 personnes augurait des lendemains difficiles, mais, depuis dimanche, la fermeture des restaurants - la vente à emporter n'est pas concernée - et cafés les oblige à avoir recours au chômage partiel. Tout comme les autres commerces qui n'ont pas trait à l'alimentaire.

Jeudi déjà, Franz Fayot (LSAP), le ministre de l'Economie, avait énoncé tout un panel des dispositions pour venir en aide aux entreprises, dont le chômage partiel. Une mesure qui permet une prise en charge pouvant aller jusqu'à 80% des salaires via le Fonds de l'emploi et qui connaît une recrudescence ces derniers jours. 


Wi.Corona. Mesures de soutien pour lrs entreprises.Luc Frieden.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des garanties de prêt pour les entreprises en difficulté
Alors que le report de paiement des cotisations sociales est encore en phase de discussions, les entreprises impactées par la crise du coronavirus peuvent désormais compter sur le soutien de la Chambre de commerce. Cette dernière, via la mutualité de cautionnement, apportera sa garantie auprès des banques.

Rien que la semaine dernière et les premières annonces de durcissement des mesures sanitaires, près d'une centaine d'entreprises ont introduit une demande, selon les données transmises par le ministère de l'Economie. Vendredi, «40 demandes réelles avaient déjà été introduites portant sur 2.800 salariés», précise un porte-parole de Franz Fayot. Dans l'urgence, un comité de conjoncture extraordinaire siégera mercredi pour examiner ces demandes. 

Dans le même ordre d'idées, la Chambre de commerce entend mettre son influence et ses compétences au service des sociétés en souffrance, via des garanties de prêt aux entreprises fragilisées. Un geste globalement apprécié par les représentants patronaux, même si ces derniers revendiquent davantage, comme la suspension des paiements de TVA, de sécurité sociale et des impôts pour le mois de mars. 

«Nous attendons des actions qui auront un effet immédiat et qui ne coûteront pas cher à l'Etat», concède Nicolas Henckes, président de la Confédération luxembourgeoise du commerce. Mêmes doléances pour Nicolas Buck, président de l'Union des entreprises luxembourgeoises, qui n'hésite pas à juger cette demande comme «essentielle» pour la poursuite de l'activité économique du pays.  

Pour compléter ce tableau d'ensemble plus que morose, plusieurs villes du pays, comme la capitale, ont annoncé des mesures drastiques alors que le monde de la culture et du sport sont condamnés à l'arrêt. Après les scènes hallucinantes dans les supermarchés, vendredi, et les files d'attente aux pompes à essence, le week-end dernier, le Premier ministre a tenu à rassurer en indiquant, dimanche, qu'il n'y avait «pas de problème de distribution». À noter enfin que le Luxembourg n'entend pas instaurer de contrôle aux frontières, afin de permettre aux frontaliers de se rendre à leur travail. Et donc de permettre au pays d'assurer un fonctionnement. Mais a minima.


Sur le même sujet

Ce dimanche est marqué par une progression massive du nombre de cas positifs au virus. Xavier Bettel annonce un conseil de gouvernement extraordinaire pour ce dimanche après-midi.
SEATTLE, WASHINGTON - MARCH 13: A medical Laboratory scientist tests for coronavirus at the University of Washington Medicine virology lab on March 13, 2020 in Seattle, Washington. The lab is processing about 1,500 tests for COVID-19 daily and hopes to increase to 5000 in the following weeks.   John Moore/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Alors que le report de paiement des cotisations sociales est encore en phase de discussions, les entreprises impactées par la crise du coronavirus peuvent désormais compter sur le soutien de la Chambre de commerce. Cette dernière, via la mutualité de cautionnement, apportera sa garantie auprès des banques.
Wi.Corona. Mesures de soutien pour lrs entreprises.Luc Frieden.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les grandes surfaces ont connu un pic de fréquentation particulièrement élevé ce vendredi matin. Rupture de stock pour certains produis et files interminables aux abords des caisses, le comportement de certains consommateurs a semé le chaos.
Lok , Andrang Supermärkte Cactus Belle Etoile , Hamsterkäufe , leere Regale , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Toutes les structures d'éducation du pays seront fermées entre le 16 et le 29 mars. Le ministre de l'Education assure, ce vendredi, qu'il ne s'agit nullement d'une période de vacances et détaille les modalités d'étude à domicile prévues pour les deux semaines à venir.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Athénée, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Alors que désormais 26 personnes sont infectées par le covid-19, le gouvernement a listé, jeudi, toute une série de mesures destinées à freiner l'épidémie virale. Et ça commence tout de suite...
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Hopitaux Robert Schuman, HRS, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le gouvernement livre, ce jeudi, une série de conseils aux entreprises du pays afin de gérer au mieux les questions liées au coronavirus. Il propose un volet spécifique dédié aux salariés français, belges et allemands.
17.1.2018 Luxembourg, gare, Bahnhof, Mobilitéit, Transport, mobilité, Bus, Busse, bus, Zebrastreifen, Rush hour, Fussgänger, transport commun  photo Anouk Antony